• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Christian Labrune

sur Terrorismes à gogo pour guerres Otaniennes


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Christian Labrune Christian Labrune 15 septembre 2014 22:18

« Comme cela c’est plus clair ! »

@redrock

C’est très clair depuis toujours. J’ai suffisamment écrit sur ce site pour que mes positions puissent jamais paraître ambiguës.
En particulier, et à la différence de ce que vous faites en diabolisant l’occident, je n’ai jamais « diabolisé » personne, pas même les musulmans, lesquels savent très bien, le cas échéant, se « stigmatiser » eux-mêmes. Voyez mon article à propos de la « déclaration pour le vivre ensemble » du CFCM que je trouve « excellent ».

Je croyais l’avoir précédemment expliqué fort clairement : le Diable, pour moi qui suis athée, n’existe pas plus que Dieu. Ce que vous appelez le Mal avec un grand M, j’appelle ça plus simplement la connerie. L’existence de la connerie, elle, n’est plus à démontrer.
 Je suis effectivement tout à fait hostile à l’islam, mais l’islam, c’est un corpus de préceptes, ce n’est pas une collection d’individus. La plupart des « musulmans » ne devraient pas tarder à prendre leurs distances par rapport à cette religion comme l’ont déjà fait les catholiques avec la leur. Les guerres de religion du XVIe siècle, les massacres qui ont suivi la Saint-Barthélémy de l’an 1572 n’ont pas été pour rien dans la disparition en France d’un christianisme médiéval qui n’aura pas pu survivre à un développement concomitant du rationalisme. Les massacres perpétrés actuellement par les zélateurs d’Abou Bakr al-Bagdhadi sont un équivalent de la Saint-Barthélémy. Avec plus de quatre siècles de retard, certes, mais ils marquent pareillement la fin de l’islam. Il aura fallu deux siècles pour « écraser l’infâme », comme disait Voltaire parlant du clergé catholique ; il ne faudra pas dix ans pour que l’islam redevienne ce qu’il était en France il y a trente ans : un ensemble de traditions et de superstitions populaires, c’est-à-dire un équivalent du catholicisme moderne. Il y a même fort à parier que les « musulmans » auront au même titre que les Allemands après l’expérience du nazisme, une espèce de mauvaise conscience difficile à déraciner. C’est au nom de leur religion qu’on aura perpétré des massacres atroces et, quand on y regarde d’un peu près, il est bien difficile de dire comme le pauvre Cameron ou la plupart des politiciens européens qui tiennent à ménager une partie de leur électorat, que l’islam serait « une religion de paix ». Il suffi d’avoir lu le Coran pour voir que ce qui se prétend Etat islamique trouve sa pleine justification dans le texte fondateur de l’islam.

Finkielkraut faisait dimanche une remarque fort pertinente. Les anciens totalitarismes, disait-il, lorsqu’ils massacraient, savaient très bien ce qu’ils faisaient et s’en cachaient honteusement autant qu’il était possible. Aucun n’aura donc poussé l’horreur jusqu’à exhiber et revendiquer les exactions les plus inhumaines comme les récentes exécutions sommaires de soldats ou les décapitations. De fait, les communistes ne se sont jamais vantés des massacres de Katyn ; la conférence des nazis à Wannsee aura été tenue secrète. Ce qui se passe du côté de l’Irak marque donc un nouveau progrès dans l’horreur.

Refuser de regarder la réalité en face, comme vous le faites et comme le font la plupart de vos lecteurs sur ce site voué au décervelage, c’est un parti pris inqualifiable. A force de sophismes et d’articles d’une propagande délirante qui ne peuvent résister à deux minutes de réflexion d’un esprit médiocrement instruit, vous argumentez sans même peut-être vous en rendre compte en faveur du jihadisme. Bien évidemment, vous n’allez pas applaudir aux décapitations, cela ferait trop mauvais genre, mais vous fournissez à de jeunes crétins qui liraient ce site l’argumentaire débile qui les induira à exécrer l’occident, à excuser et blanchir, de l’autre côté, des tortionnaires toujours innocents puisqu’irresponsables : c’est pas de leur faute, c’est celle d’un néo-colonialisme qui perdure !

Si j’avais vingt ans, si j’étais totalement inculte et même illettré comme beaucoup le sont, et psychiquement un peu perturbé, à la lecture d’articles de cette sorte, j’aiguiserais mes couteaux de cuisine et je prendrais illico un billet pour la Turquie.

 


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès