• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > La mélancolie...

La mélancolie...

JPEG

"La mélancolie est le plus légitime de tous les tons poétiques", a écrit Edgar Allan Poe.
 
La mélancolie, étymologiquement, "l'humeur noire", est souvent associée à la poésie, aux poètes qui expriment et dévoilent leurs sentiments, qui soulignent les détresses, les malheurs de ce monde.
 
Le rôle du poète n'est-il pas de dénoncer la noirceur du monde ? Comment ne pas utiliser la mélancolie, une forme de tristesse pour mettre en évidence les souffrances, les désarrois auxquels sont confrontés les hommes ?
 
Comment ne pas faire appel à la mélancolie pour évoquer tous ces thèmes poétiques par excellence : la fuite du temps, la mort, les douleurs, les souffrances, les blessures ?
 
La plupart des poètes transcrivent une forme de mélancolie, Rutebeuf, Villon, Ronsard, Hugo, Baudelaire, Rimbaud et tous les autres !
 
Tristesse indéfinie, mal du siècle pour les auteurs romantiques, spleen pour Baudelaire, la mélancolie se décline en différentes expressions mais renvoie toujours à un état de malaise, de mal être indéfinissable...
 
Ce mot"mélancolie" qui contient en lui, l'adjectif grec "mélas", "noir" évoque le deuil, l'obscurité, la mort.
 
Le terme"noir" vient, lui, d'un adjectif latin "niger" dont on connaît tous les dérivés : noirceur, noicir, noirâtre....
 
Mais quelle poésie dans ce nom : la mélancolie ! On perçoit, dans ce mot, une certaine langueur, une idée de tristesse qui n'en finit pas : le mot avec ses 4 syllabes, sa voyelle nasalisée "an", ses différentes voyelles traduit bien une tristesse alanguie...
 
Quelle expressivité dans ce seul mot ! Couleur noire, sonorités sourdes, ce nom nous entraîne dans l'univers de la poésie.
 
On pense à ces vers célèbres de Nerval :
 
Je suis le Ténébreux, – le Veuf, – l’Inconsolé,
Le Prince d’Aquitaine à la Tour abolie :
Ma seule Étoile est morte, – et mon luth constellé
Porte le Soleil noir de la Mélancolie.
 
Voilà bien la définition même du poéte, musicien, triste, inconsolable, qui sait associer les mots, réunir les contraires, créer des expressions inattendues : "le soleil noir", bel oxymore qui surprend, étonne... On trouve dans ces vers tout un imaginaire onirique, un monde où se mêlent rêve et réalité....
 
La mélancolie des poètes est source de beautés, d'harmonies : elle révèle et dénonce un monde plein d'incertitudes, de difficultés, elle nous fait percevoir des détresses, des émotions, une sensibilité....
 
Il suffit d'écouter la voix de Léo Ferré pour entendre toute la musique de la mélancolie...

 

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/article-la-melancolie-122230020.html

  
 
Vidéo :

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.6/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

37 réactions à cet article    


  • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 16 septembre 17:53

    La mélancolie est une maladie du coeur ! Fuyez la comme la peste ^^


    • rosemar rosemar 16 septembre 23:10

      @bouffon(s) du roi

      Mais parfois, elle vous saisit et on ne peut y échapper...


    • Fergus Fergus 16 septembre 18:01

      Bonjour, Rosemar

      « Ne vous laissez pas distraire par la grandeur de ce paysage alpin, mon cher Reginald : même si elles appartiennent à la même famille, cette fleur bleue n’est pas l’aconit, mais l’ancolie ! »  smiley


      • rosemar rosemar 16 septembre 23:14

        @Fergus

        Une jolie fleur bleue... on parle aussi de « blues » pour évoquer la mélancolie...


      • Fergus Fergus 16 septembre 23:28

        @ rosemar

        « Blues » est en effet un synonyme fréquemment utilisé, et c’est dommage car le mot « mélancolie » est suffisamment joli pour que l’on n’aille pas chercher outre-Atlantique.


      • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 16 septembre 23:32

        @Fergus

        Spleen...


      • Fergus Fergus 17 septembre 09:18

        Bonjour, rosemar

        « Une jolie fleur bleue »

        L’aconit est également une jolie fleur bleue (une renonculacée comme l’ancolie), de même que la gentiane de Koch ou la gentiane printanière, toutes fleurs que l’on rencontre dans les pelouses ou les rocailles alpestres et que je prends beaucoup de plaisir à photographier pour enrichir ma collection.


      • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 17 septembre 11:27

        @Aita Pea Pea

        Le blues et le spleen ne sont pas la mélancolie

        Le blues est une plainte nostalgique, évocation d’un paradis perdu resté de l’autre côté de l’Atlantique, le spleen c’est l’ennui et la mélancolie est une araignée qui étend toujours sa toile sur les lieux d’où le bonheur s’est enfui.


      • sls0 sls0 16 septembre 18:22

        Même en regardant la définition de mélancolie dans le dictionnaire le n’arrive pas à cerner la chose.

        Le peu que j’en ai compris c’est une sorte de merde qui empêche de voir que la vie est belle.

        90% de notre vie dépend de nous et 10% des autres. On ne peut qu’avoir une belle vie, on laisse la mélancolie au égos surdimensionnés qui demandent trop aux autres et rien à eux même.

        La mélancolie un symptôme d’enfant ou d’adulte gâté.


        • Fergus Fergus 16 septembre 19:21

          Bonsoir, sls0

          Pas faux ! La mélancolie est souvent un état de complaisance à la prétendue souffrance créatrice si chère aux romantiques autoproclamés.

          Mais il n’empêche que quiconque peut ressentir de la mélancolie à un moment ou un autre. On dit alors dans les milieux populaires que l’« on broie du noir », ce qui est nettement moins chic mais fait le lien avec l’étymologie du mot « mélancolie » rappelée fort à propos par Rosemar.


        • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 16 septembre 19:36

          @Fergus

          J’aime les personnes qui parlent sans connaître. Je pourrais parler d’un amour, belle qui a décidée de partir à ses quarante ans .


        • sls0 sls0 16 septembre 21:12

          @Fergus
          Je vis dans un pays pauvre où le gâté c’est pas trop la mode faute de moyens.
          Il y a 100 fois plus de sourire ici.
          Quand on a pris l’habitude de cette non mélancolie, ça fait bizarre quand je retourne en Europe.
          Quand je vois tout ces gens tristes je n’ai qu’une envie c’est de repartir.
          Il sont tristes pourquoi ? Des gosses gâtés. Ca ne lutte pas un gosse gâté, il n’a pas de solidarité le gosse gâté, il en veut toujours plus le gosse gâté même si c’est au détriment d’autrui.
          De quelle caste sont ils les pros de la mélancolie, ceux qui en parlent le mieux ?
          Ne serait ce pas la même caste qui est assez souvent responsable au fait que des castes inférieures broient du noir.


        • rosemar rosemar 16 septembre 23:16

          @sls0

          Dans quel pays ?


        • sls0 sls0 17 septembre 00:18

          @rosemar
          République dominicaine, quand je vais de l’autre coté de la frontière à Haïti, cest aussi plus sympa coté sourire alors que c’est vraiment la galère qu’ils vivent.
          J’ai fais pas mal de pays dans ma vie, je ne sais pas si je pourrai me réaclimater dans un pays à haut revenu.
          Ici on ne vous regarde pas comme un martien si on veut vivre simplement et des sourires ça ne manque pas.
          Ici tout le monde se dit bonjour même si on ne se connait que de vue.
          La dernière fliquette qui m’a demandé mes papiers m’a appelé mi amor, à la banque aussi c’est mi amor.
          Nous on s’inquiète de trop, ici c’est pas trop la mode et ça marche quand même.
          Chez nous à l’entrée de l’hiver on rentrait le bois, les patates, on faisait des conserves. On devait anticiper, se projeter sinon on ne passait pas l’hiver. Ici ça pousse tout le temps, il faut rien anticiper la nature est généreuse. Ca explique la différence de mentalité. On est des anticipateurs donc plus facilement anxieux.
          Ils ne s’en foutent quand même pas de tout, je fais de l’assistance scolaire, là c’est sérieux ça permet un changement de caste.


        • Fergus Fergus 17 septembre 09:21

          Bonjour, sls0

          « Ici tout le monde se dit bonjour même si on ne se connait que de vue »

          Si cela peut vous rassurer, c’est la même chose en Bretagne hors des grandes villes.


        • arthes arthes 16 septembre 19:47

          La mélancolie...C’est BIEN :https://youtu.be/qE7JnLP9Wgg

          N’en déplaise aux matérialistes invétérés smiley


          • Clocel Clocel 16 septembre 19:57

            Le rôle de poète, c’est de triturer nos zones insondées, de faire surgir notre refoulé, de nous traîner nu dans la pleine lumière de notre pleine conscience.

            Cher, cher Nerval... Mon unique fille s’appelle, Aurélia.

            La mélancolie est une maladie de l’âme, les clients de Méphistophélès ne peuvent pas comprendre.


            • Aimable 16 septembre 21:11

              @Clocel
              La mélancolie est une maladie de l’âme seule , qui se guérit quand elle est accompagnée de quelqu’un de fiable et a l’écoute .


            • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 17 septembre 08:21

              Lars von Trier a utilisé l’ouverture de Tristan et Iseult pour illustrer son film « Mélancholia ».

              C’est lent, très lent, une lenteur qui crée une tension et donne au film sa tristesse ambiante par le caractère particulier de l’accord lancinant et prolongé qui avait déstabilisé les musicologues au moment de la création de cette œuvre par Wagner, car bien que n’étant pas dissonant, cet accord et n’est pas facilement chiffrable. Certains estiment d’ailleurs que c’est une ébauche vers l’atonalité, l’abolition des rapports hiérarchiques entre les notes…

              L’harmonie conventionnelle disparait, la recherche de sens et le besoin de contrôle sont des barrières défensives servant à masquer l’angoisse de l’inconnu et l’angoisse de l’impuissance humaine face à ses phénomènes qui nous dépassent. C’est peut-être ça, la mélancolie ?

               

              lien


              • arthes arthes 17 septembre 19:20

                @Séraphin Lampion
                la recherche de sens et le besoin de contrôle sont des barrières défensives servant à masquer l’angoisse de l’inconnu et l’angoisse de l’impuissance humaine face à ses phénomènes qui nous dépassent. C’est peut-être ça, la mélancolie ?

                ça y ressemble, je dirais aussi que c’est une nostalgie « Je ne suis pas de ce monde, mais je suis condamné à y errer , l’obscurité tenace , ma fidèle compagne me terrasse sans cesses en jetant sur moi le voile de son ombre glaciale quand je sens l’espoir et crois voir un peu de lumière, , et, aveugle, je ne trouve pas ma place, et je ne peux lui résister... OOO sort cruel, quel est le Dieu qui décida de cette damnation ? Mais (à Dieu) j’aime la vie et tout ce que tu as donné, amour, amour, voila l’antidote, mais c’est la mélancolie qui me donne la force de vivre et d’aimer les autres pauvres damnés , mes frères humains, et c’est moi qui suis ton maître, ma chère mélancolie, quand je me donne à toi »

                La mélancolie, cela dit peut tout autrement mener à une errance désagréable et orgueilleuse de l’âme qui égare l’esprit ,, celle de la mortification, que je qualifierais comme étant une exaltation religieuse 


              • Armand Griffard de la Sourdière Armand Griffard de la Sourdière 17 septembre 15:27

                De nos jours on parle beaucoup plus de dépression que de « Mélanchonlie » smiley

                 C’est même rentré dans le manuel de pathologie du parfait p’tit psychiatre débutant .

                 - Ils ont nommé les thérapeutiques

                 - échéancé les traitements

                 -et recueilli les honoraires

                 En plus qu’il avait déjà le bourdon ( espèce de cafard ) , la médication s’arrête quand le patient est ruiné .

                 Alors mélancolie ....tu repasseras smiley

                 


                • alexis42 alexis42 17 septembre 20:36

                  Étonnant que vous ayez oublié la célèbre gravure Melencolia d’Albrecht Dürer !
                  Encore plus étonnant que le grand maître – malgré 5 interventions dont une mentionnant ses ballades alpestres – l’ait lui aussi oubliée.


                  • arthes arthes 17 septembre 21:07

                    @alexis42
                    https://fr.wikipedia.org/wiki/Melencolia_(D%C3%BCrer)

                    Je n’ai commencé ma recherche que par Wiki, mais le début est prometteur.

                    J’ai lu le nom de Dürer dans mes grimoires parfois, sans jamais trop le chercher par ailleurs, et c’est l’occasion du coup... je trouve son Melencolia très attrayant, fascinant, enfin, dans le sens : On a envie d’en savoir davantage, sur Dürer, son époque et Melnecolia...Et la démonologie.

                    Arf, qui prétend encore que les amateurs de Méphistophélès , sont insensibles à la mélancolie..Allons dire cela à Goethe tiens !


                  • exol 17 septembre 23:06

                    @arthes
                    Je trouve que cet avatar te vas beaucoup mieux , surtout la tête de mort , d’un réalisme époustouflant qui n’engendre pas la mélancolie , mais l’horreur.


                  • Fergus Fergus 18 septembre 09:49

                    Bonjour, alexis42

                    Ne possédant pas votre immense culture (je suis bac-2), je passe beaucoup de temps en recherches dans les bibliothèques et sur internet pour combler mes nombreuses lacunes dans les domaines qui m’intéressent. Et bien que je me sois un temps intéressé à Dürer dont un ami peintre était un inconditionnel, je ne connaissais pas cette gravure.


                  • alexis42 alexis42 18 septembre 11:58

                    @Fergus
                    Je suis certainement moins « culturé » que vous, qui êtes capable de citer de parfaits inconnus dans un de vos derniers articles.
                    J’avais découvert Dürer il y a longtemps, dans une rétrospective organisée par la Frick Collection, et j’avais en particulier admiré les « mains », bien plus belles en vrai que sur la photo. Puis au Met (de corvée presqu’une fois par mois à New York, je n’avais pas grand chose d’autre à faire en moins de 24h sur place), et enfin, dans un livre où j’avais découvert ses talents de dessinateur d’animaux, impressionnants à cette époque où il n’y avait pas de photo.


                  • Fergus Fergus 18 septembre 16:37

                    @ alexis42

                    « vous, qui êtes capable de citer de parfaits inconnus dans un de vos derniers articles. »

                    Je n’y ai pas de mérite, précisément parce que les « inconnus », ou plus exactement les « méconnus » m’intéressent tout particulièrement, tant je trouve souvent injuste leur manque de notoriété.

                    C’est notamment le cas de femmes compositrices ou peintres dont les oeuvres me semblent tout à fait remarquables et dont je regrette qu’elles restent dans l’ombre de leurs homologues masculins.

                    A propos d’artiste méconnu, de New York et de dessins d’animaux, savez-vous qu’il y a un Américain d’origine française  il est né près de Nantes tout à fait remarquable enterré dans l’un des cimetières de la Trinity Church ? J’ai consacré un article à cet homme, à juste titre si célèbre aux Etats-Unis et malheureusement si ignoré dans notre pays : Audubon, ornithologue de talent, peintre de génie. Ses illustrations sont de pures merveilles, et je vous assure que je ne brade pas le mot en écrivant cela. 

                    Cela dit, les gravures animales de Dürer sont effectivement très belles et remarquables pour l’époque.


                  • Fergus Fergus 18 septembre 16:39

                    Bonjour, Rosemar

                    Vous qui êtes si sensible à la beauté, je vous invite à ouvrir le lien que je viens de mettre dans mon commentaire à alexis42. Je pense pouvoir vous assurer que vous ne le regretterez pas.


                  • pemile pemile 18 septembre 16:44

                    @Fergus « je vous invite à ouvrir le lien que je viens de mettre dans mon commentaire à alexis42 »

                    Le lien n’est pas valide smiley


                  • Fergus Fergus 18 septembre 16:46

                    @ alexis42

                    Euh... rectification : Audubon n’est pas né près de Nantes mais y a été élevé dès l’âge de 3 ans après être né à Saint-Domingue.


                  • Fergus Fergus 18 septembre 16:49

                    Bonjour, pemile

                    J’en suis désolé. Nouvel essai :
                    Audubon, ornithologue de talent, peintre de génie


                  • arthes arthes 19 septembre 16:00

                    @exol

                    Pour une fois que tu me fais un compliment intéressant et judicieux...Presque clairvoyant...


                  • Armand Griffard de la Sourdière Armand Griffard de la Sourdière 18 septembre 09:41

                     C’est vré çà ! qu’est -ce qu’il vous arrive aujourd’hui @ Arthes ?

                     je vous trouve mauvaise mine ....... vous avez avalé un essaim d’abeilles au p’tit dej ?  smiley


                    • arthes arthes 20 septembre 08:15

                      @Armand Griffard de la Sourdière

                      Lol
                      Non, c est de l humour fataliste et une métaphore plaisante sur le thème du destin scellé .


                    • BERNARD BERNARD 18 septembre 12:16

                      Bonjour rosemar

                      Bonjour tristesse est le premier roman de Françoise Sagan, publié le 15 mars 1954 alors qu’elle n’a que 18 ans. Cette œuvre connait un succès de scandale foudroyant et est récompensée du prix des Critiques la même année. Son titre est tiré du deuxième vers du poème « À peine défigurée » du recueil La Vie immédiate de Paul Éluard[1]. Je suis allé chercher les références exactes sur Wiki en source. J’ai lu ce roman et j’ai suivi ensuite cette femme que j’ai trouvé fabuleuse. Modeste question si vous me le permettez ne pensez-vous pas que nous trouvions en chaque poète ou auteur, un « reflet de son propre vécu » ? Merci 



                      • June June 22 septembre 17:01

                        N’oublions pas la mélancolie c’est le bonheur d’être triste

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès