• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de ddacoudre

sur Un roi philosophe et non un roi fou


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

ddacoudre ddacoudre 7 novembre 2016 21:15

@alinea

heureusement que Mélenchon ne sera pas élu, car alors il serait tué dans l’œuf par toutes les incuries qui auraient permis son élection. Rappelle-toi Mitterrand ceux qui l’avaient élu pour mener une politique socialiste l’on coulé. leur socialisme se bornait a vouloir être tous des capitalistes repus, et cela n’a pas beaucoup changer même chez ces 92% de citoyens qui disent vouloir réformer le capitalisme, il faut traduire par qu’il veulent en être les bénéficiaires. nous sommes élevsé dans une société capitaliste, soumis au droit du père familial, au fait du prince dans l’entreprise, à la force du droit qui devient le droit de la force pour les gouvernants.
En permanence des structures (les dominants systémiques) pensent pour nous, il est donc difficile de devenir un adulte, ce n’est pas comme dans le règne « animal ». cette prise en charge collective tient à la nécessaire régulation de notre concentration humaine pour ne pas tomber dans le cloaque. mais ceci n’emporte pas l’installation de la soumission permanente, ceci devrait fédérer l’échange d’idées, d’expérience, de culture car lorsqu’on les ajoute elles ont un effet multiplicateur. naturellement l’on ne part jamais de rien et ce n’est pas tous qui pouvons nous y adonner, mais tous nous pouvons apprendre pour nous libérer de la prison de l’ignorance dont nous ne voyons pas les barreaux. être libre c’est pouvoir refuser ce que l’on pense nous soumettre, mais il y a des refus qui creusent nos tombes comme celui de ne pas apprendre tout au long de l’existence, car au bout de la scolarité aujourd’hui l’on ne sait presque rien de ce qu’il est nécessaire pour sortir de l’infantilisme. et les biens pensant disent que les hommes sont libres d’apprendre, alors que c’est la clé de voute de notre développement. en 1882 les citoyens disaient pareil pour leurs enfants, car ils avaient économiquement besoin d’eux.
Le savoir rend libre, non parce que l’on peut faire ce que l’on veut mais parce que l’on comprend la nécessaire coexistence qui nous fonde et nous nomme. http://ddacoudre.over-blog.com/pages/Du-rat-a-moi-7607770.html.
cordialement.


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès