• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

yasmina82

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 1 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • yasmina82 21 février 2008 23:11

    L’urgence, oui ! et pour tous, patients et soignants. Juste pour donner un exemple : Je suis infirmière et mon activité professionnelle est actuellement axée sur le travail de nuit. Un autre monde !! Du service de médecine où séjournent 63 patients dont 55 sont des patients atteints de cancer, 7 en phase terminale à l’établissement ( qui pour mon humble avis devrait être fermé pour mauvais traitement ou pas traitement du tout) où l’infirmière se voit préparer 83 plaquettes de médicaments, ce qui lui prend en moyenne 4 heures de travail, je passe des nuits tout simplement dangereuses non seulement pour moi mais aussi pour les patients. En ce cas, je n’accepte plus les vacations dans ce type d’établissement.

    Etre infirmière est un combat de chaque jour, pour le respect de la dignité de la personne soignée. Prendre soin ne peut se faire, comme j’ai lu dans un article, en exerçant ce métier pour l’alimentaire. C’est un métier difficile, qui engage le soignant dans une éthique qui lui est propre et qui doit être pensée. Depuis le débuit de ma carrière dans le paramédical, je ne peux pas dire que l’évolution de cette profession soit flagrante. Notre BAC + 3 n’est toujours pas reconnu, si je ne me trompe pas. C’est un métier à risque, car nous avons de lourdes responsabilités. Humainement, l’infirmière est sollicitée au coeur même des problèmes de chaque patient, parfois des familles ou entourage de la personne soignée.

    Pour ma part, un DIU d’éthique médicale et un autre de soins Palliatifs me rendent souvent énormément service, car celà me permet, lorsque je me retrouve sur des terrains que je qualifierai d’apocalypse, de me recentrer sur les patients et de réfléchir( en 2 secondes) sur le "que vais-faire avec rien pour apporter un maximum ?".

    Parrallèlement, ce métier peut ouvrir d’autres axes de travail, exemple la formation : ce que je fais depuis quatre années pour la fonction publique auprès des personnes exerçant dans les établissements accueillant des personnes agées. Les thèmes abordés sont l’accompagnement de la fin de vie et la douleur. Apporter, échanger, recevoir des infos, c’est aussi celà le métier de soignant. L’infirmière, il est vrai n’a pas d’obligation de se former après ses 3 années d’études, mais de plus en plus d’établissement ont un cahier de formation, et les soignants doivent choisir quelle est celle qui lui conviendrait le mieux.

    Le gouvernement redécouvre les conditions de notre travail que si nous allons dans la rue. 

    Mais voilà, moi qui vous écris ce petit mot, je ne vois pas de métier plus beau que celui-là, et pour rien au monde, je ne saurai faire un autre job. Ce n’est pas un coup de gueule, ni des critiques envers tous ces établissements où malheuereusement trop de personnes sont soignées, c’est juste un constat, du vécu sur quelques lignes qui pourrait éventuellement faire l’objet d’un travail de réflexion si une personne est sensible à notre cause.

     

     

     

     

     







Palmarès



Agoravox.tv