• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Toute la beauté d’un scarabée Egyptien...

Toute la beauté d’un scarabée Egyptien...

JPEG

Le scarabée, petite amulette de l 'Egypte antique, sculpture ou bijou était un porte-bonheur inestimable... De nombreuses images de ce dieu scarabée ont été retrouvées dans des tombes de pharaons...

Khépri, tel était le nom de ce dieu antique : symbole du renouvellement, le scarabée était la représentation du soleil qui renaît chaque jour. Associé à la terre, le scarabée stercoraire se nourrit de bouses de forme circulaire comme le soleil.

 

De la dimension d'un galet, de couleur brune, ocre, orangée ou bleu turquoise, le scarabée présente à sa surface des hiéroglyphes mystérieux, véritables motifs gravés dans la pierre lisse.

 

A l'avant de la pierre, sont représentés les yeux de l'insecte divin, d'une forme oblongue et striés de traits blancs.

 

L'objet poli, brillant se nuance de teintes variées, de veines, de marbrures et révèle une douceur inouie au toucher.

 

Les hiéroglyphes nous font voir des dessins variés : oiseaux, vaguelettes, scarabées encore, haches, oeil magique, demi-lune, signes mystérieux.

 

Les pattes du scarabée se détachent à l'avant de la sculpture, finement ouvragée.

 

L'objet décoratif de forme ovale, aux formes douces et harmonieuses évoque des images lumineuses de bonheur, de renouveau, l'aube aux couleurs nuancées, un lever de soleil.

 

La couleur bleue turquoise ou orangée de ces objets leur donne des éclats uniques de lumières...

 

Dieu créateur selon les Egyptiens, le dieu Khépri symbolise le soleil renaissant chaque matin, avant de devenir Rê, le soleil à son zénith, puis Atoum le soleil couchant.

 

 Remontons le Nil et découvrons le scarabée égyptien aux multiples formes... Il nous offre des images de sérénité, de beauté, associé à l'aurore naissante, à l'aube aux couleurs nuancées, il nous fait percevoir et ressentir le renouvellement merveilleux et inlassable du monde...
 
Un voyage en Egypte sera pour chacun l'occasion de ramener une de ces images du scarabée : galet décoré de hiéroglyphes mystérieux, bijou de turquoise aux signes magiques, objet porte bonheur, le scarabée sera là pour nous rappeler l'Egypte, les temples de l'Egypte antique et ses dieux...

 

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/article-toute-la-beaute-d-un-scarabee-egyptien-121763059.html

 

Vidéo :

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.33/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

36 réactions à cet article    


  • Clocel Clocel 13 mai 09:46

    Ah... Le bousier...

    C’est un pousse-crotte aussi, comme not’e président ! smiley


    • Docteur Faustroll Séraphin Lampion 13 mai 12:02

      @Clocel

      oui, mais lui, il ne se contente pas de les pousser, il nourrit sa famille avec et les recycle tablettes de réglisse


    • phan 13 mai 10:09
      Ces jeunes égyptiennes ont des fringues moulantes : la femme égyptienne est l’égale de l’homme au regard de la loi (contrairement à la femme gréco-romaine a sa poule qui mue, aussi vit-elle aux champs...)

      • pemile pemile 13 mai 10:28

        @phan « la femme égyptienne est l’égale de l’homme au regard de la loi »

        Le projet de loi de l’imam Ahmed Al-Tayeb, soutenu par Al-Sissi, vise pourtant à leur donner un statut de mineures légales smiley


      • phan 13 mai 10:44

        @pemile
        C’est de l’Egypte antique dont je parle, le Patriarcat gréco-romain tuait encore ...

        La femme égyptienne voudrait avoir des groupes de cailles colorées : comment l’écrire en hiéroglyphes ?

      • Clocel Clocel 13 mai 11:02

        @phan

        Le meilleur qu’un pays à religion monothéiste puisse donner aux femmes, c’est d’être maltraitées comme les hommes.

        Sous le fallacieux prétexte d’égalité des sexes, elles peuvent être brutalisées sans discernement, même par une des leurs, c’est l’un des aspects de la modernitude...

        N’allez surtout pas remettre en cause leur condition d’esclave à tout faire, les ovaires en berne veillent sur leurs « conquêtes »...

