• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Yves Despeaux

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 1 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Yves Despeaux 29 août 2008 11:47
    Je profite de l’article et des réactions pour communiquer les revendications de notre syndicat (contact 06.11.08.52.03)
     
     Pour une charte sociale des salariés
     de la formation professionnelle
     
     
     Le secteur de la formation professionnelle se compose de plusieurs dizaines de milliers d’organismes aux champs d’intervention les plus divers ( formation, information sur les formations et les emplois, conseil en tout genre, accompagnement…). Ainsi, une myriade de petites structures ( Missions Locales, C.I.B.C…) participent au système « Formation/Emploi » du pays ; structures aussi précaires que leurs salariés ( formateurs, psychologues, documentalistes, administratifs…) et dont la pérennité dépend pour une grande part des financeurs institutionnels (Conseil Régional, Conseil Général, ANPE, ASSEDIC, DDTEFP …)
     
     A partir de janvier 2009, quelque soit la forme que prendront concrètement les modalités de régulation du secteur de la formation, les Organismes de Formation (O.F.) devront répondre à des « appels d’offre » en vue d’obtenir , auprès des financeurs « publics », les marchés qui leur permettront d’assurer leur équilibre financier. Cette mise en concurrence effective des acteurs du secteur de la formation se fera au détriment de la qualité de leurs prestations, les stagiaires étant en premier lieu considérés selon leur rentabilité. Le discours gestionnaire prend le pas sur toute autre considération, en particulier pédagogique.
     
     Or, les salariés eux-mêmes ne sont pas épargnés. Des contrats précaires, des salaires insuffisants, des conditions de travail dégradées, une pression à la productivité, des horaires « élastiques » constituent bien souvent leur quotidien. Leur faible syndicalisation et leur isolement ne leur permettent pas d’expression collective. L’absence de délégués du personnel et de comité d’entreprise laisse le champ libre aux abus de pouvoir de toute sorte.
    Ainsi, le recours systématique aux C.D.D. d’usage permet aux directions non seulement de ne pas pérenniser les contrats des formateurs mais aussi de réaliser des économies sur la prime de fin de contrat et sur les congés payés, sans la nécessité,par ailleurs, de ne respecter aucun délai de carence.
    Harcèlement moral, discrimination et licenciement abusif participent également d’une situation générale à laquelle il convient urgemment de remédier.
     
     La précarité est ainsi la règle dans la plupart des O.F., qu’ils dépendent de fonds publics ou de financements de l’entreprise.
     
     A l’heure où les politiques prêchent l’insertion par le travail et l’exigence de qualifications, qu’attendent les financeurs pour garantir dans les faits le respect des relations sociales dans les O.F. et celui des conventions collectives ?
    S’agissant des stagiaires, de nombreuses procédures ad hoc et autres « Chartes Qualité » sont mises en place, alors que les personnels « formateur » et « administratif » doivent subir des conditions de travail dégradées ainsi que l’arbitraire de certaines directions toutes puissantes.
     
     Le syndicat SUD-FPA se fixe pour première démarche de rencontrer les principaux institutionnels ( Conseil Régional, Conseil Général, A.N.P.E., ASSEDIC, D.R.T.E.F.P.,F.A.S.I.L.D., FONDS Européen,…), si possible en intersyndicale, pour œuvrer avec eux à l’amélioration des conditions de travail et au développement des compétences des salariés de la formation professionnelle.
    Cela ne pourra prendre corps qu’avec l’intégration d’un indicateur de climat social dans les futurs cahiers des charges d’appel d’offre :
    - turn over
    - temps partiel subi
    - proportion de CDD/CDI dans la structure employeuse
    - nombre et durée des arrêts maladie et des accidents du travail
    - litiges Droit du travail
    - présence syndicale.
     
    A plus long terme, l’objectif serait de revenir sur les conventions collectives de la formation professionnelle en vue de revaloriser et d’unifier les statuts des salariés (salaire, accès de tous à la formation continue, conditions de travail…)
     
     






Palmarès