• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Agafia

sur La voix de son maître...


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Agafia Agafia 14 septembre 15:38

Dans mes souvenirs de collégienne et lycéenne, le seul professeur que j’ai eu qui se faisait respecter et que l’on craignait était un prof d’histoire.


Jamais je ne l’ai entendu crier, pas même hausser le ton. Bien au contraire, il parlait presque à voix basse, ce qui nous obligeait à rester super attentifs et à dresser l’oreille, d’autant qu’il ne répétait jamais. Pas la peine de lui demander. Fallait suivre, un point c’est tout. Il avait toujours un langage hyper chatié, même quand il vous « engueulait », et ne tolérait pas les écarts de langage ou l’insolence. En général, on ne s’y risquait pas deux fois car il avait l’art de vous remettre à votre place avec beaucoup de classe et beaucoup d’efficacité. Cassé ! aurait dit Brice de Nice ! ^^

Ce type dégageait une telle aura qu’il se faisait respecter même des plus coriaces. Quand il se présentait dans le cadre de la porte, le silence se faisait automatiquement et on se levait d’un seul élan. Durant le cours, hormis sa voix basse qui déroulait le cours, on entendait une mouche voler. Et ce pendant deux heures d’affilée.
Physiquement, il n’avait rien d’impressionnant, pas une armoire à glace... Toujours en costard sombre, un look très soigné, très propre. Un look un peu croque-mort ^^ 
Juste un regard noir glaçant dont il savait fort bien jouer ^^, un calme et un self control à toute épreuve. Un vrai personnage.

Il était ceinture noire de karaté, et je me souviens encore de la seule fois où il s’est énervé. Personne ne l’avait vu arriver et la classe continuait joyeusement l’inter-cours, rigolant, papotant.
Soudain on a tous fait un bond sur nos chaises, il venait de fendre la porte d’un seul coup du tranchant de la main, avec un regard furibard, sans un mot ! ^^
On se retenait de rire ou de s’étonner, impressionnés et amusés tout à la fois.

Mais hormis la discipline de fer qu’il imposait naturellement, sans forcer, et par sa seule présence, c’était un homme très sympa et exceptionnel d’intelligence, de savoir et, d’une culture incroyable. Malgré cette armure, cette austérité de façade et la sévérité qu’il affichait, on l’aimait bien. Avec lui, l’Histoire, souvent ch**nte à l’école devenait passionnante. Et il n’était jamais injuste mais ce n’était pas la peine d’essayer de jouer au plus malin avec lui, c’était perdu d’avance.
Ce genre de prof qu’on n’oublie pas.

Je me souviens d’autres qui braillaient leur cours en permanence, gueulaient, punissaient à tour de bras, incapables de se faire respecter ou d’obtenir un silence total. Ils nous usaient les oreilles à s’en déchirer les cordes vocales mais bien inutilement.

Parler doucement était une bonne technique, celle qu’on vous apprend pour susciter l’attention de l’autre à vos paroles. Poser sa voix, et ne pas chercher à la forcer. Obliger l’autre à devoir dresser l’oreille. Mais je suis consciente que face à 30 petits sauvages affûtés, sauf à posséder cette aura qui impose d’emblée le respect, il n’est pas facile de s’imposer, de se faire entendre et provoquer l’intérêt.

Bon courage.

Sinon, le soir, un pichet de tisane bien chaude de thym, miel et jus de citron. ^^

Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès