• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Romain LEFFERT

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 13/07/2009
  • Modérateur depuis le 31/10/2009
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 5 3 124
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 1 1 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique








Derniers commentaires



  • Romain LEFFERT 31 mars 2010 16:20

    Un texte d’une rare médiocrité intellectuelle qui, clairement, sert une volonté de diabolisation. L’efficacité du style camoufle un raisonnement vicié, car fonctionnant principalement par association d’idées. Bref, c’est vraiment nul - et c’est bien dommage.



  • Romain LEFFERT 2 août 2009 20:03

    Cher Jean-Paul, je vais tenter de répondre à vos objections, en partie par des données chiffrées accessibles à tous - en quelques minutes de surf.

    - LE CONSUMERISME -
    Selon la Banque Mondiale, le montant des dépenses de consommation finale des ménages par habitant est de 27 000 dollars aux Etats-Unis contre 14 000 dollars en France. Si le revenu moyen américain est plus élevé (37 000 dollars contre 28 000, soit 1.35 fois plus), son importance est tempérée par un endettement des ménages plus élevé, notamment du fait d’un recours au crédit de consommation plus élevé.
    Un Américain consomme donc en moyenne plus, voire beaucoup plus qu’un Français.
    (Cela malgré un taux de pauvreté presque double : 12% (EUA) contre 6.5% (FR).)

    - LA NEGATION DU SPIRITUEL -
    La religion et le lieu de culte ne font pas la spiritualité. Aux Etats-Unis, la quantité et la diversité des religions - ainsi que la relative facilité avec laquelle les Américains en changent, indiquent plutôt la tendance contraire : certains sociologues y voient un vulgaire comportement de consommation. D’où l’expression « supermarché des religions ». En outre, ces mêmes religions fonctionnent parfois comme de véritables entreprises - quand elles ne sont pas de véritables sectes (cf. Jesus Camp). Enfin, assistez à certains offices religieux, et vous en viendrez peut-être à l’expression de « religion spectacle ».

    - LA VIOLENCE -
    Le taux de criminalité (pour 100 000) est de 5.6 aux EUA contre 1.7 en France, soit un rapport de plus de 3 à 1. La population pénitentiaire représente 0.7% de la population totale aux EUA contre 0.085% en France. Le taux d’homicide (pour 100 000) est de 5.7 contre 1.6. Last but not least, vous savez tout comme moi que le deuxième amendement de la constitution des EUA autorise le port d’armes - ça n’aide pas.

    - LES AMBITIONS PERSONNELLES -
    Dans cette expression, l’adjectif « personnel » signifie respectif et non pas particulier. Comme vous le soupçonnez, je ne connais pas le rêve particulier de chaque Américain. Mon but était simplement de dénoncer l’individualisme de la société américaine, par opposition à un supposé projet américain.

    Je défends mon article en étant bien conscient qu’il est imparfait parce qu’incomplet et biaisé. Comment ne pourrait-il pas l’être ?

    Jean-Paul, merci pour votre commentaire.

    Romain LEFFERT




  • Romain LEFFERT 13 juillet 2009 14:36

    1er commentaire :
    Mitterrand n’a pas été le seul à constater le simplisme de Ronald Reagan, mais, comme souvent, son sens de la formule est très efficace.
    Certes, l’intelligence et la culture ne garantissent pas une plus grande honnêteté. Néanmoins, je pars du principe que, dans un monde complexe, la présidence requiert de très bonnes capacités intellectuelles ainsi qu’une grande ouverture d’esprit - d’autant plus que les EUA sont la première puissance mondiale. C’est une simple question de compétence.
    2ème commentaire :
    Julius, je vous cite : « Ronald Reagan a créé une vague d’espoir » ; « déclarer clairement que nous pouvons gagner ».
    Devons-nous nous satisfaire d’une « vague d’espoir » ? Les beaux discours seuls doivent-ils permettre à un homme politique de compter parmi les meilleurs ?
    Enfin, à y regarder de plus près, la responsabilité de Reagan dans la chute du communisme n’est pas si évidente que ça. En effet, beaucoup d’études montrent que c’en était quasiment déjà fait de l’URSS dès les années 70.
    Je rappelle que Ronald Reagan était avant tout un beau parleur hors pair.

    Merci pour vos réactions.







Palmarès