• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Communiqués > L’impression 3D, créer l’unique en réduisant son impact (...)

L’impression 3D, créer l’unique en réduisant son impact environnemental

Est-il possible d’investir en masse sur la personnalisation des objets sans mettre en danger l’avenir de la planète  ? Il semble bien que oui. À en croire les experts, la fabrication additive permettrait de réduire significativement l’empreinte environnementale des industriels. Comprendre l’impact positif de l’impression 3D sur la préservation de l’environnement, c’est tout le sens de cet article.

 

L’urgence de personnaliser, une demande en très forte croissance

Selon les experts, il arrive qu’une entreprise autorise sa clientèle à personnaliser un service ou un produit dans le but d’optimiser son unicité. Cela s’appelle la personnalisation de masse. Créer un avatar digital par le biais d’une application, c’est la prouesse que vient de réaliser la marque Coca-Cola à travers un jeu-concours réservé aux fans. En guise de prix, chacun des gagnants a reçu une figurine à son effigie après s’être fait scanner dans les locaux de la marque. En supplément, ces derniers sont repartis avec une bouteille de Coca-Cola offerte par l’entreprise.

Bientôt, la création des objets se fera en un seul clic, de la même manière que se fait la création des sites Web actuellement. Il faut envisager désormais une création sous la forme d’un fichier 3D. Après avoir conçu votre objet, il vous suffira de l’envoyer à un service d’impression 3D en ligne qui se chargera de vous livrer l’objet imprimé. Les personnes qui possèdent une imprimante 3D quant à elle pourront imprimer leur objet sur place à la maison.

Obtenir l’objet que l’on désire à faible coût et en un temps très court, ce sont les exigences auxquelles vient répondre la personnalisation. De plus en plus d’entreprises intègrent désormais cette problématique dans leur modèle de fonctionnement. À titre d’illustration, la marque Nike offre à ses clients des options de personnalisation de leurs chaussures. Cela implique la conception des images et même l’insertion du logo devant figurer sur le produit final.

 

L’impact écologique de la fabrication additive

Le propre de la fabrication additive, c’est d’utiliser le matériau constituant le produit final comme matière première. On ne parlera pas d’une empreinte écologique totalement nulle. La fabrication d’une imprimante 3D n’étant pas exempte de tout reproche en matière de pollution. Cependant, la production locale à l’unité de pièces ou de petites quantités d’objets contribue à la réduction du transport, de l’emballage et du stockage. Toutes choses qui permettent de réduire les émissions de gaz à effet de serre et la production des particules fines.

Par ailleurs, les résidus de matières premières issus de l’impression 3D sont recyclables, ce qui empêche la production des déchets. C’est pourquoi les experts considèrent la fabrication additive comme une sérieuse alternative pour la production massive des objets. La raison évoquée par ces derniers est la faible quantité de matière perdue durant les procédés d’impression 3D. La fabrication additive offre par conséquent de nombreux gains sur le plan écologique.

Premièrement, en fabriquant localement vos produits, vous réduisez les distances entre les chaînes de fabrication et les chaînes de consommation. La conséquence est la réduction du niveau de pollution. Deuxièmement, en réduisant le nombre de pièces produites, vous simplifiez la chaîne logistique, ce qui impacte sur le transport et le gaspillage dû aux invendus. Troisièmement, produire des objets en petites quantités, localement et à la demande permet de limiter les stocks de produits entreposés.

 

La fabrication à domicile ou personal manufacturing

Pour de nombreux observateurs, le monde industriel est le principal consommateur de la technologie d’impression 3D. Mais des chiffres plus récents montrent que l’on s’achemine vers une rapide démocratisation de l’usage des imprimantes 3D à des fins individuelles. Entre 2009 et 2013, les ventes des imprimantes 3D ont connu une augmentation de l’ordre de 300 %. Dans le même temps, l’on a observé une baisse des prix des imprimantes, allant de 20 000 à 300 euros.

Deux indices permettent d’évaluer le niveau d’expansion de ce marché qui pèse aujourd’hui plusieurs milliards de dollars. Il s’agit d’une part de l’arrivée de nouvelles méthodes d’impression en 3D et d’autre part, du faible coût des imprimantes 3D à usage individuel. De plus, il y a quelques années, l’utilisation de certaines imprimantes 3D (calibrage et manipulation) n’était pas aisée. Aujourd’hui, facilité d’accès et utilisation simplifiée sont ce qui caractérise ces imprimantes, à l’instar des modèles classiques.

Certains modèles d’objets à imprimer peuvent être téléchargés gratuitement sur le site thingiverse.com. Après avoir téléchargé un modèle, il vous suffit de l’envoyer à une imprimante 3D pour l’impression et le tour est joué. Vous pouvez aussi imprimer en 3D les pièces de rechange de vos appareils endommagés. L’intérêt de la fabrication additive, c’est de donner une seconde vie à ces objets hors d’usage ou tombés en désuétude. Outre la possibilité de réparer les objets endommagés, les économies réalisées par les particuliers sont l’autre avantage de la technologie d’impression 3D.


Moyenne des avis sur cet article :  2.5/5   (2 votes)


Palmarès