• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Armelle Barguillet Hauteloire

sur Le chemin des aubépines


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Armelle Barguillet Hauteloire Armelle Barguillet Hauteloire 22 mai 2008 10:07

Mircéa Eliade a posé le sacré comme un archétype de la conscience humaine. Un archétype au sens psychologique, c’est une image originaire primordiale ( ou archaïque ) que l’on rencontre dans toutes les cultures, par exemple, le dragon, le chevalier, le feu. Jung pensait qu’il existe un fonds commun d’archétypes, " qui appartiennent au trésor commun de l’humanité" et qui constituent l’inconscient collectif.
Par ailleurs, Maurice Pradines a analysé finement la nature humaine. Il a établi que l’une des fonctions de cette nature, c’est la fonction religieuse. Dans son traité de psychologie générale, étudiant " le génie humain", il y décèle les fonctions suivantes : technique, religion,art, langage, société. La religion, c’est le rapport de l’homme a une Force capable de "mouvoir organiquement le monde depuis la pierre jusqu’à l’homme", sorte de sympathie, " principe universel de l’animation, c’est-à-dire de l’âme élémentaire" (t.II, p.122 , l’étude sera développée dans son ouvrage L’Esprit de la religion ).

Depuis les temps les plus reculés, l’homme s’est posé la question : d’où venons-nous ou allons-nous ? et de cette prise de conscience sont nées la philosophie et la théologie. Si la tentation de l’homme d’aujourd’hui est de ne s’étudier qu’à travers les sciences humaines, deux choses l’en détournent et prennent valeur de signe : l’estime et le respect de soi. Jean Rostand écrivait : " De quelque façon qu’il s’envisage, qu’il le veuille ou non, qu’il le croie ou non, l’homme ne peut se refuser à être pour lui-même une chose sainte. Il ne peut qu’il ne se voie comme l’objet le plus haut et le plus précieux de la planète, l’aboutissement d’une lente et laborieuse évolution dont il est loin d’avoir pénétré tous les ressorts, l’être unique, irrefaisable et irremplaçable, qui, dans l’immense univers, peut-être, n’a pas sa réplique : miracle".

Miracle que cette espèce qui a produit Léonard de Vinci et Mozart, Spinoza et Goethe, Marie Curie et Bach, Martin Luther King et Mère Thérésa. Toute énumération est vaine. Accepterons-nous de dissoudre tout cela dans un ensemble de conditions physico-chimiques ou accepterons-nous de garder posée la possibilité inhérente à la nature de l’homme d’une possible transcendance ? Tout est là...

 


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès