• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de eau-du-robinet

sur Ne Voiture rien venir ?


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

eau-du-robinet eau-du-robinet 25 janvier 2014 08:17

Bonjour moumou,

Si votre démonstration (tel que vous nous le présente) s’avérait vrai les véhicules avec moteur à combustion ne devront même pas avancer avec une émission enregistrent un taux de 0,1% en CO2, hors c’est bien le contraire ils sont même plus de punch !

La ’’vapeur d’eau’’ injecté dans la chambre de combustion du moteur qui accompagne le carburants (Gazole ou essence) garantit une meilleure combustion tout en réduisent très fortement l’émission du CO2 et des autres polluants dans l’air . Le fait d’ajouter des molécules H2 (2 molécules de hydrogènes) et O (un molécule d’oxygène) améliore la combustion tout en réduisant très fortement la pollution de l’air !

 Votre constatation part du principe d’utiliser du carburent seul sans ajout d’eau (vapeur) !

Sur wikipedia j’ai trouvé l’information suivante :

L’enrichissement du carburant par hydrogène désigne les technologies permettant d’ajouter principalement du dihydrogène aux hydrocarbures utilisés par les moteurs à combustion interne. L’intérêt du dispositif consisterait principalement en une diminution des émissions polluantes (CO2, NOX) sur les moteurs équipés.

Il s’agit, très vraisemblablement, d’un effet de compression : même si l’eau injectée dans la chambre de combustion est sous forme de vapeur, cette eau repasse par l’état liquide au moment de la descente du piston puisque cette aspiration par le piston refroidit le cylindre. Au moment de la combustion, l’eau se vaporise et augmente donc la pression dans la chambre de combustion, de la même manière qu’un turbo-compresseur.

Le barbotage (fait de passer un gaz dans un liquide) des gaz d’échappement peut largement expliquer les « bons » résultats du système. En effet, le CO2, comme de nombreux polluants, est facilement absorbé par l’eau (qui devient noire assez rapidement, indice de présence éventuelle d’hydrocarbures). Ainsi, il n’y aurait pas élimination de la pollution, mais un déplacement d’une partie de celle-ci : au lieu de polluer l’atmosphère, on « pollue » cette eau qui est envoyée dans l’admission sous forme de vapeur, le principe de recirculation des gaz est déjà utilisé avec la vanne EGRsource


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès