• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

spoutnik

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 3 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • spoutnik 25 novembre 2010 00:45

    Vous me lisez, je crois, encore plus mal que vous n’écrivez : je ne suis évidemment pas naïf au point de pouvoir espérer qu’un beau jour nos sociétés décadentes seront enfin exemptes de drogue, de dealers et de drogués. Il ne m’a pas échappé, croyez-le bien, que nous n’en prenons pas exactement le chemin. En outre, vous m’attribuez abusivement un penchant répressif qui n’est pas dans mon propos : il me semble assez évident que l’extermination de masse, le sevrage coercitif ou la simple déportation vers des camps de redressement sous encadrement militaire ne sont pas des solutions viables, si c’est cela qui vous inquiète ! Ce que je dénonce, moi, c’est l’hypocrisie de celui qui se réfugie derrière le nombre pour refuser d’admettre qu’il est un membre irréductible de l’équation de la drogue et de ses conséquences, et escamote sa responsabilité derrière l’alibi de l’illégalité du trafic. Cela est d’autant plus spécieux que la légalisation est, comme chacun sait, une utopie : légaliser, pourquoi pas, mais alors légaliser quoi ? La cocaïne, le crack, l’héroïne, le LSD, le crystal ? Parce que vous n’avez tout de même pas la naïveté de croire que vos seuls petits sachet d’herbes folles périodiques permettent à certains de vos fournisseurs tout juste pubères de s’offrir les BMW flambant neuves que je croise chaque jour dans ma bonne ville de Champigny-sur-Marne ? Pourquoi ne cessez-vous pas tout simplement de financer un trafic dont vous prétendez dénoncer les dérives ?



  • spoutnik 24 novembre 2010 13:37

    Encore un de ces témoignages grotesques générés par la pensée unique bobo toujours plus évaporée : ces pathétiques bisounours sont incapables d’imaginer un seul instant qu’il n’y aurait pas de trafic de drogue s’il n’y avait pas de consommateurs. L’auteur de ce post pousse l’hypocrisie jusqu’à la nausée en dénonçant un trafic dont il fut, en tant que consommateur, le principal prescripteur, ce qui jette un discrédit définitif sur son très comique « mais que fait la police ? » final. Cela me rappelle une émission d’Apostrophes datant d’au moins 20 ans : Pivot avait invité un ancien taulard qui, à sa sortie de prison (qu’il avait fréquentée plus longtemps dans toute sa vie que l’air libre), avait commis un livre de « souvenirs », et qui s’entendait questionner sur la culpabilité résiduelle que pouvait éprouver un malfrat qui, bien que clamant n’avoir jamais tué qu’en légitime défense, avait probablement pas mal de morts sur la conscience en raison du trafic de drogue auquel il s’était livré avec persistance. Le brave Pivot ne s’était pas attendu à prendre un revers lifté de fond de cours de toute beauté, l’« accusé » ayant instantanément rétorqué que non, il n’avait aucun remords, parce que sa clientèle n’était évidemment pas composée de gens modestes, qui ne peuvent de toute façon pas se permettre un budget drogue approprié, mais bien de gens aisés, des « beaux quartiers », qui savent parfaitement ce qu’ils font, l’assument et surtout en ont les moyens. Ce soir-là, le mythe du consommateur forcément victime en avait pris un sale coup...



  • spoutnik 4 août 2010 20:39

    Accuser Michael Jackson de sympathie pro-nazie parce qu’il appréciait les uniformes des SS relève non seulement d’une imbécilité aussi flagrante que pathétique, mais également d’un évident manque de culture. Quiconque s’intéresse un tant soit peu à la mode ne peut être indifférent à la perfection des uniformes nazis ni aux influences que ces coupes ont eues par la suite. Je ne sais plus dans quel roman Philip Roth explique notamment que c’est le Führer lui-même qui avait exigé que le dessin et la confection des splendides uniformes SS soit confiés à l’un des meilleurs tailleurs allemands de l’époque, le père de Hugo Boss. Porter des chemises Hugo Boss fait-il de vous un nazillon ?







Palmarès