• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

yoda

yoda

Je n’ai pas 26 ans. Je n’habite pas le Liechtenstein. Je ne suis pas titulaire d’un DEA d’arbre en plastique. D’ailleurs, je ne suis pas avocat bien que je n’ai jamais voulu devenir tourneur-fraiseur. Je ne sais point ce que c’est que le web2.0. A ce jour, je n’ai pas encore publié une centaine d’articles sur Agora-Vox et ce n’est pas près d’arriver.

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 191 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • yoda yoda 8 novembre 2006 09:56

    @toto

    Puisque l’univers n’a (a priori) pas d’environnement avec lequel échanger de la chaleur, la définition de l’entropie de l’univers n’est pas celle de la thermodynamique « classique » mais pris dans un sens plus large et notament statistique.

    Concernant la relation entre l’entropie et l’expansion, imagine une boite remplie de particules dont le volume (de la boite) augmente sous l’effet d’une augmentation soudaine de la pression interne. Si le volume augmente tres lentement, les particules ont le temps de diffuser rapidement, le systeme reste a l’equilibre, et l’entropie reste maximum durant l’expansion (on parle de detente adiabatique). Mais si l’expansion se fait rapidement, les particules n’ont pas le temps de remplir la boite, et pendant un transitoire on a une diminution de l’entropie (statistique). Cette diminution ne contredit pas la seconde loi car la soudaine pression interne (big-bang) constitue une production (phénomenale) d’entropie...

    Mais je suis d’accord que l’entropie cosmique est un objet tres flou et mal defini (dont je ne suis pas specialiste), vu que la thermodynamique du big-bang et du cosmos doit s’accomoder des lois de la relativite generale et de la physique quantique, et ce n’est pas une mince affaire.

    Bien a toi et au plaisir d’etre contedit smiley

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité