• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Daniel Roux

sur L'Europe au bord de la chute


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Daniel Roux Daniel Roux 14 décembre 2011 12:17

Il fut une époque pendant laquelle les marchands du temple pouvaient être chassé par un homme en colère. Ils ne disparaissaient pas pour autant car si le lieu était inapproprié, leur activité répondait à un besoin. Quant à l’homme en colère, il a fini crucifié.

Aujourd’hui, ce sont les gros actionnaires des multinationales, c’est à dire l’oligarchie financière, qui mène le monde. En exigeant et obtenant la dérégulation des finances et le libre échange, elle a multiplié sa puissance et affirmé son indépendance. Les peuples subissent plus qu’ils n’agissent et rien n’indique que les mouvements de colère aient une quelconque influence sur leurs décisions.

Les civilisations humaines évoluent en fonction de la démographie, du climat, du niveau d’éducation, de leur dépendance vis à vis de leurs voisins qu’ils soient assujettis ou non, et de l’efficacité de leur organisation politique. Les décadences proviennent le plus souvent de la corruption du pouvoir, la chute n’étant que le dernier acte de cette décadence.

Aujourd’hui, la mise à jour d’un haut niveau de corruption des élites est en passe de détruire le crédit qu’accorde les populations assujettis à leurs dirigeants politiques. L’oligarchie, à l’abri dans les paradis fiscaux, a entrepris, avec un certain succès, d’affaiblir le pouvoir des nations occidentales qui avaient atteint un haut niveau de développement social. Le moyen utilisé est l’endettement (Reagan l’a clairement exprimé). Elle vise à accaparer encore plus des richesses produites et à assurer sa sécurité. C’est pour cette raison que les budgets militaires des nations, même très endettées, reste important.

Une rupture systémique s’est produite en 2008. Un battement de papillon ( la faillite organisée de Lehman Brothers) a provoqué la mise en mouvement accidentelle de plaques structurelles de l’économie en déséquilibres depuis un certain temps. Personne ne maîtrise le cataclysme en cours.

Les US, hyper puissance dominante de la fin du XX ème siècle sont en faillite et la pauvreté y atteint des niveaux records. Le pouvoir politique est moribond. Seule reste la puissance militaire tant à l’extérieur, qu’à l’intérieur de l’empire. Tout est fait pour camoufler l’effondrement de l’empire mais cela n’empêche pas qu’il se produise. C’est là, sous nos yeux, qu’à lieu la grande dislocation et c’est de cet exemple, qu’il faut tirer des leçons.

Les nations de l’’Union Européenne, sauf la Grande Bretagne, n’en sont pas à ce point. Nous pourrions encore réagir et gagner la guerre contre l’oligarchie si, hélas, nos élites n’étaient pas vendues corps et âmes à l’ennemi.

 


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès