• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de QAmonBra

sur Comment lutter Efficacement Contre l'idéologie islamiste


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

QAmonBra QAmonBra 24 décembre 2016 03:32

@Pascal L

(. . .) « Il ne faut pas regarder que le Coran, » (. . .)

J’en suis loin,mais il est un principe intangible pour toutes les écoles de jurisprudence coranique, tout hadith, même dit fiable, c’est à dire sans rupture dans la chaine de transmission, est à écarter si il est contredit par le coran, ce dernier reste « le juge de paix »
En Islam sunnite, je ne connais pas assez le chiite, c’est la position des exégètes musulmans et on ne peut convaincre un musulman de la justesse de nos propos, sans lui apporter la contradiction par le Coran lui même, d’où l’indispensable nécessité de maîtriser totalement la langue arabe et sa genèse. Toute argumentation passant outre n’aura aucun écho, qu’on l’accepte ou non c’est ainsi.

(. . .) "car elle perturbe le rythme de la récitation qui passe en rythme ternaire et rompt le rythme binaire qui est présent partout dans le Coran.«  (. . .)

N’étant nullement arabisant et je le déplore, je veux bien vous croire sur parole, sachant que les textes coraniques ont obligatoirement été »retouchés« suivant »l’humeur« politique des califes successifs, mais certains ont perdu la vie pour cela, à ce titre, il est cité par certains historiens de l’Islam le cas du calife Othmane qui aurait scindé en 2 parties une longue sourate et aurait titré » Les Quraîch« l’une d’elles, provoquant la fureur des médinois qui trouvaient injuste que les ennemis mortels du prophète soit cités dans le Coran et non eux, qui ont été son solide soutien et son rempart face à la persécution des Banû Qûraîch.

(. . .) »les récits de la mort de Muḥammad montrent que ses contemporains le tenait pour pas grand chose.« (. . .)

Comme les juifs talmudiques ou pharisiens pour Jésus ?

(. . .) »Ils étaient plus occupés à se disputer son pouvoir et sa fortune que de lui rendre un hommage.« (. . .)

C’est encore le »père« Gallez qui raconte ça dans ses 1100 pages !? Si c’est le cas il me donne aucune envie de le lire !
Mûhammad leur a évité la dispute du pouvoir en leur proposant de son vivant son successeur : Abû Bakr, à la fois son meilleur ami, premier disciple et beau père, par la suite et jusqu’au califat d’Ali, les califes suivants, dits »rachidûn« , ont été, comme par le prophète, proposés par le précédent à l’aval des compagnons de Mûhammad, c’est suite au califat d’Ali, cousin et gendre de Mûhammad, soit plus de 24 ans après sa mort, que les successions califales ainsi que leur autorité vont dégénérer.

Sa fortune ! Tous les historiens musulmans sont d’accord sur au moins un point : Mûhammad aimait la simplicité et pratiquait régulièrement l’ascèse et la prière tard dans la nuit, il est mort comme il a vécu, dans la pauvreté, en faisant promettre à la Oumma de prendre soin de sa descendance, comme elle l’a fait pour lui et les siens de son vivant, promesse trahie et constituant une des causes du schisme chiite suite aux meurtres de ses petits fils Hassan et Hussein, par le petit fils de Abû Sophiane, ennemi mortel du prophète durant sa prédication, converti tardivement et de façon douteuse.

Je donne davantage de crédit à cette version que celle du catholique, si c’est la sienne, pour la bonne et simple raison que je n’ai jamais observé historiquement chez les leaders visionnaires prenant le pouvoir pour donner corps à leur vision, un quelconque intérêt pour la richesse et Mûhammad en est l’archétype.

Il est certain que la trajectoire de Muhammad n’est pas celle de Jésus, du moins le personnage décrit par les évangiles, c’est un mystique visionnaire qui, pour défendre et faire triompher ses convictions, s’est transformé en chef religieux, juridique, politique et militaire, dont l’action et l’aura, en l’espace seulement d’un siècle, ont constitué un véritable séisme civilisationnel et ont totalement transformé les sociétés et les Peuples de son époque et bien au delà.

Il n’est pas d’équivalent dans l’Histoire, d’où l’objet de mon intérêt, voir ma fascination, que j’affiche sans complexe et sans, pour autant, me convertir à l’Islam, car sans fil à la patte et sans écurie est ma devise.
 

(. . .) »Pas proto-Chrétien, car ils se situeraient avant le Christ.« (. . .)

Les premier adeptes de la religion initiée par Yéshoua ne se nommaient pas chrétiens, avant et après sa disparition, c’étaient des juifs le reconnaissant comme Messie, donc un schisme au sein du Judaîsme de l’époque.
Ce n’est qu’à partir de Saul de tarse, citoyen romain de confession juive et lettré en grec, et l’ouverture, à son initiative parait il, en l’an 48 de cette religion nouvelle au non juifs, que commence a apparaitre progressivement le terme Crestos d’origine grecque signifiant justement Messie et qui les désignera près d’un siècle plus tard, nous sommes bien la dans une période première précédant le christianisme proprement dit, c’est a dire une phase où les obligations rituelles juives sont encore pratiquées,(circoncision, interdits alimentaires etc) mais vont être abandonnées progressivement au fil du temps avec la conversion massive des non juifs.
Vous faites naître le christianisme avec Jésus ou sa mort, ce n’est pas le cas, d’où mon terme de proto-chrétion pour les nazaréens qui ont rejeté ladite ouverture et ont en continué le culte et la tradition juive, alors que doctrinalement ils ne l’étaient plus, et probablement, plus tard, sont devenus musulmans.
S’ils ont disparu des »radars« pendant un temps pour réapparaitre plus tard, cela ne veut pas dire qu’ils n’aient pas continué d’exister entre temps.

(. . .) »Ceux-là savent bien que le Coran n’est pas juste.« (. . .)

 !? Juste dans quel sens ?

(. . .) »Olaf s’adresse à un public de Chrétiens qui ne savent à peu près rien sur l’Islam et qui sont près à avoir une attitude relativiste qui peut conduire à une catastrophe par incompréhension.« (. . .)

Ce n’est pas en racontant n’importe quoi à des chrétiens au sujet du Coran et de l’Islam qu’il arrangera les choses, notamment en ses temps perturbés à la fois par les wahhabites et leurs sponsors occidentaux, ainsi que par l’arrivée massive de »réfugiés« , musulmans pour la plupart, toujours grâce aux mêmes sponsors

(. . .) »Ma réaction est qu’on ne peut construire un dialogue sur le mensonge.« (. . .)

(. . .) »beaucoup de Musulmans sont formés dans de bonnes universités scientifiques. Je constate des réactions violentes de rejet de l’Islam parmi les Musulmans éduqués lorsque le mensonge leur apparaît évident.« (. . .)

Quel mensonge ! On est dans les Mythes religieux, spécifiquement ceux concernant l’Islam, qui est bien moins connu des chrétiens que le christianisme ne l’est des musulmans.
La Thora et les évangiles en sont bourrés bien plus que l’Islam, demandent on à leurs adeptes de les reconnaitre comme mensonges !
Il en penserait quoi votre »père« Gallez de votre demande ? Et le premier rabbin rencontré ? Ils vous enverraient surement paître plus ou moins poliment, par contre l’Imam ou le musulman devraient eux prendre en compte votre remarque ! Ne sommes nous pas là, de votre part, dans l’indécrottable condescendance occidentale à l’égard des orientaux ?
Jésus peut continuer de marcher sur l’eau ou ressusciter après sa mort, Moise ouvrir de son bâton la mer, mais Muhammad c’est du pipeau comme son Coran !
A vos yeux finalement, le musulman devrait s’occidentaliser pour être »éduqué", il doit perdre sa croyance et sa culture arabo-musulmane pour être . . . Pour être quoi au fait ? Chrétien ? Agnostique ? Athée ?

Avec près de 1,62 Milliards de musulmans, dont plus de 400 millions d’arabes, je vous souhaite bon courage !


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès