• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Initiative Citoyenne

sur Surconsommation d'antibiotiques & vaccins : quel est le lien ?


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Initiative Citoyenne Initiative Citoyenne 12 avril 2011 01:41

@epapel

En effet, ces chiffres de 7000 morts par an en France avant la vaccination sont sont inexacts car trop imprécis. Il y a certes pu avoir 7000 morts par an, un jour en France, dus à cette maladie mais ce n’est pas, pour autant, que la vaccination est responsable de cette décrue !

En effet, selon l’Annuaire statistique de France, on peut voir qu’à l’époque de la première guerre mondiale par exemple, il y avait bien 5000 décès annuels, imputables à la rougeole mais vous oubliez de dire aussi et surtout que, selon ce même annuaire, le taux de mortalité a chuté, tout seul, sans vaccin de 99,5% entre 1906 et 1983, année du lancement de la vaccination en France ce qui dément donc que la vaccination ait pu, comme vous l’affirmiez à tort, éviter des milliers de morts par an en France !

En fait, ce qui est terrible c’est que c’est même exactement l’inverse qui se produit : si la vaccination réduit effectivement la circulation du virus et donc la fréquence des infections en nombre absolu, elle a aussi pour effet (pervers) de déplacer l’âge de survenue de la maladie à des âges où la maladie induit plus de complications graves.

Lisez les données de l’InVS et vous verrez ceci :
« Les données montrent que les taux d’incidence en 2010 ont plus que triplé chez les moins de 1 an et ont augmenté deprès de 5 fois chez les adultes de 20 ans et plus par rapport à 2009. Ceci est très préoccupant car les complications (neurologiques ou pulmonaires notamment) sont plus fréquentes et sévères dans ces groupes d’âges†. »

http://www.invs.sante.fr/surveillance/rougeole/Point_rougeole_220311.pdf

On a donc moins de cas au total mais plus de complications graves : où donc est alors le bénéfice (si ce n’est pour les labos) ?

Enfin, quand vous contestez le statut de « maladie bénigne », nous rappelons que nous avons parlé de bénignité pour les cas, ici, en Occident car il est bien évident que la situation dans les pays pauvres est totalement incomparable pour des raisons physiologiques évidentes : dénutrition, immunodépression, sida, carence en vitamine A, autant de conditions qui aggravent et rendent éminemment plus fréquentes les complications graves et décès mais qui sont des conditions non remplies par les enfants de nos pays, fort heureusement.

Et un autre problème repose aussi, dans le fait que tout vaccin (y compris à virus vivant) engendrant une immunodépression non négligeable, elle peut parfois s’avérer fatale, elle aussi, pour ces populations déjà très fragilisées ce qui repose toute la question des priorités en terme d’aide au développement : plus de nourriture et moins de vaccins.
On pourrait rééquilibrer les choses. Mais quand on regarde sur les « tracts » d’infos que MSF envoie à des donateurs potentiels, on voit qu’il faut tel montant pour payer une bouillie nutritionnelle à X gens et seulement 50 euros pour vacciner 250 personnes contre la rougeole donc on voit bien que ces personnes de ces pays pauvres sont avant tout les victimes de choix politiques et sociétaux, avant d’être les victimes de rougeole ou de palu ou de ceci. L’eau et la nourriture ne rapportant pas aux labos occidentaux, on a honteusement inversé et déséquilibré ces priorités et sur un plan humanitaire, cela constitue un immense scandale et un immense gâchis de vies humaines...


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès