• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

stade_de_france

stade_de_france

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 3 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • stade_de_france stade_de_france 2 janvier 2009 11:43

    @ l’auteur.

    Efficace et perspicace votre billet. Tous comme les précédents d’ailleurs.

    Je reprend votre propos : "Avec un énième tripatouillage constitutionnel le Vieux Lion voudrait s’assurer l’immortalité au pouvoir, s’appuyant sur une armée balkanisée et tenue par la cupidité. Mais il devrait être attentif au fait que l’immortalité en politique est une chimère et qu’il faut savoir tourner sa page avant que l’on ne la tourne pour soi. Car la majorité silencieuse, à tort et d’une certaine manière complice, supporte de plus en plus mal ce gâchis monstrueux qui s’est érigé en sport national."

    Le "Vieux Lion" n’a guère envie de tourner sa page car maints afro-dictateurs, il veut mourir dans son palais. Et sauf miracle, tout porte à croire qu’il y arrivera. Divers facteurs ont brisé la société et l’économie camerounaise depuis la fin des 80’s :


    la disparition progressive de l’Etat qui ne construit plus rien, n’entretient plus rien, ne police plus rien et n’est plus que l’ombre de lui-même. Rien d’étonnant à ce que les pirates des mers et "les coupeurs de route" sévissent en toute impunité. Sans compter bon nombre de policiers et gendarmes arrondissant leurs fins de mois qui sont de vrais diables la nuit et ne jouent même pas aux anges le jour.


    les convoitises et les jalousies qui ont miné les relations sociales et familiales tous azimuts. Contrairement à de nombreux pays d’Afrique occidentale où la famille et les amis résistent plutôt bien aux aléas typiques de l’existence africaine, ceux d’Afrique centrale en général et le Cameroun en particulier sont très gravement minés par ces deux éléments, à la fois socle et vecteur d’un culte de l’apparence, absolument inimaginable pour un non-camerounais.

    - le culte de l’apparence : comment être éclatant dans son paraître - et point brillant dans son être et dans son faire - au point d’y consacrer autant de temps, d’argent et d’énergie ? Y a une fameuse expression camerounaise qui l’illustre plus que tout : "si je ne fais pas ceci...on va dire que cela".  smiley  smiley A quoi bon jouer du violon en smoking quand le paquebot rouillé coule à pic ? Je vois dans cela un peuple brisé, devenu presque fou... Car, on oublie qu’un dictateur délirant peut rendre son propre peuple aussi malheureux que dingue et reposer sur cette "folie collective"... que j’ai également observé dans maints pays d’Afrique, d’Amérique latine, du Moyen-orient et d’Asie. 

    - l’emprise négative des "Vieux" sur la société et sur les affaires, versant complètement dans les deux facteurs décrits plus haut, a fortiori complices passifs (et même actifs) de cette dictature sournoisement délirante. Rien à voir avec le Kenya, par exemple, où les "Anciens" ont largement contribué à éteindre l’incendie ou sein tant des villages que des communautés élargies. Mais, il s’agit ici d’une toute autre histoire, géographie et culture. L’Afrique n’étant guère ce monolithe socioculturel que de nombreux tiers-mondistes et africanistes s’imaginent...

    - la quasi impossibilité de crever l’abcès. Parfois, on se dit qu’une bonne guerre ferait peut-être du bien au Cameroun. Mais, l’expérience (personnelle de surcroît !) de nombreux pays afro en la matière incite vivement à trouver d’autres solutions. Je crains même qu’une guerre commençant dans ce pays ne se termine jamais. Paradoxalement, le citoyen camerounais n’est pas un "violent". Qu’il se rebelle est une chose, mais qu’il en vienne au AK-47 en est une autre, trop soucieux qu’il est du sort éventuel de sa famille et de ses proches. Il en va tout autrement de l’ivoirien, du congolais ou du libérien, par exemple, sans toutefois généraliser. Contrairement à ce qu’on entend trop souvent dans les médias et aux multiples tentatives de l’appareil politique, le citoyen camerounais n’est pas fondamentalement tribaliste mais relativement communautariste. J’insiste sur "relativement".D’abord parce que beaucoup de familles sont ethniquement mélangées et qu’en outre, l’homo camerounicus n’est guère enclin à prendre sa machette pour assassiner massivement ses voisins et leurs familles.

    Malheureusement, pour le Cameroun, je n’entrevois aucune solution à moyen terme. Je pense que les locaux aussi. Et cela alimente d’autant un désespoir voire une dépression collective, se superposant à une dégradation hallucinante des conditions de vie. On a l’impression que même Dieu a quitté ce pays !  smiley

    Et pourtant, cette nation me semble d’une masse critique intellectuelle au-dessus de plusieurs pays afro pourtant nettement mieux lotis politiquement et économiquement. Une réalité primordiale que quelque puissance moyenne n’apprécie guère, au demeurant, et met en vain tout en oeuvre pour la briser.

    Je me suis demandé si en son tréfond, le peuple camerounais préfère attendre dans la douleur que le Vieux Lion meure de sa belle mort plutôt qu’évoluer à l’ivoirienne/togolaise/zimbabwéenne/guinéenne. Une fois le félin enterré, les camerounais improviseront comme ils savent si bien ou si mal le faire...  smiley

    Encore merci pour ce billet.

     



  • stade_de_france stade_de_france 4 février 2008 18:22

     Hé Hé ! ils savent que que t’en profite pour consulter tes articles de c..l  pendant qu’on trime dur dur ? S et T ont adoré aussi.  on se croirait presq’ dans la série the Shield avec Vic



  • stade_de_france stade_de_france 4 février 2008 16:06

    @ Thierry

    Sans vouloir me faire l’avocat du diable Charles Bwele  , il faut reconnaître que son billet a quelques pointes d’intérêt de plus que l’article original et est mieux syhnthétisé. En fait, mr Bwele a extrait à la fois dans l’Economist et dans l’étude-source que g parcouru assez rapidement.

    Tu sais, Thierry beaucoup de posts sur AV ou rue89 ne sont qu’un digest voire une traduction d’autres revues. Y aurait pas ça, y aurait pas de web 2.0. Même que les billets de AV sont repris par d’autres blogs sans sources citées. C la notoriété des revus et des auteurs AV qui malgré cela s’en porte mieux







Palmarès