• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

karim

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 811 0
1 mois 0 11 0
5 jours 0 2 0

Derniers commentaires



  • karim 23 octobre 13:04

    80 Et Loth quand il dit à son peuple : « Vous livrez vous à cette turpitude que nul, parmi les mondes, n’a commise avant vous ?

    81 Certes, vous assouvissez vos désirs charnels avec les hommes au lieu des femmes ! Vous êtes bien un peuple outrancier. » 

    82 Et pour toute réponse, son peuple ne fit que dire : « Expulsez-les de votre cité. Ce sont des gens qui veulent se garder purs (Coran : El Araf)




  • karim 22 octobre 22:00

    Il y a une chanteuse marocaine qui chante « l’amour ne se force pas », la paix entre les fils d’Abraham, c’est la même chose.



  • karim 19 octobre 16:04

    @eddofr

    L’Algérie a été la première nation dans l’histoire à recevoir les tirs de canons achetés directement par les banquiers internationaux ; quand ceux ci déjà à la tête de la France ont équipé et financé l’armée de Charles X, en vu d’envahir la Régence d’Alger. Ils n’y avaient rien de religieux dans cette campagne, non plus rien de politique, mais seulement une affaire d’argent (15). Le baron James Rothschild était l’argentier du Royaume français qui endetté vis-à-vis de l’Algérie mais encore plus endetté par les Rothschild ; n’avait d’autre possibilité que de se plier aux exigences de leur bailleur de fonds et d’effectuer une attaque comme ils leur étaient exigés. Rappelons pour l’historique que lors de la compagne d’Egypte entreprise par le général Bonaparte, la France avait contracté à la Régence d’Alger des achats pour l’approvisionnement en grain dont la valeur représentait des millions de francs Or de l’époque. Après plus de quarante ans la France n’avait toujours pas réglé ses dettes à la Régence d’Alger, qui finit par s’impatienter. Entre temps Waterloo s’était jouée en faveur de l’armée britannique du Duke of Wellington qui avait été armée et financée par le grossier Nathan Rothschild. La France sortit de cette bataille complètement ruinée, et ne pouvait plus payer les dettes contractées à l’Algérie. Elle ne trouva pour seul moyen d’effacer l’ardoise que de faire le nettoyage des comptes du Dey d’ Alger en lui envoyant une armée montée et habillée avec l’argent des Rothschild, afin de faire le propre dans la Casbah (16). Dans cette perspective, la France usa de la religion et de la bible, alors qu’elle était depuis 1789, une des premières nations laïques dans l’histoire. Mais comme il n’y a que le résultat qui importe, elle a su mélanger toutes les sauces pour concocter son entrée en Algérie et rafler tout l’Or du Dey (17). Bien sur on prétexta des raisons sécuritaires, d’autres civilisatrices, certaines divines. Mais la plus sordide, fut cette affaire imaginaire et pièce théâtrale du fameux coup d’éventail que le consul Deval, personne immonde et associé au créancier juif algérien Bacri, aida à fabriquer dans le subconscient historique du peuple français, afin que ce dernier puisse mieux le graver. On eut un prétexte qu’on n’avait pas tant espéré, qui d’ailleurs ne méritait nullement une occupation armée et un génocide, à part peut être dans l’inconscient corrompu de Deval ainsi que dans sa grossièreté linguistique à manipuler la langue turque (15). A défaut d’excuse valable, on inventa une rentable ; mais peu importe, le jeu en valait la chandelle. En un tir croisé, le politique appela les prêches décroisés du père Lavigerie, pour l’aider à mener en bateau les descendants des croisés pour une croisière punitive, en donnant l’absolution au peuple français qui dés lors vit dans l’occupation de l’Algérie un prolongement sacré des croisades moyenâgeuses des chevaliers du temple. La France était depuis la révolution de 1789, une plus que moins république laïque, franc maçonne qui ne se souciait guère de l’enseignement du Christ, mais plutôt obéissait a une religion financière ou le dernier messie s’appelait Mayer Amschel Bauer Roth shield. La dérision et la comédie veulent que la France qui avait écartée l’Eglise du gouvernement après la chute de la monarchie, viennent à quérir de ses soins pour bénir une expédition laïque ayant pour mission de convertir un affront individuel et symbolique en une invasion militaro ethnique. Mais qui donc est le plus à plaindre dans ce drame  ; l’état français qui avait su se servir de toutes les cartes pour monter son coup ; ou l’Eglise écartée et écartelée qui tomba dans le panneau et ne joua plus le rôle que d’une roue de secours qui ne lui était même pas permis de tourner en rond convenablement.

    D’aprés

     Le Temoin Du Siecle

    Révélations historiques d’un ex-sioniste sur l’origine d’Israël

     Benjamin H.Freedman



  • karim 18 octobre 13:22

    Ce n’était pas une guerre, mais une invasion coloniale avec une armée régulière professinnelle contre des resistants. En plus, dans une guerre on ne massacre pas et on ne mutille pas des populations civiles.



  • karim 9 octobre 21:11

    @༄REPTILE༄MODE༄CYRUS༄
    La thèse de la tête de cire, ce sont des Francais qui la soutiennent.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité