• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Steamrobin

Steamrobin

Directeur artistique dans la communication et le jeu vidéo, co-fondateur de l’antenne régionale d’une association féministe bien connue et prônant la mixité. Très sensible aux sujets de sociétés et plus particulièrement à ceux liés aux questions de genre et à ceux liés aux jeux en général : toujours une question de jeu de rôle...

Tableau de bord

  • Premier article le 12/09/2008
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 1 7 53
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique




Derniers commentaires



  • Steamrobin Steamrobin 1er novembre 2008 18:00

    Parmi les exemles cités, il me semble manquer Libération qui fut pourtant un des pionniers du numérique.

    Dès les années 90, dans sa version papier, "Libé" s’ouvrait à la révolution numérique, de façon didactique et curieuse et désormais, dans sa version online, après avoir été un des pionniers, Libé me semble un très bon exemple de constitution d’une "plateforme journalistique" moderne : agrégations de contenus et ouvertures à la planète numérique, "galaxie" de blogs, Next, le mag. purement online, etc. 
    Mais peut être que je suis impartial vis à vis de ce journal que j’apprécie depuis toujours pour sa ligne politique et sa qualté journalistique. Peut être aussi que Libé n’est pas assez Web II (et pourquoi pas Web X) pour mériter d’être cité en exemple ? Beaucoup le penserait mais je ne pense pas que ce soit votre cas, Youssef. 
    En tout cas, je vais fouiller plus avant dans les liens que vous donnez dans votre excellent article que je trouve très instructif. 



  • Steamrobin Steamrobin 31 octobre 2008 16:15

    Que dire ? 
    J’adore ce billet, tout simplement. 
    Presqu’une consolation à tout ce qu’on nous fait subir par ailleurs. 
    Merci, mille fois merci.



  • Steamrobin Steamrobin 13 septembre 2008 12:35

    @ nihalem

    Vous ne semblez pas comprendre et c’est bien triste car c’est justement face à cet hétérocentrisme, dont vous faites preuve aussi, que je réagissais à propos de cet aspect du débat. 
    Certes, la Théma était implicitement centrée sur les relations hommes/Femmes et donc hétérosexuelle. 
    Je vous le concède aisément. et n’ai rien à redire à cela. 
    Mais je réagis dans mon article sur les interventions des 2 débatteurs dont celles qui témoigne de l’hétérocentrisme de la psychologue qui, en considérant ses filles comme de vraies filles et ses gendres comme de vrais hommes, dépasse les bornes et flirte avec une discrimination homophobe dont l’évidence n’est pas à démontrer et devait être dénoncée (ad minima).
    Votre insistance à ne pas comprendre cela m’étonne, à moins que vous trouviez, vous aussi, que les hommes et femmes ne rentrant pas dans cette catégorie hétéronormée et binaire sont des sous-humains ? Et que vous trouviez aussi que le point de vue hétéronormé a encore une légitimité à se prétendre un modèle d’excellence sociale et morale... 
    A vous lire, j’ai peur que ce soit bien le cas et ne parierai pas sur votre tolérance et ouverture d’esprit.



  • Steamrobin Steamrobin 13 septembre 2008 05:17

    Je n’avais pas répondu à Kalki tant j’avais du mal à comprendre pourquoi il disait être d’accord avec moi pour ensuite dérouler tout un tapis de considérations fumeuses, qui ressemblent tant à la sociobiologie de Wilson et au néo-darwinisme du café d’à côté. 
    Je n’avais pas envie de répondre par exemple à propos de la science en lui rétorquant que les femmes ont systématiquement fait l’objet d’un zapping de la part des élites officielles les empêchant d’être connues ou reconnues pour leurs apports éventuels à la science ou au progrès. Pour une Marie Curie (et encore, quand on connaît son histoire, on ne peut que constater ce travail de sape sexiste à l’oeuvre pour la rabaisser durant sa carrière...) combien de femmes jetées aux oubliettes de l’histoire officielle et des intérêts bien sentis de ses pairs masculins... 
    Et pourtant, je viens de répondre en partie, alors même que j’ai de gros doute sur l’intérêt de cette partie de la discussion pour l’intelligibilité des débats suite à mon article. 
    De très gros doutes face à cette conception d’un monde qui tient plus de la jungle néo-libérale que d’une société humaine telle que je me la représente avec l’idéal républicain qui m’a forgé : Liberté, égalité, fraternité. 




  • Steamrobin Steamrobin 12 septembre 2008 22:32

    Je ne vais pas réagir sur ce que vous évoquez des extrapolations faites à partir des chimpanzés. 
    On fait dire tout ce qu’on veut au règne animal et même à partir des chimpanzés, qu’il s’agisse de démontrer que l’homosexualité est un régulateur des tensions sociales entre une majorité de primates ou à l’inverse qu’il s’agisse d’illustrer une thèse néo-darwinienne... Et du reste, je me demande ce en quoi les exemples tirés de la nature devrait nous guider en quoi que ce soit dans l’élaboration d’une société humaine prônant des valeurs humanistes et républicaines. 
    Notre but est-il de nous coller à ce que la science (certains scientifiques plutôt) nous commanderait comme par le passé (et encore maintenant) la religion entendait le faire ? L’homme s’est émancipé des contingences naturelles, qu’on le regrette ou non, que cela nous amène à la catastrophe ou pas, c’est un fait indéniable que l’humanité n’a plus rien à voir avec aucune espèce animale régie par ses seuls comportements dit "naturels". 
    Libre à vous de chercher à renouer avec une hypothétique conduite naturelle, pour ma part, je reste civilisé et désireux de voir cette civilisation progresser vers plus de respect et de tolérance.
    Et tant pis si cela ne cadre pas avec les fantasmes néo-darwiniens. ..

    Par contre, je vais réagir sur votre assertion concernant le fait que nous soyons déterminés par notre sexe. 
    Vous entendez sûrement par là le sexe que l’on nous attribue à la naissance ? 
    Car chacun sait qu’il s’agit d’une attribution arbitraire dont font les frais les nombreux intersexués (dont ceux qu’on appelle hermaphrodites, mais pas que, loin de là...). Chacun sait aussi que le schémas couramment admis du XX/XY ne correspond pas à la réalité constatée de génotypes atypiques peu rares (X seuls, XXY, etc.). Personne n’ignore non plus que des "anomalies" hormonales conduisent à des inversions entre le génotype et la réalité anatomique constatée, chez le foetus comme chez l’être humain.
    C’est vrai que peu admettent encore le poids de l’apprentissage dans l’acquisition des caractères liés au genre et sensés correspondre au sexe d’attribution. Aussi peu nombreux sont ceux qui admettent que sur ce sujet, autant que pour le sexe, on assiste à un continuum de sensibilités allant du féminin au masculin et ne correspondant pas toujours au sexe d’attribution. 
    Vous faites apparemment partie de ces derniers qui ne seraient pas plus prêts à admettre qu’on ne naît pas homme mais qu’on le devient, au même titre que Simone de Bauvoir faisait le constat qu’on ne naissait pas femme mais qu’on le devenait, sous le poids de l’apprentissage culturel inculqué dès la naissance. 
    Pour revenir à ce que vous évoquiez, quel poids accordé à ce déterminisme lié au sexe (anatomique) quand on constate le nombre de paramètres et de variables qu’il faut prendre en compte, biologiques ou culturelles ? 
    A moins d’accepter qu’une généralité doive faire force de loi pour toute l’humanité. Tiens, cela me rappelle les intégristes religieux qui sont persuadés d’oeuvrer pour le bien en voulant imposer leur vérité sensée être universelle à toute l’humanité...

    En conséquence de quoi et afin de répondre à votre dernière phrase, il ne s’agit donc, pas tant de nier les différences, que de clamer haut et fort que la société humaine ne saurait se borner à une définition binaire à laquelle chacun devrait s’astreindre selon son sexe d’attribution. Encore moins sous le prétexte d’un héritage animal auquel nous serions obligés de nous conformer...

    Enfin, je ne peux que nous féliciter d’être d’accord tous les deux sur le fait que ce débat était nul.

LES THEMES DE L'AUTEUR

Médias Société






Palmarès



Agoravox.tv