        Ah... On a fait du chemin depuis l’amour courtois, le Moyen-age, l’age des ténèbres...


      • Docteur Faustroll Séraphin Lampion 13 mai 11:05

        @phan

        Dès que le soleil se couchait en Egypte, on avait droit au phare à Alexandrie, et le Caire était noir de monde.


      • Docteur Faustroll Séraphin Lampion 13 mai 11:38

        @phan

        mais de toutes façons, sans pour autant être acculé à l’antique, je préfère la Grèce historique aux mamies qui sentent le coca !


      • Samson Samson 13 mai 11:57
        Jean-Henri Fabre, génial instituteur, très brillant scientifique et pédagogue père de l’éthologie, a consacré à la vie et aux comportements du scarabée sacré quelques uns de ses très multiples souvenirs entomologiques.

        Grâce et hommage soient rendus à sa mémoire, le charme et la touchante poésie de ses textes autant que la rigueur scientifique des observations qu’ils rapportent ont su dès mon enfance me captiver et développer ma curiosité et mon profond respect pour les insectes et leur bien passionnante observation,

        Je recommande chaleureusement, en vous présentant mes cordiales salutations ! smiley


        • rosemar rosemar 13 mai 13:37

          @Samson

          MERCI...

          « Malgré leur ordurière besogne, les Bousiers occupent rang fort honorable. Par leur taille, en général avantageuse ; leur costume sévère, irréprochablement lustré ; leur tournure replète, ramassée dans sa courte épaisseur ; leur ornementation bizarre, soit du front, soit aussi du thorax, ils font excellente figure dans les boîtes du collectionneur, surtout quand à nos espèces, d’un noir d’ébène le plus souvent, viennent s’adjoindre quelques espèces tropicales, où fulgurent les éclairs de l’or et les rutilances du cuivre poli. »

          https://www.e-fabre.com/e-texts/souvenirs_entomologiques/avant_propos_scarabee.htm


        • rosemar rosemar 13 mai 13:38

          @Samson

          « Aux temps antiques des Rhamsès et des Thoutmosis, la superstition s’en mêla : on vit dans la sphère roulante l’image du monde et sa révolution diurne ; et le Scarabée reçut les honneurs divins : il est le Scarabée sacré des naturalistes modernes, en souvenir de sa gloire d’autrefois. »


        • Samson Samson 13 mai 14:18

          @rosemar
          "leur ornementation bizarre, soit du front, soit aussi du thorax, ils font excellente figure dans les boîtes du collectionneur, surtout quand à nos espèces, d’un noir d’ébène le plus souvent, viennent s’adjoindre quelques espèces tropicales, où fulgurent les éclairs de l’or et les rutilances du cuivre poli."

          ... mais - tout comme moi - il les appréciait bien plus vivants et laborieux que réduits à cadavres piqués et desséchés dans des boîtes pour l’unique plaisir de leurs formes et de leur classification morphologique !

          Pour ceci, je préfère infiniment le génie artistique de leurs représentations peintes ou sculptées dans la pierre ! smiley smiley smiley


        • rosemar rosemar 13 mai 21:35

          @Samson

          En effet ! Merci ! J’ai filmé la vidéo : une cétoine dorée, dans mon jardin.



        • Samson Samson 14 mai 01:08

          @rosemar

          Bien jolie, la cétoine dorée ! Quand j’habitais dans le namurois (be), un véritable ballet de cétoines fêtait dans le jardin la floraison de l’aubépine.

          Ayant maintenant le bonheur de m’être trouvé pour mes vieux jours une maison — ou Covid et autres confinements aidant, j’ai le plaisir de faire du camping en attendant de prendre les moyens de mieux l’aménager — et surtout un jardin — on n’a jamais que les priorités qu’on se donne, déjà bien plus investi quant à lui, car mes amies les plantes ont leurs propres rythmes et demandent du temps avant de pleinement exprimer toutes leurs richesses ! smiley - dans une région de bocage à la nature particulièrement préservée — dans les Marches du Berry (au sud de l’Indre, à la frontière de la Creuse) -, je n’ai pas eu ici l’occasion d’en observer. Par contre, je croise régulièrement un de ses cousins, le barbot ou scarabée pique-prune, qui est déjà de sortie, avec quelques hannetons communs et le Moro-sphinx, butinant en vol fixe comme les colibris.

          Et j’attends les beaux jours pour revoir les carabes dorés et des bois, ainsi que les cerfs-volant.

          Bref, quoiqu’un peu frais cette année, je savoure bien ce printemps avec Merlin, mon compagnon, arraché à sa cage et son enclos dans un refuge depuis très bientôt (le 30 de ce mois) un an, et qui apprécie lui aussi à leurs justes valeurs tous les charmes de la région et de son environnement.


        • rosemar rosemar 14 mai 09:55

          @Samson

          MERCI ! J’ignorais le nom de ce bourdon aux éclats de feux que j’ai filmé dans le jardin : il s’agit du Moro-sphinx ou sphinx colibri...

          http://rosemar.over-blog.com/2020/06/papillon-et-bourdon-aux-eclats-de-feux-sur-les-fleurs-de-valeriane.html

          https://youtu.be/8Dip5IIC4mw


        • Napoléon lui portait une abeille, une branche d’Acacia...R.C.


          • @Mélusine ou la Robe de Saphir.

            Et un zouli chapeau comak. So ?


          • rosemar rosemar 13 mai 21:37

            @Mélusine ou la Robe de Saphir.

            On y revient !


          • De là le nom de ROULE TA BILLE (bousier)


            • @Mélusine ou la Robe de Saphir.

              Je dirais même plus. Rouletabille, bille de clown, clown triste, triste sire, cire d’abeille, et la boucle est bouclée.


            • @Philippe Huysmans, Complotologue je dirais même plus. Rouletabille et Joseph joséphin, Joséphin PELADAN (ou pelle à dent, mon cher ADAM, et même ADAM WEISHAUPT qui dirige la cire d’ABEILLE (ou graisse), pour découvrir le SECRET DE LA CHAMBRE JAUNE. La clé de sol ou dans le Trou de la serrure...


            • L’abeille comme celle trouvée dans les tombes des Mérovingiens. La lignée de DAN ou celle des Sinclair. Par Saint Simon TEMPLAR...Voyons mon cher WATSON, appelez mon avocat SINCLAIR. Nous n’allons pas poireauter HERCULE, ou encore plus glander devant ce château du GLANDIER (scare à baies sur un gland : https://www.moinat.ch/en/sculptures/10074-boite-scarabee-sur-un-gland-marquee.html. Mangeons un PHILADELPHIA. Tout cela sent sont Rose-CROIX. Mettons nos lorgnons et voyons cela de plus près. Le presse-bite ère n’a rien perdu de son charme, ni le jardin de son éclat. Oui, c’est cela, cela sent bien la ROSE., nulle besoin de lorgnons, le parfum suffit. A propos de sentir, cela sent aussi sont lard. Ce cher Frédéric Barberousse qui oublie de se rincer non pas l’OEIL, mais la barbe. Vous voulez dire la barbe à papa ? Ou peut-être celle de l’homme vert émeraude, car je le sens il rode. Son odeur en pleine forêt, mais le voilà : assassiné. C’est la bille Sinclair, car la balle, ne peut être que celle de MEYER. Vous voulez dire Maier. C’est alchimique mon cher.


            • ETTORE ETTORE 13 mai 14:52

              Fi des merveilleux scarabées, ne nous restent plus que les bouses !

              Bien que caparaçonnés de nos certitudes, nous ne poussons plus que les mer...

              qu’on veut bien nous indiquer comme « essentielles » à ce monde qui tourne tant bien moins que mal.

              N’y voyez aucun acte sacrificiel en cela, juste que certains, ne veulent plus se salir les papattes, et préfèrent butiner des nectars plus nobles, , comme le miel de la liberté, que nous leur offrons innocemment, parce que nous sommes nés comme ça, et que jamais, on nous avait dit, que certaines espèces invasives, seraient les prédateurs de ce monde.


              • ZenZoe ZenZoe 13 mai 15:27

                ’’Un voyage en Egypte sera pour chacun l’occasion de ramener une de ces images du scarabée : galet décoré de hiéroglyphes mystérieux, bijou de turquoise aux signes magiques, objet porte bonheur, le scarabée sera là pour nous rappeler l’Egypte, les temples de l’Egypte antique et ses dieux...’’

                J’adore ce dernier paragraphe. Demain, l’article habituel sur l’hyperconsommation, le vilain matérialisme et les touristes de masse qui se précipitent dans les échoppes à souvenirs comme des moutons ?

                (Et on ne devrait pas avoir besoin d’une breloque sur la cheminée ou à son cou pour se rappeler un voyage en Egypte à mon avis.)

                Sinon, ben oui, un scarabée, c’est beau comme tout...


                • rosemar rosemar 13 mai 17:57

                  @ZenZoe

                  Un scarabée sculpté dans la pierre, c’est beau aussi : une oeuvre d’art...


                • ETTORE ETTORE 13 mai 15:46

                  Rassurez vous ZenZoe....

                  les touristes ont ce qu’ils méritent...

                  Scarabées factices....Papyrus sur peau de bananes....statuettes...made in china....

                  Mais, l’accueil des Egyptiens, c’est du vrai.

                  Puis pas besoin d’aller si loin pour ne revenir qu’avec des attrapes couillons !


                  • ZenZoe ZenZoe 13 mai 16:35

                    @ETTORE
                    En parlant de souvenirs, ça me fait rire à chaque fois que je pense aux touristes chinois qui font des milliers de kilomètres pour acheter des tableaux à Montmartre... made in China...


                  • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 13 mai 16:45

                    @ZenZoe
                    Eh ho ! Je viens de vendre deux ballons en disant que c’était de la Koonerie .


                  • L'apostilleur L’apostilleur 14 mai 08:52

                    @ETTORE
                    « ...

                    les touristes ont ce qu’ils méritent...

                    Scarabées factices... »


                    Parfois au hasard d’une rencontre nocturne à Assouan, le touriste pouvait rencontrer un vendeur d’opportunités trouvées dans le désert. 

                    Peu après l’attentat d’Hatchepsout les touristes avaient déserté l’Égypte, les vendeurs d’antiquités les bradaient. Vrai ou copie, ce scarabée très réussi réalisé dans une pierre dure, conserve sur une étagère l’excellent souvenir de ce voyage. 


                  • A ARLETTE AGUILLON (pas AGULHON) : l’abeille et le scarabée...


                    • ARLETTE AGUILLON L’abeille et le scarabéeVincent, gentilhomme galant

                      Prisonnier de l’Egypte à la suite d’un naufrage en rade d’Aboukir, Vincent va se trouver confronté à l’esclavage coutumier et à la rivalité séculaire entre musulmans et chrétiens d’orient, exacerbée par la présence des soldats français de Bonaparte. L’attraction répulsion entre deux civilisations et la naissance de l’égyptologie servent de toile de fond à ses démêlés avec Analys, colonel des hussards et bizarrement « mariée » à une pétulante jeune femme. Batailles, enlèvement, peste, abandon dans le désert, rien ne lui sera épargné. Tandis qu’il se débat et cède à bien des tentations, le manuscrit et la grande ombre du marquis de Sade planent sur le théâtre des cruelles voluptés orientales et menacent plus que jamais ses amours.



                      • rosemar rosemar 13 mai 17:58

                        @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                        Non, ce n’est pas moi...


                      • njama njama 14 mai 10:59

                        Le scarabée était vénéré dans l’Égypte antique parce que à l’époque, ils ne savaient discerner le mâle de la femelle, qui sont vraiment très ressemblants aussi ils pensaient qu’il s’autofécondait, c’est pourquoi il était devenu par métaphore un symbole de sagesse, de celui qui naît à soi-même... suivant l’idée gnostique...

                        Pareillement, ils pensaient que dans l’essaim d’abeille, la reine était roi.

                        Un voyage en Egypte...

                        Je ne saurais que trop conseiller avant de s’immerger dans cette vieille Égypte la lecture des livres de Isha Schwaller de Lubicz théosophe, égyptologue, écrivain, qui a su lui donner un visage vivant, tout en vulgarisant ces connaissances antiques

                        au moins ses deux premiers livres, on les trouve en format Poche

                        Her-Bak « Pois chiche », visage vivant de l’ancienne Égypte

                        (1950)

                        Her-Bak, Disciple de la sagesse égyptienne

                        (1951)

                        https://fr.wikipedia.org/wiki/Isha_Schwaller_de_Lubicz

                        https://editions.flammarion.com/her-bak-disciple-de-la-sagesse-egyptienne/9782081307667

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité