• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Scuba

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 268 0
1 mois 0 1 0
5 jours 0 1 0

Derniers commentaires



  • Scuba 8 décembre 12:49

    @Fergus

    il faut aussi considérer l’opération de sabotage de ses opposants consistant à s’inscrire en masse pour ensuite ne pas venir et laisser leur place vide. Cette tactique avait été utilisée avec succès contre Trump lors de sa campagne



  • Scuba 23 juillet 11:42

    @Pierre
    pour les marque russes, vous avez expliqué vous même qu’elles ont été vendu à une personne, qui les a revendu par la suite à des personnes non russes. elles n’appartiennent donc plus à l’état russe et leur propriétaire les utilise comme bon leur semble.
    Après il y a un imbroglio du fait qu’après que ce russe les ait vendu à des étrangers, la vente a été cassée par la justice. Mais les marques n’étaient plus en possession de l’état russe, ni d’un citoyen russe, donc l’état ruse se retrouve à faire valoir ses droits auprès de la justice du pays du détenteur des marques....
    Après je vous concède que fabriquer une vodka de Moscou dans les pays baltes, c’est en effet à la limite de la tromperie...



  • Scuba 23 juillet 11:33

    pour avoir une vue plus complète de la question, je conseille le n°4 de la revue Front Populaire de Michel Onfray.

    On y parle longuement des constats et de solutions possibles.



  • Scuba 23 juillet 11:26

    @Pierre

    c’est vous qui faite preuve de mauvaise foie, en refusant de comprendre la différence entre une AOC et une marque commerciale.
    Les AOC (et leur équivalents internationaux), et la volonté de la France de faire respecter les AOC vient précisément du fait que des escrocs faisaient des produits (ici le champagne) en utilisant une appellation trompeuse pour le consommateur, qui s’il ne regarde pas assez attentivement l’étiquette pense qu’un champagne vient de Champagne, et l’achète en pensant avoir un vin de qualité fait en Champagne, et se retrouve avec une piquette californienne ou du champskoie russe. J’ai moi aussi bu des mousseux à l’étranger, présentés comme du « champagne mexicain », cela ne change rien à la donne. Ma réaction a d’ailleurs été immédiate : j’ai répondu au serveur que s’il était mexicain, ce n’était pas du champagne. et en l’occurrence, il n’était pas mauvais.

    Le fait que certains en dehors de Champagne fassent du mousseux de qualité ne change rien à la donne. On peut effectivement avoir du vin mousseux de qualité, même en France, La clairette de Die par exemple, et ces vins n’ont pas droit à l’appellation champagne. L’utilisation de l’appellation champagne est donc bien une volonté délibérée de tromper le consommateur, voir effectivement le post de séraphin, sur la veuve cliquot américaine. Un fabricant honnête indiquerait vin mousseux, ou vin pétillant, ou toute autre description qui ne fait pas référence au champagne

    Et cette histoire de protection ne s’applique pas seulement au produits français. La cachaça est forcement brésilienne, le curaçao doit venir de curaçao, etc...

    Il ne s’agit donc pas de plaire aux autres, mais de s’insérer dans un monde multipolaire, en respectant les règles communes à tous. Les russes se plaignent régulièrement de l’unilatéralisme des occidentaux, mais dans cette histoire, ne respectent pas les règles communes.
    Ne venez pas vous plaindre après que nous ne respectons pas les russes, si le russes ne respectent pas nos règles , qui ne sont pas spécifiquement françaises, mais bien internationales, et fixées par l’OMC. Les russes pourraient d’ailleurs se plaindre auprès de l’OMC (en sont-ils seulement membres ?) pour faire reconnaitre la provenance d’une vodka de Moscou.

    Et je maintient mon commentaire sur la différence entre une AOC, et une marque commerciale. C’est d’ailleurs pour ça que les russes ne peuvent pas aller à l’OMC pour protéger ces deux marques commerciales de vodka. Mais comme dit plus haut, ils pourraient aller à l’OMC pour tenter de protéger leur vodka moscovite. Peut-être cela règlerait-il le problème ?



  • Scuba 22 juillet 15:54

    article volontairement trompeur.

    L’auteur confond le respect d’une AOC (appellation d’origine contrôlée), liée à un terroir, avec une marque commerciale, qui peut être achetée et revendue.

    Dans le cas de ces vodkas, il ne s’agit pas d’AOC mais de marques commerciales achetée et revendue au grès du bon vouloir de leur propriétaire.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité