• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

ubick

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 80 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • ubick 17 mars 2011 19:43

    @ Alain Michel Robert

    L’humour, c’est bien. Le bon, c’est rare...
    La prochaine fois, essayez donc avec les députés et autre politiques de « Drouate » qui nous ont mis Hadopi et Loppsi bien profond et sans vaseline. La aussi, on peut faire des listes et y aller dans les allusions graveleuses. 
    AH la là, qu’est-ce qu’on rigole, hein ? 
    Et quand vous aurez cinq minutes, vous viendrez peut-être filer un coup de main aux Restos du Coeur ou manifester dans la rue contre ces lois stupides. Vous verrez, avec nos potes CRS aussi, on se fend la gueule ! 

    En tant que musicien et réalisateur d’albums aux services d’autres jeunes artistes, j’ai participé de mon mieux et activement à la campagne anti-Hadopi. Je suis désormais écoeuré par l’hypocrisie et la bêtise qui règne sur les forums et dans la majorité des commentaires, ici comme ailleurs. Soyons clair, il n’y a plus AUCUN espoir de carrière pour un futur artiste, fût-il de la trempe des Brel, Brassens, Ferré, Hendrix, Miles Davis, ect....
    Les arnaques styles Jamendo, MyMajorEscroquerie et autres font florès ; aucun modèle économique viable n’en ressort pour l’artiste, mais tout le monde d’en contrefout. Par contre, c’est le tollé général dès qu’on reproche au Kevin Kikoo de télécharger depuis son PC SONY des Go de mauvais MP3 ou de Divx, qu’il écoutera (ou pas) sur les HP pourris de son I-Phone ou I-Pad (ou je ne sais quelle autre I-daube inutile et à la mode pendant deux mois)
    La license globale, les internautes ont râlé, personne n’en a voulu, c’est bancal à la base comme système. 
    Le modèle libre, je veux bien, mais mon boulanger n’est pas d’accord quand je pars avec ma baguette sous le bras sans payer...
    Combien de fois j’ai lu du mal des artistes, je ne sais plus...Combien de fois, expliquant les risques d’Hadopi, j« ai entendu : »M’en fous, j’ai pris Mégaupload.«  (Cool, tu payes pour pirater, c’est la classe, t’es un vrai rebelle !)
    Quand ils ont tués les chanteurs, je n’ai rien dit, je n’étais pas chanteur.... Vous connaissez la suite. 
    Vous voulez rire ? Eh bien s’ il y en a qui se fendent la gueule en ce moment, ce sont ceux qui nous fourguent toute cette technologie, les lois qui vont bien avec, et pour remplacer les »vieux cons", de nouveaux pseudos artistes à date de péremption limite fabriqués par la télé Starnac’.
     Avec tout le respect que vous doit, s’il vous reste de la vaseline...(HUMOUR)


  • ubick 17 mars 2011 18:51

    Et bien sûr ils vivent d’amour et d’eau fraiche. Pourquoi ne travaillerions pas tous par passion, sans se faire payer ? Vive le libre !

    Comme de nombreux posteurs, tu crois la propagande de ces sites qui font du pognons sur la masse de musique qu’ils ne détiennent pas tous légalement d’ailleurs...


  • ubick 17 mars 2011 18:47

    Ah, bon... Et donc, sur cette arnaque de Jamendo, tu écoutes quoi ? Heu, ben des artistes... Et tu sait si ceux-la sont des trous de balles ou pas, tu sais combien ils touchent sur leur travail (moi oui, hélas). Je ne sais pas quel est ton boulot, mais méfie-toi qu’un jour y’en ait pas un qui dise, « celui-là », on peut se passer de lui. Ce jour-là, remarque, t’auras du temps pour écouter des MP3 au son bien naze, et tu pourras aller chercher ton petit colis au Restos du Coeur.

    PS : J’ai fait campagne contre Hadopi en tant qu’artiste indépendant.


  • ubick 19 mars 2010 05:49

    Lors de l’entretien des candidats avec le pseudo-producteur, un détail loin d’être anodin : il leur fait signer une décharge les obligeant à abandonner leur droit à l’image. Cette abandon ne fait pas partie de la fiction et c’est une pratique systématique dans toutes les émissions de ce genre depuis plusieurs années. Celà permet au producteur d’utiliser et de commercialiser sous toute forme l’image de la personne, sans aucune contrepartie financière. Ce procédé est régulièrement dénoncé par la Spedidam et autres organismes de défense des droits d ’auteur et d’interprètes, mais à l’heure d’Hadopi, il semble que la télé puisse s’affranchir du droit. En tant que musicien, j’ai toujours refuser de céder mes droits, ce qui fait que je n’ai jamais touché un cachet pour une prestation télévisée (concert, émission). Telles sont sont les pratiques en vigueur dans ce milieu.
    Pour la forme, le film-reportage est construit exactement comme une émission de télé réalité qu’il est censé démonter : choix des angles, images, montage, tout est faussé et ne peut prétendre à la rigueur d’une expérience scientifique, ou alors « la ferme » en est une !
    D’autre part, le débat suivant le reportage a été tronqué, d’après le témoignage d’un intervenant, qui s’insurgeait du fait que l’animateur veuille forcer un des « candidats » du film à faire un coming-out. L’animateur a alors ordonné à l’intervenant de quitté le plateau, ce qu’il n’a pas fait, et tant mieux ! La séquence a ensuite été coupée au montage. Ceci a été rapporté sur France-Inter, au grand dam d’ailleurs de l’animateur de l’émission radio qui a avoué qu’il « était convenu » de ne pas en parler. Et c’est la qu’on voit que la collusion dépasse le cadre de la télé, qu’elle soit privée ou publique.
    Pour en revenir au débat, la manière dont les choses sont amenées est désormais familière à qui prend un peu la peine de décrypter :
    Premier acte : le constat, tout le monde est amené à admettre la validité de l’expérience.
    Deuxième acte : la généralisation qui amène inévitablement à évoquer ce qui rode en suspend : l’holocauste, avec comme corrolaire, nous sommes tous des nazis en puissance. Au passage, ne pas oublier de stigmatiser internet lors d’une émission télé(merci madame, ça c’est fait)
    Troisième acte : la culpabilisation. Morandini dans le role du journaliste qui nous explique que nous sommes responsables et coupables de cet état. Si de telles émissions existent, c’est que le public les demande, sous-entendu, nous ne sommes pas, nous, gens de télé, responsables de la daube que nous diffusons, c’est de votre faute.
    Le télespectateur lambda sort de là honteux et lessivé, ce qui est le but de tout cette propagande.
    Sinon, pour ma part, je ne regarde jamais d’émission de télé-réalité (rien que le nom !)
    et j’ai voulu suivre celle-ci suite au sujet sur France-inter.



  • ubick 14 mars 2010 13:33

    Entièrement d’accord au sujet du MP3, qui nous renvoie des décennies en arrière au niveau de la qulité sonore.Le FLAC ou l’OGG en 16 bits /44,& Khz, à la rigueur..Sachant qu’on enregistre courament en 32 bits /192 Khz dès le maquettage en home studio, c’est désolant de voir notre boulot saccagé de la sorte au final. En tant qu’ingénieur du son et auto-producteur, je suis farouchement opposé à Hadopi, qui n’a d’autre but que le flicage d’internet. Il n’ya à qu’à voir ce qu’est devenu le site « j’aimelesartistes » pour se rendre compte de l’intérêt que nous portent les politiques. Ce qui est désolant aussi, ce sont les réactions de type « boycott global de tout produit culturel » : Merci, pour ceux qui bossent encore avec passion pour fournir de la qualité, que ce soient des artistes, des musiciens, ou des ingé-son, c’est pas encourageant !
    Le prix de vente des CD peut tout à fait baisser, mais ce qu’il faut savoir c’est que le circuit de distribution est entièrement verouillé, et quand on essaie, en autoproduction, de réduire notre marge pour obtenir un produit moins cher, les distributeurs compensent et au final nos produits se retrouvent en rayon au même prix que la daube de la Starac, pour qu’on ne leur fassent pas concurrence, et ils empochent la marge. Quand au ventes sur internet, si vous arrivez, en tant qu’indépendant à vous faire référencer sur I-thunes, c’est que vous acceptez de pas en percevoir une de la part de ces escrocs...

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité