• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Lorsque ta main frappe à la porte...

Lorsque ta main frappe à la porte...

JPEG

Destin, hasard, fatalité, autant de mots pour exprimer une puissance mystérieuse à qui les anciens attribuaient le pouvoir de déterminer, d’avance et d’une façon irrévocable, la suite des événements !

 

Dans une chanson interprétée par Tino Rossi, le destin est personnifié, grâce à des apostrophes répétées, grâce à l'emploi de la deuxième personne du singulier...

 

La musique a été composée par Alex Alstone, les paroles écrites par Jacques Larue et André Hornez.

 

Le mot Destin, placé en début de vers, est mis en relief : associé à des verbes d'action "frapper, emporter", le destin semble tout balayer sur son passage.

 

Il apparaît, en même temps, très familier, puisqu'il "frappe à la porte", comme pourrait le faire un voisin venu nous rendre visite.

 

Il parvient, aussi, à métamorphoser complètement le monde : d'un jour monotone, il peut faire le beau temps, véritable inversion que traduit le contraste des mots : "automne, printemps"...

 

Une question est posée, traduisant l'incertitude : "Est-ce l'amour que tu m'apportes, ou bien est-ce un bonheur sans lendemain ?"

D'autres oppositions apparaissent : "Joies frivoles, lourds chagrins". On perçoit un bel effet de chiasme dans la place des adjectifs : ce procédé peut souligner, encore, la versatilité du destin qui nous entraîne dans ses replis.

 

Une succession de comparaisons suggère le tourbillon dans lequel nous emporte le destin : étoiles qui tournent, voile qui suit les caprices du vent, nuit qui succède au jour...

 

Entité familière et souveraine, à la fois, le destin semble nous accompagner en toutes circonstances, à tous moments, avec l'emploi des adverbes de temps "aujourd'hui, demain", ou encore le complément de lieu "sur le chemin".

 

La simple phrase qui revient, "C'est le destin" traduit une sorte d'acceptation et de soumission de tous les hommes.

 

La mélodie restitue cette ronde inlassable du destin : ponctuée par le mot destin qui revient de manière insistante, soulignée par une prononciation appuyée de la première syllabe : des-, par l'emploi récurrent de la deuxième personne du singulier, la musique, à la fois ténébreuse et légère, met en évidence la toute puissance du destin...

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/article-lorsque-ta-main-frappe-a-la-porte-125086921.html

 

Vidéo :

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.8/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Rinbeau Rinbeau 22 septembre 18:32

    De Tino Rossi, Je préfère celle-ci !

    PETIT MACRON ROTHSCHILD

     

     

    C’est la belle nuit de Noël,

    La neige étend son blanc manteau

    Et les yeux levés vers le ciel,

    A genoux les petits prolos,

    Avant de sauter les taulières

    Font une dernière prière.

     

    Petit macron Rothschild,

    Quand tu descendras du ciel,

    Avec des milliards par milliers,

    N’oublie pas mon petit billet.

    Mais avant de partir,

    Il faudra te repentir

    Dehors, si les chômeurs ont froid

    C’est un peu à cause de toi.

     

    Il me tarde tant que le jour se lève

    Pour voir si tu m’as apporté

    Tous les beaux boulots que je vois en rêve

    Et que je t’ai commandés.

     

    Petit Macron Rothschild,

    Quand tu descendras du ciel,

    Avec des ordonnances par milliers,

    N’oublie pas de les oublier.

     

    Le marchand de sable est passé,

    Les prolos vont faire dodo,

    Et tu vas pouvoir commencer,

    Avec ton coffre sur le dos

    Au son des cloches des églises,

    Ta distribution de surprises.

     

    Petit Macron Rothschild,

    Quand tu descendras du ciel,

    Avec des milliards par milliers,

    N’oublie pas mon petit billet.

    Si tu dois t’arrêter,

    Sur les toits du monde entier

    Tout ça avant demain matin,

    Mets-toi vite en marche, en chemin.

     

    Et quand tu seras sur ton beau nuage,

    Et que tu cherches ma maison

    Je n’ai pas été tous les jours bien sage,

    J’habite un bien petit carton.

     

    Petit macron Rothschild,

    Quand tu descendras du ciel,

    Avec des milliards par milliers,

    N’oublie pas mon petit billet.

     Petit Macron Rothschild.

     

     

     

     

     


    • zygzornifle zygzornifle 24 septembre 09:34

      @Rinbeau

      Manque plus que la musique et hop sur You bulbe ....


    • hamia 22 septembre 19:11

      Le destin , c’est la main de Dieu qui agit !


      • rosemar rosemar 22 septembre 21:54

        @hamia

        Vous croyez au destin, à un destin fixé d’avance ?


      • Clark Kent Clark Kent 23 septembre 08:47

        Prends, prends, prends-toi en main, c’est ton destin


        • phan 23 septembre 16:36

          @Clark Kent

          Admire ta chance, lis dans ta main et que certaines femmes se sentent souillées au contact des mains.

        • Que fait cet avion américain avec le drapeau ricain officiel en décoration dans l’espace aérien français, ce mono moteur  ?

          Mooney m20K , enregistré : N80GY.

          Aucune indication sur son origine décollage et sa destination ....



            • zygzornifle zygzornifle 24 septembre 09:33

              Chez Quatennens c’est pas la porte que frappe la main .....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité