• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Corinne Colas

sur Plaidoyer pour une sortie du nucléaire


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Corinne Colas Corinne Colas 23 novembre 2014 13:50

Spécialistes/

Les spécialistes de l’amiante disaient qu’il n’y avait aucun problème, c’est tout juste si on ne pouvait pas la tremper dans son café tant elle était bonne… Il y aurait donc des arnaques vieilles comme le monde dans le domaine de la santé ou autre mais pas dans le nucléaire qui ne souffre d’aucune discussion. Ce n’est pas là qu’il y aura bataille d’experts, toute critique est qualifiée de propagande.

Les spécialistes sont indispensables quand ils sont indépendants. A cet égard, le nucléaire reste une exception française. Même le GSIEN (pourtant si prometteur) est rentré dans le rang.

 

Il faut être idiot pour réfuter la nécessité d’un avis expert sur des « sujets complexes ». 

Sauf que 

1) on ne mord pas la main qui vous nourrit

2) en toute bonne foi, un « haut niveau de connaissance » ne met pas à l’abri d’une faiblesse dans l’analyse. Il arrive même que les scientifiques non pétris de certitudes, le réalisent souvent lorsqu’ils arrivent à la retraite et ont enfin la parole libre (ce n’est pas le cas de tout le monde, j’en conviens).


Si je cite la CRIIRAD, cela ne sera pas assez bien pour vous, la légitimité ne vient que du sérail. Je ne résiste pas alors à rappeler l’existence de Bernard Laponche, chercheur au CEA. N’hésitez pas à lui exposer vos « arguments ». 


Entre spécialistes pro et anti, la discussion sera plus intéressante. 

 

Pour rappel :

 

http://blogs.mediapart.fr/blog/bernard-laponche/190613/paroles-de-responsables-du-nucleaire

 

 

http://www.sortirdunucleaire.org/Interview-de-Bernard-Laponche

 

Extrait ; « On a tout à fait le sentiment d’un Gouvernement « sous influence » qui commet à mon avis deux erreurs majeures et dangereuses à plusieurs égards. 


La première est le déni du risque nucléaire de la part des responsables politiques qui ne prennent même pas la peine d’étudier eux-mêmes sérieusement le dossier et se laissent « mener en bateau » par les grands féodaux du nucléaire, haute administration comprise. Une telle attitude d’irresponsabilité peut conduire aux pires « non décisions », notamment sur le vieillissement des centrales que l’on va laisser filer, alors qu’il ne devrait en aucun cas dépasser les quarante ans de fonctionnement après leur couplage au réseau, voire les trente cinq ans et encore moins pour certaines d’entre elles. Cela implique un programme d’arrêt progressif des centrales existantes à partir de maintenant.

La seconde est la non compréhension de la transition énergétique qui s’impose au monde entier, basée sur la sobriété, l’efficacité énergétiques et le développement des énergies renouvelables mais aussi la décentralisation et la territorialisation des systèmes énergétiques, ce qu’a très bien compris l’Allemagne qui, en parallèle, a décidé de « sortir du nucléaire » pour les trois raisons fondamentales qui sont les déchets radioactifs, le risque d’accident grave et la prolifération nucléaire. A ne pas jouer franchement la carte de la transition énergétique, à s’enfermer dans la poursuite du nucléaire, la France est en train de perdre une occasion historique de modifier son mode de développement, ce qui est néfaste sur le plan environnemental (risque climatique, risque d’accident, pollutions et déchets) mais aussi sur celui du développement de nouvelles activités et de l’emploi, sur l’ensemble du territoire. « 


Arguments en effet très techniques du lobbying/

Les anti veulent le déclin économique de la France, l’élévation des impôts, et ils sont immunisés par un grigri sans doute puisqu’ils trépignent de joie à l’idée d’un accident en France (ah bon y’en a eu aucun jusque là ? Et à propos des deux énormes ailleurs, nous avons été protégés par des frontières étanches ?).

 

Concernant le vieillissement des centrales : pas un mot… sur les risques, pas un mot sur le coût… Quant à l’uranium nécessaire à notre « indépendance énergétique », rappelons qu’en France, la dernière mine a fermé il y a 13 ans. Evitons le sujet de la pollution des sites dans notre pays ou à l’étranger, le nucléaire, « c’est propre » à ce niveau aussi pour COGEMA. Evitons le coût, l’éthique colonialiste de l’extraction à l’étranger… Sans compter nos interventions militaires afin de protéger notre énorme groupe industriel, le jour où cela deviendra plus cher qu’un avion pour le président nigérien, la facture sera plus lourde…

 


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès