• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « Amédée ou Comment s’en débarrasser » d’Eugène Ionesco avec et (...)

« Amédée ou Comment s’en débarrasser » d’Eugène Ionesco avec et par Roger Planchon au Théâtre Silvia Monfort

Cloîtré depuis quinze années dans l’appartement de leurs noces d’antan, le couple Buccionioni a laissé s’infiltrer, à son insu, un processus de décomposition délétère qui, sous le simulacre de la survie affective, a fait place sans cesse grandissante à un tiers non identifié livrant Amédée (Roger Planchon) et Madeleine (Colette Dompiétrini) aux émois d’une anxiété surréaliste.

Que faire en effet contre la force maléfique d’un cadavre bien décidé à vous pourrir la vie, en occupant, un peu plus chaque jour, votre espace vital, au point d’en enfoncer les portes et d’en défoncer les murs ?

L’écriture d’Eugène Ionesco distille un suspense oppressant que la mise en scène fantasmagorique de Roger Planchon reprend à son compte en apportant aux rouages ambivalents, le mécanisme d’une machinerie infernale dont les ressorts comiques fusent par tous les interstices de l’irrationnel.

L’univers ludique de Jaques Tati n’est pas très loin de la perspective et de l’ambition de Roger qui, ainsi, enfonce le clou du tragique à coups d’incompatibilités avec l’illusion du réalisme en rose bonbon.

La farce de la destinée qui désagrège les protections et les barrages que Madeleine et Amédée dressent à l’encontre du monde extérieur ressenti de plus en plus menaçant, les rongent de l’intérieur en focalisant leur agressivité l’un contre l’autre.

Mais parvenus là où l’inconscient freudien pourrait se constituer en rempart pur et dur de la libido, Ionesco invite ses protégés à faire imploser les codes de bonne conduite.

Les échappatoires au dilemme du vivant deviennent fantasques et hallucinogènes, tels des champignons alors que l’au-delà prend des formes éthérées et des couleurs oniriques qu’un archange (Patrick Séguillon) évanescent et séducteur sera en charge de chanter et de célébrer en faisant appel aux bluettes de la mémoire collective.

En transformant ainsi l’angoisse existentielle du couple désorienté en livret désuet pour comédie musicale, la baguette du magicien relève la défiance sournoise du Surmoi afin d’en faire jaillir des utopies kaléidoscopiques d’amour éternel.
 
Photo © Philippe Guérillot
 
AMEDEE OU COMMENT S’EN DEBARRASSER - ** Theothea.com - de Eugène Ionesco - mise en scène : Roger Planchon - avec Roger Planchon, Colette Dompiétrini & Patrick Séguillon - Théâtre Silvia Monfort -
 


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (5 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires