• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Au rythme de la flûte...

Au rythme de la flûte...

"Mais il arriva, du fond de la salle, un bourdonnement de surprise et d'admiration. Une jeune fille venait d'entrer. 

 Sous un voile bleuâtre, lui cachant la poitrine et la tête, on distinguait les arcs de ses yeux, les calcédoines de ses oreilles, la blancheur de sa peau. Un carré de soie gorge-de-pigeon, en couvrant les épaules tenait aux reins, par une ceinture d'orfèvrerie. Ses caleçons noirs étaient semés de mandragores - et d'une manière indolente, elle faisait claquer de petites pantoufles en duvet de colibri. 

 Sur le haut de l'estrade, elle retira son voile - c'était Hérodias, comme autrefois dans sa jeunesse - puis elle se mit à danser. 

Ses pieds passaient l'un devant l'autre, au rythme de la flûte et d'une paire de crotales. Ses bras arrondis appelaient quelqu'un qui s'enfuyait toujours. Elle le poursuivait, plus légère qu'un papillon, comme une Psyché curieuse, comme une âme vagabonde et semblait prête à s'envoler. "

C'est ainsi que Flaubert dépeint la danse de Salomé, dans un de ses Contes, intitulé Hérodias... La description montre toute la puissance d'évocation de Flaubert : la jeune fille danse, au son de la flûte, et envoûte les spectateurs de ses gestes ondoyants. La flûte accompagne et souligne ses arabesques.

Le mot "flûte", si familier, donne une impression de légèreté, d'élégance, grâce à sa fricative initiale "f", pleine de douceur, ses éclats de voyelles feutrées "u" et "e".

La fricative peut suggérer le souffle du flûtiste dans l'instrument... Cette consonne élancée nous montre, aussi, la forme de l'objet, plein de finesse.

On entend des airs champêtres d'autrefois : le son de la flûte, simple roseau utilisé par des bergers et des pâtres, nous émeut et nous séduit, par sa rusticité et sa simplicité.

On songe à d'autres instruments proches, la clarinette, le piccolo, des mots pleins de résonances et de lumières...

La flûte plus simple, encore, nous emporte vers des temps anciens, mythiques, à l'époque d'Homère ou de Virgile, vers des paysages apaisés et sereins... des bords de rivières, des arbres aux ombrages bienveillants, des pins aux rondeurs anisées, des cyprès élégants et fuselés...

Tityre, Mélibée, Corydon, des bergers d'autrefois, dans un décor champêtre, s'expriment comme des poètes, composent des chants harmonieux, jouent, sur leur "calame", des airs envoûtants.

Le musicien nous transmet, par son souffle, tant d'émotions, de vertiges de sensations, de pureté, d'harmonie !

On perçoit, aussi, des airs célèbres : la flûte enchantée de Mozart, féérie musicale, empreinte de fantaisie... Tamino, Papageno, la reine de la nuit, Pamina ! Des noms mystérieux, aux sonorités lointaines et exotiques, pleines de poésie !
Une flûte qui envoûte des bêtes sauvages... Des personnages aux pouvoirs merveilleux...
Force, beauté, sagesse viennent triompher de toutes les épreuves que traversent les personnages !

 

On est ébloui par le concerto pour flûte traversière de Vivaldi, on est subjugué par les concertos de Quantz pour flûte et orchestre, on est séduit par la musique somptueuse de Mozart.

 

On se laisse emporter par les sons étranges de la flûte de Pan...

La flûte, souvent associée à des pouvoirs magiques et étranges, met, ainsi, en évidence tous les charmes de la musique, capable de bercer les coeurs, de les transformer, de métamorphoser la vie...

On songe à une autre légende plus tragique : celle du joueur de flûte de Hamelin.... racontée, notamment, par les frères Grimm. Elle évoque un désastre survenu en 1284 en Allemagne. Le maire de la ville promit au joueur de flûte une somme de mille écus s'il parvenait à débarrasser la ville des rats qui l'infestaient. L'homme, grâce à sa flûte, attira les rats qui le suivirent jusqu'à la Weser, la rivière qui arrose la ville, où ils se noyèrent. Les habitants refusèrent, alors, de payer le joueur de flûte en le chassant, même, à coup de pierres. On sait comment se vengea le musicien... Il entraîna, de son instrument, tous les enfants de la ville qui se noyèrent dans le fleuve.

Cette légende montre bien tous les pouvoirs ensorceleurs que recèle la musique : elle enchante les esprits, les envoûte...

La flûte signe, ainsi, une forme d'élégance et de mystères...

 

Ce mot venu, peut-être, du verbe latin, "flare", "souffler" semble évoquer une sorte de souffle spirituel et magique...

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/2015/05/au-rythme-de-la-flute.html

 

Vidéos :


Moyenne des avis sur cet article :  2.5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • phan 18 mai 15:49
    Le musicien bave sur les flûtes de pan.

    • rosemar rosemar 18 mai 18:36

      @phan

      Pas d’illustration musicale ?


    • Pere Plexe Pere Plexe 18 mai 20:28

      @phan
      Le contrepet sauve le sujet.
      Parler de flûte sans sombrer dans le grivois serait une faute au pays de Rabelais.


    • phan 18 mai 20:43

      @Pere Plexe
      C’est Rosemar qui fait elle même le décalage des sons dans son texte :
      ... On se laisse emporter par les sons étranges de la flûte de Pan ...


    • phan 18 mai 21:29

      @rosemar

      « il a tout à fait raison, et Mozart présentait son mi sans percussion... »

    • rosemar rosemar 18 mai 21:49

      @phan

      Magnifique ! MERCI pour ces extraits...


    • phan 18 mai 22:49

      @Pere Plexe
      Au pays de Rabelais :

      Auprès du feu de camp, les scouts goûtaient le chant de la conteuse et l’écho de la flûte.
      Cette petite flûte aime les piques. 
      La petite flûtiste joue sur la berge du ravin.

    • rosemar rosemar 18 mai 23:16

      @phan

      Dans un autre style, superbes extraits encore ! Merci...



      • rosemar rosemar 18 mai 21:03

        @arthes

        Un classique... merci.


      • rosemar rosemar 18 mai 21:14

        @arthes

        Ou encore un peu de flûte de Pan :

        https://youtu.be/1cq0LXkXKus


      • troletbuse troletbuse 18 mai 20:25

        En cette période pré-électorale, on entend plus souvent des concerts de pipeaux.

        Quoique Micron aime aussi la flute ou la bombarde à un trou.


        • troletbuse troletbuse 18 mai 22:08

          Moi, j’aimais bien ça

          https://www.youtube.com/watch?v=2u0XXpVGUwk

          La flute traversière, Micron adore


          • rosemar rosemar 18 mai 23:17

            @troletbuse

            C’est sympa... merci !


          • Le421 Le421 20 mai 09:11

            @troletbuse
            T’es fou !!
            Jethro Tull, c’est un mythe de ma jeunesse, une référence !!
            L’album Aqualung faisait partie de mes indispensables.
            Je passait « Locomotive Breath » sur des Thorens TD125 en 1972...
            https://www.youtube.com/watch?v=i19d1QnstsA

            Je faisais sauter l’intro.... En boite, ça le faisait pas !!
            Et on n’avait pas « Audacity » à l’époque. Casque sur les oreilles et banzaï !!
            Les Cabasse sortaient du feu de dieu !!


          • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 18 mai 23:31

            Rosemar ignorant la contrepèterie...


            • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 18 mai 23:44

              @Rosemar

              Franchement la comtesse ne vous voudra pas sur son album .


            • phan 19 mai 09:04

              @Aita Pea Pea

              Je ne supporte plus les sons pénibles que les flûtes font en Ré.
              La flûtiste dit au tromboniste : « Monsieur, votre coulisse peine ».
              La flûtiste fait peur.
              Le jeune flûtiste perd les trous de la flûte
              Ce n’est pas bon cygne de saturer la flûte !

            • OMAR 20 mai 00:11

              Omar9

              .

              Flûte !!!

              .

              J’ai oublié ma flûte chez le boulanger.

              .

              @rosemar, auriez-vous la gentillessse de mle la rapporter ?

              Pour cela, je vous offrirai une flûte de champagne...


              • Abou Antoun Abou Antoun 20 mai 09:30

                Le mot « flûte », si familier, donne une impression de légèreté, d’élégance, grâce à sa fricative initiale « f », pleine de douceur, ses éclats de voyelles feutrées « u » et « e ».

                Un peu comme « flatulence ».


                • JC_Lavau JC_Lavau 20 mai 09:43

                  @Abou Antoun. Gardes ! Saisissez cet incroyant !


                • rosemar rosemar 20 mai 12:27

                  @Abou Antoun

                  Mais le terme « flatulence » est plus long et comporte une voyelle nasalisée « en » qui suggère une enflure... et ça change tout...


                • Abou Antoun Abou Antoun 20 mai 14:29

                  @rosemar
                  comporte une voyelle nasalisée « en » qui suggère une enflure...
                  Un peu comme ’président’ alors.


                • Ce qu’il nous faudrait en ce moment, c’est un bon joueur de flûte qui entraîne tous les politicards corrompus. Ben , je crois bien, qu’’il y aurait foule dans le défilé,... attention je ne suis pas un sauvage, pas les noyer dans un fleuve, mais les faire tremper dans une immense fosse à purin !




                  @+ P@py


                  • troletbuse troletbuse 20 mai 12:07

                    @Gilbert Spagnolo dit P@py
                    Eh oui, il nous débarrasserait des rats comme à Hamelinen au 13eme siècle


                  • Pierre 20 mai 15:24

                    Oui mais Richard Strauss en donne une version bien différente...


                    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 20 mai 15:54

                      Partita la mineur ...Bach .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès