• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de phan

sur Quarante Ans de Folie révolutionnaire


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

phan 19 février 13:38
Fondamentalement, ce qui irrite de nombreux voisins de l’Iran, c’est aussi son indéniable réalité politique de pouvoir du peuple, qui leur manque — que ce soit à l’Arabie saoudite, au Bahreïn, aux EAU, à l’Égypte ou à la Jordanie. Ils craignent que leurs propres peuples, qui renâclent sous leurs régimes autoritaires, ne se fassent trop d’idées sur la place due à la vox populi à cause de l’Iran.

Le cœur du problème est que le quarantième anniversaire de la Révolution islamique aurait été l’occasion d’enterrer l’hostilité entre les États-Unis et l’Iran, si seulement l’administration Trump avait eu le sens de l’histoire et la prévoyance politique suffisante pour comprendre le rôle de l’Iran en tant que facteur de stabilité régionale. Le président Trump n’aurait pas eu besoin de chercher plus loin que l’Iran pour trouver un partenaire de terrain efficace pour en finir avec les « guerres sans fin » des USA au Moyen-Orient.


Pour comprendre le contexte de la révolution islamique, lire aussi l’histoire du coup d’État des USA contre le Premier ministre iranien Mohammed Mossadegh en 1953 – dont la victoire du soulèvement populaire, patriotique et religieux persan de 1979 n’a été que le contrecoup : « L’Iran, la Grande-Bretagne, le pétrole et la CIA : 1953, Operation Ajax »

Et aussi : « Noam Chomsky : Les USA harcèlent l’Iran depuis plus de 66 ans, depuis le coup d’État de la CIA en 1953 »

Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès