• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

sys

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 18 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • sys 12 septembre 2011 17:01

    @Rakotoarison

    Précision : le système présenté dans cet article (approbation) est un cas particulier du vote de valeur avec 2 valeurs (0 ou 1) au lieu de 5 valeurs. Je parlerai de vote de valeur par la suite...
     
    Votre argument 1, la question de la légitimité : quand on envisage de changer de système il faut aussi accepter de changer de référentiel. En vote de valeur, la légitimité s’acquiert par un nombre de points acquis. Comptabiliser le nombre de votants par candidat n’a pas de sens puisque les électeurs s’expriment sur tous les candidats. Si vous raisonnez en nombre de points acquis, il n’y a pas plus ou moins de problème de légitimité qu’avec le système actuel si le résultat est serré (en nombre de votants, ou en nombre de points).

    Votre argument 2, la difficulté pour les électeurs : je ne suis pas expert en acquisition de compétences cognitives chez la petite enfance, mais mon expérience personnelle avec mes 2 enfants m’inciterait à dire que c’est équivalent, voir probablement l’inverse. Demandez à un jeune enfant (2 ans, 2 an et demi) s’il préfère une glace au chocolat, à la vanille ou la fraise. Il a parfois du mal à répondre... Demandez lui : la glace à la fraise c’est bon ou pas ? la glace au chocolat c’est bon ou pas ? etc. On a souvent plus de facilité à répondre à la deuxième série de questions qu’à la première question. Plus sérieusement, je pense que l’écart de difficulté entre les modes d’expression (choisir un candidat ou donner une valeur à chaque candidat) est absolument négligeable face à la difficulté de comprendre le monde qui nous entoure et la vie politique. L’un relève d’un age mental n’excédant pas quelques années, l’autre relève de l’age mental adulte...

    Je ne reviens pas sur l’argument 3 auquel j’ai déjà répondu.



  • sys 12 septembre 2011 15:15

    @Rakotoarison

    Oui j’ai participé plusieurs fois à des dépouillements, j’ai moi-même réalisé les mesures de temps.

    Regardez le tableau de synthèse des calculs en bas de : http://www.votedevaleur.info/co/modeCalcul.html

    Avec le vote de valeur, considérez qu’il y a autant de dépouillements différents que de candidats (encore une fois oui, c’est plus long) : vous avez le même niveau de contrôle candidat par candidat (vérification par des sommes).

    Quand en vote classique vous faites un seul controle, en vote de valeur vous en faites autant qu’il y a de candidats. Vu qu’il est ensuite difficile de tricher sur le nombre de candidats smiley, le niveau de contrôle est bien le même.

    En vote de valeur une table de dépouillement ne s’occupe que des valeurs attribuées à un seul candidat.
    A chaque table de dépouillement, la faiblesse est soit au moment de l’énonciation du nom du candidat (vote actuel) ou de la valeur (vote de valeur) inscrit sur le bulletin de vote, soit au moment du report sur la fiche d’une marque supplémentaire pour ce nom ou pour cette valeur (c’est pourquoi 2 personnes annoncent ce qui est inscrit et 2 personnes reportent sur la fiche). Pour chaque table de dépouillement, le protocole est exactement le même en vote classique et en vote de valeur. Le risque d’erreur ou de triche est bien du même ordre.

    Dans les 2 cas, il est aussi possible de reprendre un lot de bulletins et de recommencer.



  • sys 12 septembre 2011 13:57

    @focalix et Rakotoarison

    C’est faux, un vote de ce type est tout à fait contrôlable, exactement au même niveau qu’un vote actuel. Lors du dépouillement, on peut prononcer un mauvais nom tout comme un mauvaise valeur (dans le cas du vote de valeur). C’est exactement du même ordre, et les techniques de contrôles de cohérence à posteriori sans reprendre les bulletins un à un permettent le même niveau de validation, à savoir juste un contrôle de cohérence sur le nombre des bulletins, mais pas leur contenu.

    Évidemment, ces systèmes de vote (approbation ou vote de valeur) étant plus riches, le décompte prend plus de temps. Des expérimentations ont été réalisés dans ce sens et ont montré que le temps de dépouillement restait parfaitement réaliste. Le vote de valeur ou par approbation n’impose absolument pas le vote par ordinateur, et je militerais aussi contre le vote de valeur si c’était le cas ! Vous trouverez plus de détails ici : http://www.votedevaleur.info/co/depouillement.html



  • sys 12 septembre 2011 12:14

    Bonjour,

    Le système de vote que vous proposez s’appelle le vote par « approbation » ou « assentiment ».
    Il a notamment été expérimenté aux élections présidentielles en 2007 : http://www.unicaen.fr/crem/vote/analyses-cas.pdf

    Une forme plus riche est le système de vote « par notation » ou « par valeur » aussi expérimentée en 2007. Un site est dédié à ce type de vote : http://www.votedevaleur.info. Sachez qu’une refonte importante de ce site est en cours et une expérimentation est envisagée pour les prochaines élections présidentielles. N’hésitez pas à contacter l’association (contact@votedevaleur.info) si vous souhaitez plus de détails.



  • sys 6 mai 2008 17:56

    Mettons-nous 30 secondes à la place des protagonistes de la réforme : les chomeurs et employeurs...

    1. je suis chomeur ; on me demande d’accepter un emploi, je me présente à l’employeur ; le poste ne me convient pas (trop loin, pas assez payé, trop physique...) ; comme je sais que je n’ai pas le droit de refuser, il me suffit de jouer au plus bête ou au plus fragile que je ne suis réellement devant mon "futur" employeur et il n’acceptera bien évidemment pas de me prendre. C’est lui qui ne m’a pas pris, ce n’est pas moi qui ai refusé.

    2. je suis employeur, après 3 tentatives infructeuses de personnes qui jouent ainsi de mauvaise volonté, j’arrête de faire appel à l’ANPE qui ne m’envoie que des bras cassés ! Je me débrouille pour recruter par internet, etc.

    A moins qu’un élément important de la réforme pour contrecarrer ce raisonnement m’ai échappé, je ne vois comment les choses pourraient se passer autrement. Comment donc expliquer cette idée de réforme ?

    1. soit les responsables au gouvernement n’ont pas la capacité de faire ce type de raisonnements, c’est très inquiétant, mais j’en doute...

    2. soit ils prévoient dans une deuxième étape d’obliger les employeurs à accpeter les postulants ;)

    3. soit leur objectif est de couler définitivement ANPE et Assedic (plus d’offres des employeurs) ce qui justifiera la privatisation de la gestion du chomage.

     

    Je penche personnellement vers cette 3ème hypothèse... Je vous laisse juge de la méthode...







Palmarès



Agoravox.tv