• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Garibaldi2

sur Coupe du monde au Qatar : la coupe du monde tachée du sang des travailleurs immigrés


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Garibaldi2 26 février 04:41

@Ecureuil66

A l’occasion de la construction du château de Versailles, où le nombre de morts sur le chantier était tellement important que Louis XIV s’est fait apostropher, lors d’une visite du chantier, par des veuves d’ouvriers tués, ; Louis XIV a décidé de mettre en place le premier barème officiel au monde d’indemnisation par l’état des victimes d’accident du travail. 

http://www.planete-tp.com/des-milliers-d-ouvriers-a1080.html

https://www.lesechos.fr/2012/07/versailles-le-plus-grand-chantier-deurope-1094210

Les pirates l’avaient devancé car ils avaient aussi mis en place une indemnisation des accidents du travail (!) : 

’’... Celui qui devient infirme ou perd un membre en service recevra 800 pièces de huit sur la caisse commune et, en cas de blessure moins grave, touchera une somme proportionnelle.’’

Article du code de piraterie écrit par un des pirates les plus connus et dangereux : Bartholomew Roberts, dit Black Bart (Bart le Noir). De son vrai nom John Roberts, né en 1682 et mort en 1722, ce pirate britannique a créé un code pour encadrer les boucaniers et flibustiers à bord de son navire le Royal Fortune en 1720. Il reprenait par écrit certaines des pratiques déjà en vigueur avant lui.

https://www.justifit.fr/b/actualites/code-pirates/#Un_code_des_pirates_ca_existe-vraiment

Super article à lire sur https://www.socialter.fr/article/les-pirates-bandits-sociaux-et-solidaires

extrait :

’’La solidarité entre pirates, qui permet d’indemniser des marins mutilés au combat, n’est pas une innovation des forbans. Dès le XVIème siècle, la caisse de Chatham mise en place par les corsaires Drake et Hawkins, prévoit de grasses indemnisations pour la perte d’un membre - jusqu’à 600 écus pour la perte du bras droit ou d’une jambe. Pour abonder la caisse de secours, l’équipage s’engage, toujours dans la charte-partie, à poursuivre la chasse jusqu’à réunir assez d’argent pour, au moins, indemniser les blessés. On attribue également une « part des morts », destinée aux héritiers connus du défunt ou à financer des messes à la mémoire des pirates tombés au combat.’’


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès