• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Solipse

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 4 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Solipse 11 mai 2010 01:27

    Pharaon, c’est toi qui te fourvoie, on ne parle par de générer 3Wh d’énergie avec 1Wh mais de les déplacer. Je te signale que tout moteur exploite le transport de l’énergie pour produire de l’énergie.

    Ce que voulait dire Objectif Objectif avec ses 3 pour 1, c’est qu’une pompe à chaleur peut déplacer allègrement 3Wh avec 1Wh entre deux espaces à température ambiante. Sinon une pompe à chaleur n’aurait aucun avantage pour chauffer vis à vis d’un vulgaire chauffage à résistance.

    Pas de miracle en vue mais de nombreux domaines à exploiter effectivement.



  • Solipse 11 mai 2010 01:25

    Pharaon, c’est toi qui te fourvoie, on ne parle par de générer 3Wh d’énergie avec 1Wh mais de les déplacer. Je te signale que tout moteur exploite le transport de l’énergie pour produire de l’énergie.

    Ce que voulait dire Objectif Objectif avec ses 3 pour 1, c’est qu’une pompe à chaleur peut déplacer allègrement 3Wh avec 1Wh entre deux espaces à température ambiante. Sinon une pompe à chaleur n’aurait aucun avantage pour chauffer vis à vis d’un vulgaire chauffage à résistance.

    Pas de miracle en vue mais de nombreux domaines à exploiter effectivement.



  • Solipse 11 mai 2010 01:14

    C’est tout à fait vrai que la compression de l’air a un rendement inférieur à la recharge d’une batterie. C’est ce qui m’a souvent détourné de l’intérêt de l’air comprimé jusqu’à maintenant.

    Toutefois en prenant conscience des autre enjeux on comprend sur quels plans l’air comprimé est à son avantage :
    L’air comprimé se produit à partir d’électricité avec un faible rendement ( 50%) mais on peut le produire à partir d’énergie mécanique directe et locale ce qui diminue les pertes (rendement 60%). On peut le transvaser presque sans perte sous sa forme liquide par exemple à 300 bar, inutile de vouloir monter plus haut car un liquide est très dur à comprimer. De même une bonbonne subit de très faibles fuites avec de l’air, ce qui n’est pas le cas avec de l’hydrogène.

    L’électricité, elle, est également produite avec un faible rendement (< 50%), son transport et sa tranformation (montées et descentes en voltage + effet ohm) génèrent de lourdes pertes dans le cas de production centralisée (rendement >50%). Enfin on ne transvase pas l’électricité sans pertes bien au contraire. Il faut enlever l’énergie dissipée par le transformateur (rendement <95%) le rendement de charge de la batterie <95%, la perte de charge 0,5% par jour environ mais très variable en fonction de la température.

    Au final ces chiffres certes approximatifs mais avec une marge d’erreur pas supérieure à 5% donne les résultats suivants 10 jours après la recharge :
    À lors actuel, la production d’électricité est centralisée et l’air comprimé est produit à partir de cette électricité.
    Pour 1kWh d’électricité stockée dans une batterie il faut donc 1/(.5x.5x.9x.95)=4,7kWh d’énergie captée.
    Pour 1kWh d’air comprimé stocké en bonbonne il faut donc 1/(.5x.5x.5)=8kWh d’énegie captée.

    Maintenant considérons que l’énergie est produite localement à partir d’une éolienne par exemple pour alimenter un alternateur ou un compresseur. (On considère toujours 10 jours d’attente)
    Pour 1kWh d’électricité stockée dans une batterie il faut donc 1/(.5x.9x.95)=2.3kWh d’énergie captée.
    Pour 1kWh d’air comprimé stocké en bonbonne il faut donc 1/(.6)=1.6kWh d’énegie captée.

    Si l’on considère le fait que le poids d’un kWh sous forme de batterie est plus élevé qu’un kWh d’air comprimé en bonbonne, cela compense à priori le plus faible rendement de la conversion de l’air comprimé en mouvement.

    Au final, le débat ne doit pas être entre la voiture électrique et la voiture à air comprimé mais entre une fabrication d’énergie locale ou centralisée. Élément qui change totalement la donne.



  • Solipse 18 mars 2010 22:22

    Les PGM semblent être un terme inadapté pour décrire le sujet de l’article. En effet les PGM sont des OGM de plantes, c’est donc un sujet très général, qui comprend la mutagénèse et la transgénèse, à priori.
    Les législations ne déterminent pas les réalités scientifiques, on appellerait plus couramment ces plantes des ogm si l’on pouvait déterminer la méthode d’obtention de la souche, or s’il n’y a pas de gène étranger, les producteurs peuvent rester sous le couvert de l’incertitude.







Palmarès