• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Ecométa

sur Le sort de Casino et de ses salariés soumis aux diktats de la finance ?


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Ecométa Ecométa 23 juin 12:06

@Depi

C’est la dette et le crédit qui font la monnaie : sans dette et sans crédit pas de monnaie ! Terminé le circuit du trésor, du « trésor public », qui donnait pourtant toute satisfaction à « l’économie nationale » ; ce circuit monétaire a été étruit en 1973 par l’oligarchie financière, par la « ploutocratie », au profit du circuit de la dette et de la « mondialisation financière » ; d’une « mafia financière » qui opère à ciel ouvert depuis pratiquement deux siècles !

A croire , qu’économiquement, nous ne pouvons satisfaire nos besoins que par la dette et le crédit ; exit le travail qui ne suffit plus et même pour ceux qui en ont encore un ! Terminé le travail comme meilleur système de répartition en économie ; le travail est mort et enterré sous la sciure la plus épaisse d’un économisme rationalo positivo économico technoscientiste totalement crétin ! 

Jamais le capitalisme et le financiarisme, qui ne sont pas des pratiques nouvelles, à part les algorithmes pour le financiarisme, nouvelle pierre philosophale, qui permet de gagner de l’argent à la nanoseconde ; désormais l’argent fait de l’argent : pourquoi investir dans l’économie réelle sociétale ; jamais ces pratiques, essentiellement dogmatiques, n’ont été aussi exclusives d’elles-mêmes, aussi captives des « économies nationales » !

Pour preuve le 15 du mois quelques 15 millions de compte sont déjà à découvert ; c’est dire que de plus en plus le reste à vivre de l’agent économique lambda, les plus nombreux, ne cesse de diminuer et ceci n’ira pas en s’arrangent !

Il faut savoir, concernant ces difficultés, que le chiffre d’affaire des banques, en ce qui concerne précisément les frais sur incidents bancaires, est de l’ordre de 8 à 12 milliards d’Euros. C’est entre 50- € pour les moins impactés ( c’est la « loi » pour les plus fragiles) et 300- € pour les plus impactés, ceci : mensuellement !

La crise des gilets jaune est une résultante de cette supposée économie qui n’en est pas une ; c’est purement et simplement du dépouillement, de la confiscation, de la spoliation ! Nous sommes en plein système mafieux !


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès