• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de GRL

sur On ne construit pas de savoir dans l'émotion


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

GRL GRL 15 novembre 2007 18:06

L’émotion est inséparable de l’échange humain , est ce que votre question supposerait que nous ayons le choix ou non d’en mettre ou pas dans les propos ?... De l’empathie , peut etre , de l’émotion dirigée , oui , mais l’échange entre deux humains passe par tout un tas de codes de langages et de postures faciales , de gestes des mains qui renseignent les interlocuteurs sur l’état émotionnel de ... chacun , et non pas sur la teneur emotionnelle du discours en lui même , de son contenu couché sur le papier n’en contenant pas à proprement parler.

Et c’est là où je pense qu’on peut faire ... confusion .

Car je peux lire la lettre de G.M platement , sur un ton monocorde et communiquer en même temps à mon interlocuteur la nature de ma simulation , mon jeu ... il rigole du décalage entre l’écrit et le récit .

Maintenant , je la lis avec trop d’empathie et d’effets de manches et c’est le même phénomene , dans l’autre sens . Je surjoue , il y a décalage et donc comique . La classe se poile.

...

C’est pour celà que demander à un prof d’etre comédien n’a à peu pres aucune chance d’aboutir à l’effet escompté. Du reste , si la lettre de Guy Mocquet m’émeut personnellement , si le fait de me trouver en position de la lire à ma classe m’émeut également , je la lirai donc en communicant à mes interlocuteurs , une émotion bien à moi , naturelle et no provoquée , ou comprendre encore , j’investirai tout naturellement les canaux de communications émotionnels que je vous décrivais plus haut , ceux inhérents à toute conversation in visu . Et l’effet à toute les chances d’aboutir . Parceque ce n’est pas un effet fabriqué , tout simplement.

Maintenant , apprendre se fait toujours avec la voie lexicale , syntaxique et grammaticale du langage ecrit et parlé , mais la mémoire , elle imprime mieux si elle peut retenir l’émotion que faisait passer le « conteur » au moment du premier récit. C’est sur , mais çà dépend de chaque enseignant . On peut supposer que l’enseignement exige tout de meme un minimum de cette fibre là , non ?

Et pour cause , même des profs de maths arrivent à canaliser l’attention par la bonne adéquation du canal emotionnel entre la classe et l’enseignant , alors que la matiere s’avere tres théorique , voire rébarbative.

Mais voilà , maintenant , je pousse un peu plus loin , en parlant de l’orientation qu’a pris la télévision ( communication unilatérale ) , au travers du JT et de la pub , ... c’est devenu une douche émotionnelle tour à tour tensiogene et politique ( JT ), puis apaisante et ... mercantile ( pub ) . Et elle est abrutissante , car completement axée sur l’impact émotionnel . Et de fait elle inscrit dans la mémoire à l’insu du télespectateyr , et ne lui permet plus de faire les projections temporelles nécessaires à toute réflexion , à tout discernement , à toute analyse d’une situation.

Car l’émotion impose son rythme , elle tient « l’ému » rivé dans le présent , mais la réflexion , la compréhension , l’analyse , elle , exige d’indispensables projections temporelles. Et c’est là , à mon sens , la clé de votre question.

Ex : Si j’ouvre un robinet qui balance 10 l / mn , pendant 3 mn , que va t il se passer au bout de 2 mn si j’ouvre le bouchon de la baignoire qui évacue 15 l mn ?

Balancez l’énoncé avec emphathie et charge émotionnelle , tout le monde écoute les yeux equarquillés , mais personne n’a rien compris de l’énoncé ... je ne continue pas vous avez compris.

L’apprentissage , par les attitudes psychiques de réception qu’il induit popur les éleves , est une alchimie entre des phase de recentrage de la classe , pour préparer tout le monde à ... recevoir , et à ce moment là précisément , celà marche bien en utilisant la canal émotionnel.

Mais lors de la phase de compréhension du sujet , la concentration est nécessaire , et la donnée , la nouveauté, se passe du déroulé de l’histoire émotionnelle de l’enseignant. Et même la donnée historique , nécessite de s’imaginer le contexte de la lettre dans un temps ancien , et surtout pas comme une actualité de 2007 , et là j’espere qu’on est bien d’accord. Le devoir de mémoire passe par une bonne situation temporelle des faits et pas pas une angoisse ,( émotion ) ou d’une peur d’un récit ancien que l’on imaginerait actuel , alors que l’on veut juste que le moment sinistre de l’histoire qui lui est associé soit connu de la jeunesse .

La synthese et la mémorisation , elle , peut à mon avis , s’accompagner de la donnée émotionnelle car celle ci sera mémorisée en même temps que la doinnée informelle et pourra servir de « poignée sensible » au moment d’extirper de sa mémoire telle ou telle donnée parmi toutes celles de la semaine de cours. Mais gare à conserver le bon ancrage temporel des faits que l’on souhaite voir retenus.

Fini pour le sens propre , au sens commun maintenant , et ce sera rapide , c’est à dire au sens de la portée sociale , politique , à savoir , lire la lettre en exagerant l’emphase pour marquer l’auditoire , ben , on connait , c’est de la propagande et du conditionnement , c’est de la télé , de la pub , quoi ... donc , non pour moi car l’éleve doit faire le chemin lui meme pour integrer un savoir ( sinon çà ne sert plus à rien , il n’y a plus de gout , il y a gavage ) et pour prendre une fois adulte, sa position au milieu d’une societé , enfin , c’est ce que je souhaite à tout jeune.

GRL


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès