• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

zoiseau

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 3 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • zoiseau 16 octobre 2007 23:58

    Au risque de vous décevoir, la fusion anpe/assedic ne diminuera pas le nombre de fonctionnaires. Et pour cause... Le personnel de l’assédic est sous contrat privé et les agents de l’anpe sont sous contrat cdi avec l’état (et non pas fonctionnaire ...). La nuance peut vous paraitre subtile mais il est prévu dans leur statut actuel de pouvoir les licencier. Je ne vous jète pas la pierre - Pierre - car nos Hommes politiques adorent berner l’auditoire ...

    Ne nous y trompons pas l’objectif de la fusion est de faire reculer plus ou moins artificiellement le chomâge... Et d’accroître surtout la paupérisation.

    La paupérisation est « inéluctable » dans l’économie de libres échanges actuelle car tous les pays n’ont pas le même niveau de développement ni de couverture sociale. Auparavant, un taux de chomage important permettait la stagnation des salaires : il s’agit d’un effet « mécanique » naturel lorsque la demande est plus importante que l’offre. Aujourd’hui, les économistes pensent qu’il faut aller plus loin. La france a pris du retard dans cette stratégie. Grâce à l’élaboration d’un cadre rigide définissant une « offre valable d’emploi », grâce à l’augmentation des moyens permettant l’accompagnement et le contrôle des chomeurs, grâce à une communication efficace envers les entreprises, nous devrions rapidement ratrapper notre retard. Avez-vous compris ? Avant, un employeur pouvait rencontrer des difficultés à recruter lorsque le salaire proposé n’était pas en adéquation avec les compétences attendues. Bientôt, cette difficulté appartiendra à la Préhistoire (sauf pour quelques métiers qualifiés en tension) ! Cette nouvelle orientation du traitement du chomâge associée à la nécessaire modification des conditions de rupture des contrats de travail (voire pourquoi pas la suppression du smic ...), permettra de « fluidifier » le marché de l’emploi très rapidement !!! Courageux amis qui vous levez tôt pour aller travailler, ne soyez pas jaloux, votre tour viendra bientôt de connaître l’efficacité redoutable de cette nouvelle stratégie. Pour vous rassurer quelque peu, vous pourrez demander à votre employeur de réaliser des heures sup pour améliorer votre quotidien.

    Mes arguments vous paraissent peut-être pessimiste voire fallacieux. Je ne prétends pas détenir la vérité. Mais alors comment expliquer que l’Anglerre connaisse parait-il le plein emploi alors que son taux de pauvreté est bien supérieur à celui de la France ? Par définition, la nature du chomâge en Angleterre est dite « frictionnelle » (taux de chomage incompressible lié à la courte période nécessaire pour retrouver un emploi). Quel phénomène peut expliquer la paupérisation d’une frange importante de la population quand il suffit de lever le petit doigt pour trouver un emploi ? Mon explication est la suivante : 1) l’Angleterre n’est pas du tout dans une situation de plein emploi. 2) Sa politique d’activation de la recherche d’emploi permet de faire pression uniquement sur la partie de la population en capacité d’être très productive. Le taux de chômage affiché est le résultat d’une segmentation des personnes sans emploi. Cette pression ciblée limite l’inflation liée à l’augmentation de la masse salariale et augmente ou maintient la compétitivité des entreprises.

    Bref, le « poids lourd » gagne en boxant comme un fou, le « poids moyen » prend des coups mais survit, le « poids-plume » est disqualifié car trop léger pour entrer sur le ring. Espérons que l’arbitre ne soit pas en même temps le bookmaker. Autrement dit que le payeur soit celui qui sanctionne ...



  • zoiseau 14 octobre 2007 11:43

    Il est urgent de réformer le syndicalisme en France. Le blocage systématique est dangereux et nous précipite dans le mur. La cgt, fo et quelques autres confédérations sont davantage préoccupées à « défendre » des idéologies d’un autre temps que par la négociation. Ces syndicats appellent les salariés de l’anpe et de l’unedic à la grève le 18/10/07 non pas pour dénoncer le projet de fusion mais dans l’intention de mobilier des troupes pour défendre les régimes spéciaux de retraites. C’est un comble .... Eux qui prônent l’égalité de salaire pour tous. Que l’on soit compétent, mou, actif, glandu, tire aux flanc, dynamique : même emploi, même gratitude, même salaire. Que dis-je même petit salaire pour tous. Que diable ne s’offusquent-ils pas qu’un agent EDF parte à la retraite 5 ans avant un ouvrier de la sidérurgie ? J’entendais, il y a quelques jours, un responsable syndical déplorant que 15% des agents de la scnf avaient une retraite inférieure à 1000 euros. « Vous voyez, c’est quand même loin d’être des nantis a-il rajouté ». Certes. Mais que dire des 85% qui perçoivent une rente supérieure à 1000 euros quand celle des ouvriers agricoles est à peine de 700 euros ? Ces syndicats ne défendent pas l’intérêt de l’ensemble des salariés mais celui d’une poignée de sympatisans et par la même leurs propres intérêts. Ils ne défendent pas les plus faibles mais ceux qui les nourrissent.



  • zoiseau 12 octobre 2007 02:22

    Je suis conseiller à l’anpe et comme beaucoup de mes collègues je suis pour la fusion anpe/assedic même si cela occasionne quelques inquiétudes. La fusion permettra de simplifier les démarches des « usagers » (demandeurs d’emploi et employeurs) et d’optimiser les moyens.

    Le leurre est de faire croire que ce dispositif permettra le plein emploi ! Depuis 20 ans, l’état se sert du service public de l’emploi comme amortisseur des tensions sociales. Si des chomeurs n’arrivent pas à trouver d’emploi, c’est la faute de l’anpe qui ne fait pas le necessaire. Il est toujours amusant d’écouter les hommes et femmes politiques utiliser cette diversion pour mieux fuire leur responsabilité. Je vais vous confier un secret ! : l’anpe applique quasiment en temps réel les consignes données par l’état. Les banlieues brulent, l’état ordonne à l’anpe de recevoir tous les jeunes des citées pour leur proposer un emploi. Et l’anpe s’execute. Sans renfort de personnel. Sans budget supplémentaire pour qualifier ces jeunes souvent très éloignés de l’emploi. Sans se plaindre. Sans trop d’illusion car il s’agit d’une opération de communication de l’état comme bien souvent. Mais avec volonté. Avec volonté car l’une des fonctions de l’anpe est de servir d’amortisseur des tensions sociales. L’état n’a jamais donné les moyens à l’anpe d’accompagner réellement les chomeurs car l’état sait que la créaton nette d’emploi est trop faible par rapport aux nombres de demandeurs d’emploi. A quoi bon dépenser de l’argent ? Après la communication de l’autruche en regrettant que l’anpe s’occupe insuffisamment des chomeurs, voici venu le temps de la communication spectacle. Toujours plus loin, toujours plus haut, toujours plus fort. On peut effectivement imaginer que si un malade a de la température, c’est parce que le thermomêtre est défectueux. Eurêka : le chomage serait la conséquence du mauvais fonctionnement de l’anpe et de l’assédic. Il vous faut une preuve ? 400 000 emplois ne seraient pas pourvus tous les ans. La faute à qui ? Bon, le chiffre ne dit pas la durée moyenne de ces emplois, ni leur nature, ni la recurrence d’année en année du besoin. Combien de charpentiers traditionnels OHQ ? Combien de cuisiniers traditionnels expérimentés ? Combien d’ingénieurs ? On ne peut pas nier que si l’état donne de vrais moyens pour l’accompagnement des chomeurs, le retour à l’emploi sera plus rapide. Mais ce n’est pas la fusion de l’anpe et de l’assedic qui permettra le plein emploi. Sauf, si l’on adopte le système anglais d’exclusion massive : officiellement le plein emploi et officieusement un taux de pauvreté bien plus important qu’en France.

    Je parlais au debut de mon post des inquiétudes des conseillers à l’emploi. La plus sérieuse est celle de conserver la délégation de pouvoir de radiation. M.Sarkozy trouve logique que le payeur puisse sanctionner les fraudeurs. Et le courageux travailleur Français approuve en général ... Voyez-vous la perversité du système ? D’un côté l’état qui peut chercher à tout prix à faire baisser le chomâge. De l’autre une enveloppe budgetaire d’indemnisation chomage à équilibrer coûte que coûte avec des règles dictées par l’unedic. Et peut-être des primes conséquentes de résultats versées aux conseillers à l’emploi.

    Il faut impérativement la séparation des pouvoirs. Il est normal que le payeur puissent contrôler et signaler toute suspicion de « fraude ». Mais il faut que le pouvoir de radiation soit exercé par un organisme indépendant.







Palmarès