• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

ropib

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 4 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • ropib 4 janvier 2007 16:34

    @gedm

    Je me demande si Hulot n’est pas plus un candidat des médias qu’un candidat médiatique... Sa sincérité est à prouver, son discours me fait penser à celui des verts il y a bien longtemps quand ils ne représentaient pas encore un choix de société. Je ne connais pas vraiment ses objectifs mais je ne pense pas que sa candidature soit une bonne idée pour l’écologie : seul un soutien clair et net aux Verts serait constructif du point de vue de la politique française mais aussi internationale et des ONG où Nicolas Hulot n’est rien et ne représente rien.



  • ropib 4 janvier 2007 10:45

    Je suis informaticien (web) et dans mon métier, lorsqu’il s’agit de prendre en compte le point de vue de l’utilisateur j’entends le plus souvent parler de « bon sens », et quand il y a des erreurs de saisie c’est qu’on à affaire à des neuneus... Ca change un peu avec le recours de plus en plus récurrent à l’ergonomie mais soyons sur qu’une fois que l’ergonome est parti c’est la simplicité de la tâche théorique qui va prendre le pas sur la simplicité de la tâche effective.

    Vous voyez moi aussi je suis utilisateur et quand on me demande de faire des choses compliquées, et que je ne comprends pas forcément complètement du premier coup parce que ce n’est pas mon métier (à moins que l’informaticien soit compétent en tout...), et bien j’utilise des outils qui me facilitent la vie, qui me rendent mon travail plus simple. Alors que dire ? Moi j’ai accès à ma simplicité, les autres ont qu’à suivre ? J’attends une définition cognitive universelle du mot « simplicité ».



  • ropib 4 janvier 2007 10:34

    Je suis sur Ubuntu, Gnome est bien aussi je trouve. J’avais testé KDE il y a un moment ça ne m’avait pas plu au niveau esthétique (et il parait que l’esthétique influe sur la facilité d’utilisation d’un outil).

    Toujours est-il que j’ai installé Fedora (Gnome aussi) à ma mère qui ne s’y connait pas du tout en informatique (c’est elle qui essayait de taper sur le clavier dès l’ouverture de windows sans que rien ne se passe), elle semble s’y retrouver très bien pour l’instant.



  • ropib 3 janvier 2007 23:20

    Je comprends votre point de vue. Pour autant je pense qu’il est dangereux dans le sens où celui qui ne comprendrait pas cette soit-disant simplicité est implicitement un idiot. Et que les aspects culturels (de négociation des rapports à l’articulation individu/société) sont niés, nous précipitant tout droit vers le choc des cultures (comme ensemble arbitraire de règles et habits) et la pensée Wagnerienne. La simplicité est un outil d’exclusion, la suppression de l’entropie c’est la remise à zéro du monde, l’anéantissement total.

    Le commentaire précédent vous dit que votre discours même n’est pas si simple (tout le monde n’a pas encore la chance de cotoyer Frédéric Cavazza, des mots comme « exhaustivité » ne sont pas forcément naturels et vous avez usé parfois de phrases de plus de 3 lignes). Je milite pour l’amélioration du monde et je pense que l’appel récurrent à la simplicité n’est en fait qu’une peur de nous-même et un produit de la société de la technicité (toujours prête à utiliser les patterns et les prêts à penser plutôt que ce qui fait que nous sommes nous). Nous sommes dans un monde de pluri-simplicité : l’autre est complexe a priori parce qu’il est autre et qu’il faut beaucoup d’énergie pour atteindre ce qui fait de lui un animal naturel (et son corps aussi, ne l’oublions pas !). Simplifier quelqu’un a priori (l’identifier) est une violence, c’est vrai dans la société, dans toute organisation sociale et donc vrai sur le web si le web doit s’organiser socialement. Pour en revenir au web je vous ai proposé plusieurs axes de réflexion peu empreintés à force de théoriser les mises en oeuvre.

    Analyser la technique pour en tirer ce qui fait que nous sommes des hommes me parait être contreproductif. La sociologie, les sciences cognitives, l’Histoire, nous permettent d’avoir un regard un peu mûr sur certaines choses. Et si finalement le web n’était pas un espace social supplémentaire mais tout simplement une augmentation de la réalité, espace vectoriel aussi bien mathématique que linguistique, où se joueront toujours les mêmes jeux tant que nous serons homo-sapiens ?







Palmarès