• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Garibaldi2

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 1641 0
1 mois 0 52 0
5 jours 0 4 0

Derniers commentaires



  • Garibaldi2 11 juillet 17:09

    ’’Un millier d’actuels et anciens salariés de Médecins sans frontières accusent l’ONG de « racisme institutionnel.

     »Médecins sans frontières est institutionnellement raciste et elle renforce dans son travail humanitaire le colonialisme et la suprématie blanche.«  Dans une lettre adressée à leur direction, 1000 anciens ou actuels salariés de l’ONG dénoncent un racisme systémique au sein de leur organisation, des politiques de recrutement et une culture d’entreprise menées par une  »minorité blanche privilégiée", cite The Guardian (en anglais), vendredi 10 juillet.

    Les signataires demandent que soient menées une enquête interne et indépendante ainsi qu’une réforme urgente pour démanteler des « décennies de pouvoir et de paternalisme ». La lettre est notamment signée par les présidents des conseils d’administration de MSF au Royaume-Uni et en Afrique australe, ainsi que le directeur général de MSF Allemagne, précise le média britannique. Le président international de MSF, Christos Christou, a assuré que cette lettre était un « catalyseur » pour faire accélérer les changements déjà promis par l’organisation.

    Une mentalité de « sauveur blanc » 

    Dans cette lettre, des signataires évoquent des difficultés pour les personnels locaux où MSF est implanté. « Essayer d’aider un membre du personnel local [à postuler] pour un poste [de personnel international] est le processus le plus fastidieux, le plus injuste et le plus frustrant que j’ai jamais vécu », confie l’un d’entre eux. Il y a une mentalité de « sauveur blanc » « presque étouffante », explique un autre. D’autres dénoncent des décisions qui « [poussaient] le personnel ayant 10 ou 20 ans d’expérience à être supervisé par de nouveaux diplômés ».

    Padma Priya, ancienne responsable média à MSF New Delhi, dit avoir subi chaque jour du racisme « ordinaire » durant son passage au sein de l’organisation. "Il y avait un sentiment permanent qu’ils avaient besoin de travailleurs locaux pour avancer, mais sinon ’ils’ se sentaient meilleurs que ’nous’. C’était fatigant", décrit-elle.

    Depuis la mort de George Floyd aux Etats-Unis et la vague mondiale de manifestations qui a suivie pour dénoncer le racisme, des débats internes ont lieu au sein de l’organisation, « ce qui nous a amenés à réfléchir et à faire le point sur nos échecs à cet égard », a assuré la branche britannique de l’ONG dans un communiqué"MSF a été créée pour lutter contre les discriminations et nous sommes très attentifs aux situations de domination. Il existe, depuis 2007, une cellule des abus auprès de laquelle tout acte de discrimination peut être dénoncé, défend auprès du Monde le directeur général de MSF France. En juin, MSF a inscrit « la lutte contre le racisme » dans sa mission, en plus de celle contre la pauvreté et les injustices sociales.’’

    https://www.francetvinfo.fr/societe/racisme/d-actuels-et-d-anciens-salaries-de-medecins-sans-frontieres-accusent-l-ong-de-racisme-institutionnel_4042619.html



  • Garibaldi2 11 juillet 16:50

    @ Parpaillot


    pyrophile \pi.ʁɔ.fil\ masculin et féminin identiques

    1. (Botanique) (Écologie) (Ethnobiologie) (Phytosociologie) Se dit d’une plante ou d’une végétation qui se développe sur un substrat ayant subi un incendie.
      • Cette espèce très pyrophile avec ses feuilles visqueuses et densément velues sur leur revers, qui deviennent brunes en desséchant, se régénère facilement après les Ciste cotonneux ou blanchâtre (Cistus albidus). — (Claude Tassin, Paysages végétaux du domaine méditerranéen - Bassin méditerranéen, Californie, Chili central, Afrique du Sud, Australie méridionale, p. 102, IRD Orstom, 2012)
    https://fr.wiktionary.org/wiki/pyrophile

    Un ou une pyrophyte, terme inventé par l’ingénieur agronome Kuhnholtz-Lordat1, est une plante (phyton) dont la propagation, la multiplication ou la reproduction sont stimulés par le feu (pyr). Les écologues parlent également d’organisme ou d’espèce pyrophile (pyr signifiant feu et philein aimer/supporter) et distinguent les pyrophytes passifs et actifs.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Pyrophyte

    Demain interro écrite !



  • Garibaldi2 9 juillet 15:33

    Napoléon Joseph Ney prince de la Moskowa et militaire lui aussi, s’emporta :

    « Messieurs, un journal qui se publie en Algérie, l’Akhbar, contient le récit d’un fait inouï dans notre histoire militaire. Un colonel français se serait rendu coupable d’un acte de cruauté inexplicable, inqualifiable, à l’égard de malheureux Arabes prisonniers. Je viens demander au gouvernement français de s’expliquer sur ce fait. » Et il donne lecture de l’article : « Il vient d’arriver dans le Dahra un de ces événements qui contristent profondément ceux qui en ont été témoins, même lorsqu’ils en ont compris l’affreuse nécessité... Le colonel Pélissier s’occupait à poursuivre les Ouled-Riah, tribu qui n’a jamais été soumise, parce que les pays qu’ils habitent renferment d’immenses cavernes... Suit le récit de l’enfumade des Ouled-Riah. Hommes, femmes, enfants et troupeaux se sont, à l’arrivée de la colonne française, réfugiés dans leurs grottes. On en a fait le siège et, au bout d’une journée, « à bout de patience » face au « fanatisme sauvage de ces malheureux » qui exigeaient, pour sortir, que l’armée française s’éloigne, Pélissier a fait mettre le feu à des fascines disposées aux accès. Le matin, tout est consommé. Cinq cents victimes, dit le rapport officiel. Aux environs de mille, témoignera un officier espagnol présent. Péroraison de l’orateur : « Il est de l’honneur de l’armée comme il est de la dignité du Gouvernement que de pareils faits soient démentis ou désavoués hautement.

    Le ministre de la Guerre, le maréchal Soult, fut contraint de désavouer Pélissier, dans un premier temps.

    Il écrivit à Bugeaud, gouverneur-général de l’Algérie, après réception du rapport que celui-ci lui avait adressé : « Ce rapport n’a pas diminué l’impression pénible que j’avais éprouvée à la première nouvelle de cette terrible exécution. Du reste, le sentiment public a été unanime, et, d’accord avec le mien, les journaux en ont été les premiers organes, et hier j’ai été interpellé à ce sujet à la Chambre des Pairs. Je n’ai pu justifier ce fait qui me semble, en effet, bien difficile à justifier. Puisque le colonel Pélissier était encore le 22 devant les grottes, je ne m’explique pas quelle cruelle nécessité l’a empêché d’en bloquer les issues au lieu d’en étouffer les habitants. À en juger par la disposition du terrain, cette opération était très praticable et nous compterions une tribu soumise de plus, une tribu anéantie de moins. »


    https://fr.wikipedia.org/wiki/Enfumades_d%27Alg%C3%A9rie


    Où vous découvrirez d’autres horreurs.



  • Garibaldi2 8 juillet 17:12

    Lors de la colonisation de l’Algérie, les ’’enfumades’’ des populations locales qui refusaient de se soumettre fut bien un crime de guerre.

    Le journal anglais Times du 14 juillet 1845 écrit : « Il est impossible de réprimer la plus forte expression de l’horreur et du dégoût à propos des atrocités d’un acte commis par le général Pélissier, commandant un détachement français en Algérie... Ceci n’est pas une guerre mais le massacre d’une population par celui qui a assumé le pouvoir de gouverner cette région, un monstre qui déshonore son pays, son époque et sa race ».




  • Garibaldi2 5 juillet 00:47

    @nenecologue

    Rockefeller ? La mère, Eliza Davison, du fondateur de la dynastie John Davison Rockefeller, né en 1839 à Richford (USA), était presbytérienne !
     

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès