• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Communiqués > Sentiment client sur les marchés et globalisation, effets pervers (...)

Sentiment client sur les marchés et globalisation, effets pervers ?

On dépeint parfois les traders comme des êtres froids et calculateurs, vissés à leurs écrans à longueur de journée. En 2020, rien n’est moins faux. Pour amadouer le marché et en comprendre les tendances, il faut une bonne dose d’anticipation voire d’empathie envers les autres traders pour apprendre à apprivoiser cette donnée intangible qu’est le sentiment client. Ce dernier a d'ailleurs certains effets pervers qui peuvent nuire au bon fonctionnement des marchés financiers.

Comment analyser les marchés ?

Source : Pixabay

Pour investir sur les marchés financiers, il faut tenir compte de différents paramètres. Il y a bien sûr les différentes analyses techniques qui tiennent compte des graphiques boursiers pour anticiper les mouvements de cours. Un investisseur qui s'intéresse aux matières premières par exemple va regarder avec attention le graphique en temps réel du cours de l'or ou du pétrole pour en extraire plusieurs données afin de modifier ses positions. À ce jeu-là, les ordinateurs nous battent depuis longtemps déjà. 

Il y a aussi les résultats financiers, le contexte géopolitique, l’actualité économique et tous ces facteurs liés à l’environnement externe qui ont un impact sur la bonne santé d’un actif financier. Enfin, il y a un troisième élément intangible : le sentiment client. Chaque client ou chaque investisseur a son avis sur les tendances du marché et trade en fonction de cet avis (certains parleront d’instinct). Si un trader parvient à bien comprendre la somme de tous ces sentiments clients, il peut espérer prévoir les variations de marché. Certains analysent même le lien éventuel entre sentiment client et crises boursières. C'est dire si cette donnée est importante.

Le sentiment client, un exemple concret

Source : Needpix.com

Prenons par exemple l’or. Cette matière première est souvent prisée des investisseurs qui apprécient son statut de valeur refuge. La Banque de France détient d’ailleurs d’importantes réserves du métal précieux et la France était le troisième importateur mondial d’or en 2018. On sait que le prix de l’or a fortement grimpé en 2019. Pour anticiper les tendances futures, on peut regarder des indicateurs du sentiment client en combinaison avec les volumes d’échange pour déterminer si le marché est plutôt acheteur ou vendeur ce qui influencera donc le cours de l'or. Le sentiment client est finalement une mesure plus sophistiquée de la fameuse dualité bearish/bullish.

La corrélation entre sentiment client et évolution des cours des actifs sous-jacents est souvent très visible a posteriori. L’art de l’investisseur sera de pouvoir deviner les évolutions et les changements de ces sentiments clients a priori et donc avant la masse.

Effet pervers du sentiment client

En théorie, le sentiment client est l’expression pure de la main invisible telle que décrite par Adam Smith. Néanmoins, certains éléments faussent l’expression libre de ce sentiment de marché. Premièrement, les traders ne sont pas tous égaux devant l’information dont ils disposent. Les indicateurs de tendance offrent souvent une vue biaisée du marché global étant donné qu’ils se basent sur un nombre limité de données. Le trader doit donc être conscient de l’existence de ces œillères pour utiliser cet outil au mieux. Deuxièmement, le surpartage de l’information ou pire, de fausses informations, entraîne des actions uniquement guidées par des phénomènes tels que le fameux FOMO (Fear Of Missing Out) et donc irrationnels. Un sentiment de marché à la baisse va être renforcé par des traders ne souhaitant pas perdre une opportunité et créer ainsi un effet boule de neige. Enfin, et c’est particulièrement vrai sur des « petits » marchés non-réglementés comme les cryptomonnaies par exemple, des acteurs très liquides peuvent facilement influencer ce sentiment de marché.

La juste analyse du sentiment client est donc plus subtile qu'il n'y paraît de prime abord. Si les ordinateurs et les programmeurs règnent en maître sur le trading haute fréquence, il se pourrait donc bien que les psychologues deviennent à l'avenir les rois du trading de sentiment.


Moyenne des avis sur cet article :  (0 vote)


Palmarès