• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de jesuisunhommelibre

sur Quand l'enfant devient une marchandise


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

jesuisunhommelibre jesuisunhommelibre 16 février 2010 16:53

Je ne sais pas pourquoi votre article a été retiré de la page d’accueil ??? Nous sommes bien seuls !

Je ne sais pas si vous connaissez le fonctionnement du privé, mais, il me semble que vous faites un contre-sens :
"Le privé c’est la recherche des économies en termes de coûts au détriment de la qualité de l’accueil« 
Dans le privé, le calcul est fait entre coût et efficacité. Dans le public, le calcul est fait en terme comptable uniquement. Par exemple, on demande actuellement à la police de dresser plus de PV, de procéder à plus d’interpellations. C’est complètement stupide. Le rôle de la police n’est pas d’interpeler, mais de faire en sorte qu’il soit commis moins d’infractions, moins d’agressions, moins de vols. C’est sur de tels critères qu’ils devraient être jugé, en laissant le plus d’autonomie possible à chaque structure. Il serait ainsi possible de constater les solutions les plus efficaces, sachant qu’une même solution n’est pas obligatoirement applicable dans un autre contexte.

Idem dans les hôpitaux, où le contrôle est fait sur le nombre de seringues utilisées, et non sur le nombre de malades guéris.

Concernant les crèches, le problème est le même : Chaque service ayant un coût, il est indispensable de savoir si cet argent, gagnés durement, est utilisé en rendant le meilleur service au moindre prix.

 »c’est en plus des subventions publiques empochées sans qu’il y ait de contraintes"
Vous avez raison quand vous dénoncez les subventions sans contrôle, mais c’est encore une critique, que je partage, du public.

S’il faut vraiment participer au financement des crèches (ce qui aussi peut être discuté), il est plus judicieux et plus efficace de le faire en distribuant des chèques aux ayant-droits qui seront les meilleurs juges du service rendu.

Les société privées qui ne rempliraient plus leurs fonctions disparaitraient d’elles-même, et cela, sans surcoût d’un contrôle inefficace et douteux.


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès