• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Bertrand Cantat, l’as de l’auto-apitoiement, décrit les (...)

Bertrand Cantat, l’as de l’auto-apitoiement, décrit les souffrances qu’il a subies ces dix dernières années !

Dans le cadre de la campagne de promotion de son nouvel album, le chanteur se pose en victime dans le magazine "Les Inrocks".

"Cantat Parle" voici le titre sobre des Inrocks, qui publie trois heures d'entretien condensée en cinq pages denses. Une interview qui est signée Jean-Daniel Beauvallet, un pilier du magazine depuis ses débuts et également ami proche de Cantat depuis des lustres.

Il parle longuement de sa vie depuis dix ans, comme s'il reprenait l'histoire là où tout le monde l'avait laissée.

Sur la mort de Marie Trintignant il dit  : "Je ne pouvais pas croire ce qui était arrivé. Je ne me souviens plus dans quel état on était, et pas seulement émotionnellement. (...) Je n'ai rien compris à ce qui s'est passé dans l'action. C'est la pire des culpabilités. Après avoir accompagné Marie à l'hôpital, j'ai été viré et je suis revenu à l'appartement. Pour me flinguer. J'ai préparé mon suicide : en faisant couler un bain, en y préparant des lames de rasoir pour m'y trancher les veines et en prenant des médicaments pour m'abrutir. J'en ai trop pris et je me suis effondré. Je me suis réveillé 48 heures plus tard à l'hôpital, avec la police au pied du lit"

"Je ne suis pas dans le déni de ce qui s'est passé, je sais que j'ai commis l'irréparable. Je n'ai jamais fui ma responsabilité. Sauf peut-être en cherchant à mourir", ajoute le chanteur.

Ensuite il parle de sa vie en prison à Vilnius où tout d'abord il a été isolé des autres détenus : "Je n'avais le droit de parler à personne. Je chantais, je hurlais seul, dans mon sous-sol. C'était une toute petite pièce, avec un vasistas qui laissait à peine passer un peu de lumière du jour, éclairée par un néon de 6 heures du matin à 22 heures et le reste du temps par une grosse ampoule (...) Je ne pouvais pas dormir, j'en étais de toute façon incapable. Alors ils m'abrutissaient de médicaments. (...) J'ai découvert le yoga en prison, dès Vilnius (...) C'est le seul moyen que j'ai trouvé pour échapper à cette douleur insupportable, permanente (...) J'étais désespéré par la disparition de Marie, par ma responsabilité. En prison, je tiens grâce à l'amour que je reçois de l'extérieur. Sans les enfants, sans cette responsabilité, je me serais suicidé en prison".

Puis il décrit ce qu'il a vécu lorsqu'il a été transféré en 2004 à la prison de Muret, près de Toulouse, et de son retour à la musique :"Quand j'ai pu faire entrer ma guitare à Muret, j'ai écrit des bouts de chansons, de poèmes et de textes. Dès que je sentais un peu la paix revenir, j'écrivais. Mais très vite l'extérieur se chargeait de m'anéantir. Alors j'étais cassé pour trois mois. J'ai avancé comme ça, pendant dix ans, en avançant puis en retombant. Tous les efforts déployés par un certain nombre de gens et de médias pour me, et nous, détruire, ont été diablement efficaces, que personne ne croie le contraire, surtout".

Bertrand Cantat évoque alors le soutien immédiat qu'il a reçu de la part de ses anciens compagnons du groupe" Noir Désir", qui l'ont rejoint à Vilnus après le drame : "Ils ont été très importants. (...) C'est aussi le début du cauchemar car ça devient concret, je Sais alors que je n'échapperai pas à la réalité. Leur première question est : "mais qu'est-ce qui s'est passé ?" Je suis incapable de répondre. Je ne comprends rien."

Après la libération de Cantat, le groupe "Noir Désir" envisage d'enregistrer un nouvel album, il y travaille, mais en novembre 2010 brutalement c'est l'implosion .Le chanteur avec une certaine dose d'égoïsme déclare : "On s’était finalement construits autour de certains tabous, une forme de mensonges, d’omissions. Comme dans toute famille. Mais là, j’ai eu l’impression qu’on n’allait pas crever l’abcès. (...) J'avais besoin de liberté et je me suis rendu compte que Noir Désir était devenu une autre prison, où il fallait demander l'autorisation pour chanter".

Mais la version du batteur du groupe, Denis Barthe, rapportée dans le livre de Marc Besse, ancien journaliste des Inrockuptibles dont le titre est "Noir Désir à l’envers, à l’endroit" (éd. Ring), est très différente. Le journaliste rapporte le "off" d’une rencontre avec lui datant du 3 mars 2011, qui raconte les circonstances de la séparation du groupe, lors d'un dîner houleux entre les quatre membres de Noir Désir. Il s’appuie pour cela sur le seul témoignage du batteur Denis Barthe : "D’un coup, dans la discussion, Bertrand a complètement changé et s’est comporté comme une ordure. Il nous a dit de tout. Il s’est positionné comme une victime. D’un coup, il était victime de tout. Vilnius, ce n'était pas de sa faute... Comme si Marie avait glissé sur une savonnette. Kristina (Rady, sa femme qui s’est suicidée début 2010), ce n'était pas de sa faute, elle était malheureuse, etc..... Il nous a tous accusés d’avoir besoin de sa notoriété. Quand il a envie de rompre parce que la situation ne lui convient plus, il pousse les gens au bout de leurs limites pour que ce soient eux qui mettent fin à l’histoire et lui évitent de prendre ses responsabilités", aurait dit le batteur.

Le chanteur évoque également le suicide de son épouse et mère de ses deux enfants, Kristina Rady, en 2010 : "Chaque proche se demande ce qu'il n'a pas vu, pas fait ou fait... Moi le premier, mais les raccourcis et les accusations délirantes me concernant sont inacceptables". C'est affreux, abject d'être devenu le symbole de la violence contre les femmes". Selon lui, les parents de Kristina Rady "ne comprennent plus du tout qui sont ces gens qui essayent de les impliquer malgré eux et leurs convictions. On leur a fait croire que j'étais un assassin, avant qu'ils ne s'aperçoivent qu'on les avait instrumentalisés", affirme le chanteur.

Mais pour son ex-belle-mère, la mort de Kristina reste non éclairée : "Nous avons renoncé à connaître la vérité" confie son ex-beau-père.

Elle dit de son ex-gendre que "d'une certaine manière, il terrorisait Kristina Il avait plusieurs fois cassé ses téléphones, ses lunettes, (...) il lui avait même cassé le coude". Son mari, Ferenc Rady relate un incident qui se serait produit entre les deux époux. Selon lui : Bertrand avait fait tomber Cini (le diminutif de Kristina) en la poussant contre une fenêtre.

Au moment du procès de son ex-époux à Vilnius, elle avait nié toutes violences de la part de Bertrand Cantat envers elle. "Nous n'avons pas compris pourquoi elle ne disait pas la vérité, explique Csilla Rady. Mais pour ses enfants, elle ne pouvait pas faire autrement"

Depuis deux ans et demie les grands-parents n'ont pas pu voir Milo et Alice, les deux enfants du couple : "Nous esperions qu'il nous laisserait continuer à les voir après le suicide de leur mère", déclare Ferenc Rady. Il accuse alors le chanteur de Noir Désir : "Son problème, c'est qu'il ne se sent responsable de rien. Que fera-t-il quand sa fille sera grande ? Va-t-il comprendre qu'elle ne lui appartient pas ?" s'interroge-t-il.

Bertrand Cantat refuse d'être devenu le symbole de la violence contre les femmes, pourtant au détour d'une interview du magazine "Les Inrockuptibles", il y a de cela de nombreuses années, Bertrand Cantat déclarait : "J'ai besoin de faire sortir de la violence, parce que c'est ce que je ressens à chaque seconde. J'en ai une peur maladive et moi-même je suis très violent, dans mes sentiments en particuliers". Confidence rare du leader de Noir Désir, qui s'est toujours très peu livré, mais dans laquelle selon le magazine, il dit être parvenu à brider cette violence grâce à la musique. Une musique qui n'a plus fait effet, semble-t-il, en 2003 et aussi en 2010 année du suicide de Krisztina Rady son épouse et la mère de ses 2 enfants.

Le parquet de Bordeaux a indiqué la semaine dernière qu'il allait faire auditionner un ancien compagnon de Kristina Rady, qui estime que la jeune femme a pu en arriver là après des violences conjugales.

François Saubadu, ce compagnon, aurait des éléments nouveaux. Selon Me Mellul, il a remis à cette occasion au procureur une liste de personnes susceptibles, comme lui-même, d'attester de violences psychologiques ou physiques exercées par Bertrand Cantat contre Kristina Rady. Cette liste, dont L'Express a pu consulter une copie, comporte 9 noms.

Le document mentionne les parents de Kristina Rady, sa soeur, une amie et la nounou hongroise qui s'occupait des deux enfants du couple à leur domicile, à Bordeaux. Ces cinq personnes vivent actuellement en Hongrie. Les quatre autres habitent Bordeaux ou ses environs. Il s'agit d'un couple et un ami chez lesquels Kristina Rady aurait séjourné tour à tour avec ses enfants pour "se protéger" de Bertrand Cantat, ainsi qu'une amie qui aurait gardé fréquemment ses enfants.

La thèse de la responsabilité de Bertrand Canat sur le suicide de Kristina, son épouse dévouée, découle du message qu'elle a laissé sur le répondeur de ses parents, six mois avant son geste fatal. Ces derniers sont absents, ils sont partis pour leur résidence secondaire sur les bords du lac Balaton, au sud-ouest de la capitale hongroise. L’enregistrement dure exactement sept minutes et trente-trois secondes au cours duquel Kristina s'exprime dans un long monologue en hongrois, un appel "au secours" en quelque sorte.

Cet enregistrement qui a été dévoilé au public que récemment, jette un éclairage cru et précis sur la personnalité de Bertrand Cantat et sur le couple autodestructeur qu’il forme alors avec Kristina.

Bertrand Cantat a-t-il tué Marie Trintignant une seconde fois en confiant ses états d'âme aux Inrockuptibles ?

Pourquoi s'est-il servi de cette tragédie (dix-neufs coups, dont quatre au visage, selon les médecins légistes) à des fins bassement commerciales ?

Lui qui a donné des leçons à la Terre entière quant il était sur scène, il est incapable de ne pas se poser en victime et essaye de se justifier misérablement. Il dit dans l'interview : "Je n'ai jamais fui ma responsabilité" pourtant c'est ce qu'il fait dans ces cinq pages. Il dit : "Le cirque a pris le pouvoir, en ignorant l'amour, en négligeant la complexité (...). Le beau, l'amour, c'est lui-même qui les a occulté et personne d'autre

"Je ne suis pas un enfant de choeur" dit-il aussi "mais je ne pense pas non plus être le dernier des salauds" C'est sûr ! Il est juste un salaud comme les autres, ceux qui tuent leur compagne au nom de l'amour, un salaud ordinaire en somme !

En tout cas cette interview est un très joli coup médiatique pour le magazine culturel "Les Inrocks". Mais pourtant on sent comme un malaise qu'en on lit le préambule de celle-ci qui rappelle que Cantat a purgé sa peine, qu'il est un homme libre et qu'il ne faut pas ou tout du moins plus le lyncher. Étrange n'est-ce pas ?

 

Sources  : lesinrocks.com, L'Express, Libération, Le Figaro,


Moyenne des avis sur cet article :  2.88/5   (34 votes)




Réagissez à l'article

59 réactions à cet article    


  • volpa volpa 24 octobre 2013 10:31

    Le mieux est qu’il se fasse oublier.


    • Agonymous23 24 octobre 2013 11:50

      Tout a fait d’accord concernant l’auteur de l’article, mais accordons-lui le droit de s’excuser, faisons preuve d’exemple, je vous en prie.
      Merci pour le second degré de votre commentaire, il fallait oser... smiley



    • amiaplacidus amiaplacidus 24 octobre 2013 12:51

      Quelqu’un qui est capable de tuer une autre personne à coups de poings devrait avoir l’élémentaire décence de se taire.

      Et s’il exerçait auparavant une profession le mettant en public, devrait en changer pour devenir, comme un ver, invisible.

      Et en aucun cas vouloir lancer une polémique pour relancer sa « carrière ».


    • appoline appoline 24 octobre 2013 13:36

      Limite border line, ce genre de type est un danger extrême dans toute relation, il ne laissera jamais l’autre partir, il arrivera toujours à son but, même si cela doit prendre des années.


      Déjà, entamer une nouvelle relation avec sa femme enceinte, cela montre le peu de respect pour l’autre ;

    • La mouche du coche La mouche du coche 24 octobre 2013 21:50

      Depuis l’affaire DSK, entre un homme et une femme, la femme est forcément innocente et pure, et l’homme est forcément coupable et laid.  smiley


    • Castel Castel 24 octobre 2013 10:55

      L’incapacité de prendre l’entière responsabilité de ses actes, l’apitoiement sur soi, la violence, même peut-être la tendance à trop se prendre au sérieux... il devrait lire les livres de Carlos Castaneda, l’auteur semble beaucoup lui ressembler...


      • Agonymous23 24 octobre 2013 11:58

        Vous y allez un peu fort dans la description de l’auteur (de l’artcile). smiley

        Vos propos n’engagent que vous,
        mais la comparaison avec Carlos Castaneda est assez caustique. smiley


      • Castel Castel 24 octobre 2013 13:25

        Ah, parce que vous avez besoin de wikipédia pour connaitre Carlos Castaneda ?


      • appoline appoline 24 octobre 2013 13:39

        Oui Castel, si Cantat est bordel line, son raisonnement l’emmènera toujours à dire « ce n’est pas ma faute, ma responsabilité » et aura toujours une cible à désigner


      • Agonymous23 24 octobre 2013 14:02

        Je m’intéresse à tout ce qui touche les idées d’avant-gardes. Je n’apprécie pas le manque d’imagination et le manque de nuance. Je suis plutôt apolitique, même si je suis pour le soulévement des peuples contre le dictat mondialiste.

         smiley smiley smiley


      • Castel Castel 24 octobre 2013 14:07

        Qu’est-ce qui vous fait rigoler, poulet ?


      • Agonymous23 24 octobre 2013 14:19

        La nuance chez l’auteur (de l’article)... smiley
        Vous allez me dire que c’est sa spécialité peut-être ? smiley

        Bertant (Cantat), lui au moins fait preuve de nuances dans ses propos (et ne venez pas me parlez du geste, il y a déjà un artcile de menou pour ça).

        P’têt bien que vous et l’auteur êtes des gens irrrrréprochables, à tous points de vue j’entends, mais j’en doute fort, alors oui, j’me marre et j’me marre encore plus fort smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley.

        Ben, et l’amour et sinon, ça vous dit quelque chose ♥ ♥

        ♥  ?  smiley


      • Bulgroz 24 octobre 2013 11:12

        François Bayrou : avec panache a fait le choix de ses valeurs démocrates chrétiennes qui ont prévalu sur les questions économiques et budgétaires

        Hier au soir François Bayrou a accompli un acte politique majeur en annonçant qu’à titre personnel il voterait François Hollande. Un geste politique qui est tout sauf anodin.

        On se souvient qu’en 2007, il avait dit seulement qu’il ne voterait pas pour Nicolas Sarkozy, plus tard il avait avoué avoir voté blanc. Mais hier, il a expliqué son choix, par un réquisitoire sans appel sur les outrances extrémistes de Nicolas Sarkozy, dans sa campagne entre les deux tours.

        Il faut, je pense, pour comprendre pourquoi il appelait à voter contre Nicolas Sarkozy, relire sa déclaration. Un appel républicain, sincère et personnellement risqué qui expliquait combien Sarkozy avait rompu avec la conception européenne et républicaine que ce faisait François Bayrou de notre avenir collectif.

        François Bayrou ne pouvait renier ses convictions jusqu’à avaler des couleuvres du discours sur le repli , les frontières, les douanes et droitisation outrancière vers le Front National.

        Le moment qu’il a choisi pour déclarer sa position à la toute fin de la campagne présidentielle, indique qu’i a mûrit le risque qu’il court. Par cette déclaration, il s’adresse à tous ceux du centre droit, héritiers de la démocratie chrétienne et d’un humanisme républicain, qui ont été choqué par la campagne très très à droite du candidat de l’UMP sous influence de son conseiller préféré, Patrick Buisson, ancien journaliste de « Minute » un journal d’extrême droite.


        Mais François Bayrou n’entend pas renier son engagement politique : "Je ne suis pas et je ne deviendrai pas un homme de gauche. Je suis un homme du centre et j’entends le rester, et je suis certain que le jour venu il faudra aussi qu’une partie de la droite républicaine soit associée à ce qu’il faudra faire pour que la France s’en sorte", a-t-il dit dans sa déclaration.

        Il a, je pense, pris acte qu’une recomposition de la droite allait s’avérer nécessaire, les courants au sein de l’UMP allaient se reformer, et que le centre avait une autre carte à jouer, que celle d’être la caution humaniste d’une droite républicaine en cours de dérive droitière.

        Comme actuellement toute la droite, François Bayrou joue le coup d’après. L’UMP qui avait réussi à fédérer sous sa bannière, le centre, la droite gaulliste, le centre droit et une droite plus radicale, va exploser suite à la dérive extrême-droitière prise pas son leader. Avec l’instauration d’une part de proportionnelle dès 2017, le Front National va s’installer dans la vie politique durablement. Alors le centre va pouvoir jouer à nouveau, comme sous le IVe République, une fonction de charnière qui lui permettra d’imposer son réalisme économique et sa dimension sociale aux autres formations.

        François Bayrou est un homme courageux, qui a fait ce choix par conviction et de cela nul ne peut en douter. Mais sous cette prise de position morale, on peut déceler une obstination de constituer une force indépendante et centrale dans la vie politique Aujourd’hui il a décidé de forcer le destin.

        Pour ma part, j’estime que François Bayrou, a pris de la hauteur et a réagit comme un grand républicain, il a senti que la nation était en danger avec Nicolas Sarkozy qui prône la division et ne cesse de monter les français les uns contre les autres, et qui se cache derrière le drapeau bleu blanc rouge, en invectivant les syndicalistes qui brandissent le drapeau rouge.


        • menou69 menou69 24 octobre 2013 11:29

          Bonjour Bulgroz,

          Je pense que vous vous êtes trompé d’article en mettant votre commentaire sur Bayrou sur le texte concernant Bertrand Cantat ! Mal réveillé ?

          Commentaire intéressant qui plus est, mais plutôt hors sujet ! Est-ce une erreur ou bien est-ce un acte délibéré de votre part ?

          Bonne journée,

          menou69


        • Agonymous23 24 octobre 2013 12:08

          Non non, c’est délibéré, smiley aucun doute.

          Par contre vous, vous vous êtes trompé de rubrique en choisissant « Culture »
          pour votre article (si l’on peut appeler ça comme ça), il y a pourtant d’autres choix,
          comme people (l’idéal), pubs buzzs (délaissé), parodie (du journalisme), etc.
           smiley
          Pourquoi ne pas renommer AgoraVox en MenouVox, cela dit ? smiley

          ♥ ♥ ♥


        • Bulgroz 24 octobre 2013 12:35

          C’est marrant j’aurai pensé que menou allait reconnaître sa propre prose, car en réalité c’est sa propre daube que j’ai recopiée. Le top c’est quand menou nous a expliqué que bayrou était un génie en appelant à voter Sarkozy.

          C’est vrai qu’il en écrit tellement qu’on ne peut exiger de lui qu’il endosse la responsabilité de tout.

          Cependant, je trouve fort de café qu’il essaie de se refaire une virginité en nous parlant de Cantat et tenter de faire oublier ses diffamations antisarkozistes répétèes.

          Qu’il continue à nous raconter que Sarkozy est un faisan, Bayrou un fin stratège éclairé et Hollande le meilleur d’entre tous.


        • ZenZoe ZenZoe 24 octobre 2013 11:14

          Ce gus est un pauvre type, lâche et violent, qui sème la désolation et la mort autour de lui. Il y a des gens comme ça qui portent la poisse. Je plains ses pauvres gamins, victimes collatérales.
          Lui par contre est grillé, il va ramer jusqu’à la fin de ses jours, bah, il l’a bien cherché, on passe à autre chose...


          • Agonymous23 24 octobre 2013 15:57

            Ouais, passons à autre chose. smiley

            Car malgré tout, Bertrant (Cantat), auteur d’un geste impardonnable (il ne faut pas le nier non plus) continu de plaire et bien qu’il ait perdu une grande partie de son public, fait salle comble.

            Alors passons à Passi, qui lui doit annuler son concert pour cause de chaises vides... smiley

            ♥ smiley

             smiley


          • Bulgroz 24 octobre 2013 11:19

            Si Nicolas Sarkozy est réélu pour un nouveau quinquennat de violence, l’état de tension qu’est celui de la France aujourd’hui n’en sera que renforcé. Espérons que ce peuple, dont se réfère le candidat-président, ouvre enfin les yeux et lui accorde un congé paternité et le renvoie à son étude d’avocat d’affaires. Cela permettra à la France de retrouver le chemin de la sérénité.


            • jef88 jef88 24 octobre 2013 11:21

              LA réaction aux délires de ce mec ?

              NE PAS ACHETER SON DISQUE !

              il veut se faire du fric avec « l’aura » que lui a donné son meurtre ......
              d’autre part s’il n’avait pas été célèbre  combien de temps , en plus, aurait il passé au trou ???


              • Agonymous23 24 octobre 2013 13:28

                 smiley Copiés-collés et sans relecture :

                « Cantat Parle » voici le titre sobre des Inrocks, qui publie trois heures d’entretien condensée en cinq pages denses."
                 smiley
                Si c’est l’entretien qui est condensé, ça s’écrit « condensé », mais si ces sont les trois heures d’entretien qui sont condensées, alors ça s’écrit « condensées ». smiley

                Et ça se dit journaliste, mouais, il doit suffire de mettre une zolie photo de minou et de pomper sur les zôtres pour y croire en tous cas. smiley

                Menou, zournaliste par fierté, besoin d’exister à travers la critique perverse mais ne supportant aucune critique.

                Pour le moins narcissique tout cela smiley et jamais de participation à la modération et au partage des autres rédacteurs, à l’opposé total de son « à propos ».

                Et l’ ♥, grand absent des ses billets... smiley


              • Bulgroz 24 octobre 2013 11:33

                La scène se déroule dans le bureau du président de la République. Nicolas Sarkozy attend une élue locale qui vient lui demander des subventions pour un musée. Lors de son arrivée, elle découvre le chef de l’État très excité sexuellement. Il lui aurait alors réclamé « une gâterie » :

                "Sois gentille, tu vois bien que j’ai besoin de me détendre. Allez… C’est pas grand-chose. Tu ne peux pas me laisser comme ça ! «  a-t-il imploré. L’acte sexuel qui s’ensuit aurait été  »bref « , le  »monarque« , comme le surnomme l’auteur Marie-Célie Guillaume,  »étant pressé", car il doit remettre la légion d’honneur à Isabelle Balkany, c’était le 30 janvier 2008, soit trois jours avant son mariage avec Carla Bruni !


                • Bulgroz 24 octobre 2013 11:36

                  Je pense qu’imposer une fellation à une femme est bien plus grave, surtout quand elle est votre obligée dans sa situation professionnelle ! Ne comparez pas ce qui n’est pas comparable. En France on est trop laxiste sur ce sujet d’ailleurs les autres pays nous en ont fait la remarque lors de l’affaire de DSK.

                  C’est une agression sexuelle tout simplement, de quel droit un homme détenant le pouvoir de faire et de défaire une situation professionnelle peut tout s’autoriser sexuellement. D’ailleurs il ne risque plus rien car il n’y a plus de loi concernant ce crime.

                  Je vois que vous n’avez pas vécu une situation d’agression sexuelle dans votre entourage professionnel, car vous réagiriez différemment. Ce genre d’agression démoli pour la vie la victime.

                  Alors ni Mitterrand, ni Hollande n’ont imposé jusqu’à preuve du contraire une fellation aux personnes de leur entourage que vous citez.

                   Alors je vous le redis comparez ce qui est comparable et ce n’est pas un problème de gauche ou de droite, c’est un problème de personne possédant un pouvoir quelconque qui du fait de celui-ci se permettent d’imposer un geste que la victime ne peur refuser

                  Mon propos concerne aussi bien les patrons que les hommes politiques ayant du pouvoir.

                  En ce qui concerne Sarkozy, il pouvait très bien se soulager tout seul sans impliquer une tierce personne !


                  • Kern Kern 24 octobre 2013 11:38

                    @ Bulgroz

                    Il me semble que vous êtes en décalage par rapport à l’article

                    Vous nous parlez de Bayrou et de Sarko : ici est traité le cas de Cantat

                    Cantat le chanteur

                    Je me permet de vous le signaler avant que vous ne continuiez

                    Pour en revenir à l’article

                    Quand on écrit que l’on a voulu se suicider et que l’on n’y est pas arrivé : on ment

                    On ment en se ridiculisant

                    Si il est autant tourmenté par ses remords : pourquoi s’épanche-t-il dans les médias ?

                    Les grandes douleurs sont muettes


                    • Bulgroz 24 octobre 2013 12:03

                      Kern,

                      Je reste toujours sur les précédents articles de ménou pour lui demander de revenir à ses fondements traditionnels, à savoir l’antisarkozisme forcené, l’amour de bayrou et de Hollande et la diffusion de fausses informations infamantes. C’est trop facile pour lui de nous parler de Cantat maintenant que nous sommes en mesure de faire la différence.


                    • dan29000 24 octobre 2013 11:42

                      Ce qui est surtout étrange c’est une espèce de haine que véhicule ce pauvre article...Et aussi une méconnaissance pathétique de la justice en France. Oui, Cantat a été jugé, déclaré coupable, car il l’était bien entendu, avec une peine de prison à effectuer, ce qui fut fait. Il a payé, comme tout autre condamné./ Alors les adeptes de la double peine, style Sarko, du genre, après la prison, quand le détenu sort, il doit encore payer, cela est minable... On pourrait aussi rappeler que lorsqu’un homme ou femme est emprisonné, ceux qui en profitent pour brûler sa maison sont des lâches décérébrés, entre autres. Alors finissons-en avec les pitoyables tentatives de lynchage médiatique et laissons-le faire sa tournée et sortir son CD. Ceux qui l’apprécient iront le voir et achèterons le disque, c’est tout, alors les grandes tirades comme la votre sont assez vaines...Quant à la souffrance elle est pourtant lisible dans l’entretien, mais l’aveuglement de la haine est perceptible dans votre malheureux texte. Laissons-le faire son métier d’artiste, car il en est un, et un grand...


                      • Agonymous23 24 octobre 2013 12:18

                        Oh vous savez, y’a bien des minous qui font dodo comme des humainssmiley

                        Alors laissons menou se prendre pour un journaliste (citoyen), qui pompe ses sujets parmi les idées de ses lecteurs (à qui menou ne répond pas par ailleurs  smiley).

                        Menou69 : Articles publiés : 96 smiley Article modéré : 0 (pointé) smiley...

                         

                        Bienvenue donc sur MenouVox...  :


                        Mauvais goût, hypocrisie, polémique, populisme, anti-Russie et propagande guerrière : 100% smiley


                        Remise en cause, humilité, recul, bon sens, respect et surtout participation au partage : 0% !

                        Pendant ce temps là, Eve Angeli donne des cours de guitare Hello Kitty (miaou),
                        et ça menou n’en parle même pas... smiley
                        Pfff, le journalisme d’investigation et engagé, ce n’est plus ce que c’était. smiley


                      • Bulgroz 24 octobre 2013 11:46

                        Jeudi soir, l’ancien président de la République, Nicolas Sarkozy a été mis en examen pour "abus de faiblesse". Le juge Gentil en charge du dossier dans ce volet de l’affaire Bettencourt a estimé que des indices graves et concordants, justifiaient l’évolution de son statut de témoin assisté à mis en examen.

                        La procédure longue et complexe va donc se poursuivre … mais Nicolas Sarkozy, mis en examen, risque « gros », sur un plan politique bien sûr mais aussi et surtout sur un plan pénal.

                        Selon Fabrice Llhomme, journaliste au Monde, Nicolas Sarkozy est uniquement mis en examen pour "abus de faiblesse". D’une part, cela signifie que le juge n’exclut pas que les fonds qu’il aurait éventuellement perçus en 2007 des Bettencourt auraient servi à son enrichissement personnel et non au financement de sa campagne présidentielle. D’autre part, l’infraction de financement politique illégal risquait de tomber sous le coup de la prescription, qui est de trois ans. Or il s’agit de faits qui se seraient déroulés en 2007.

                        Oui, vous avez bien lu : " cela signifie que le juge n’exclut pas que les fonds qu’il aurait éventuellement perçus en 2007 des Bettencourt auraient servi à son enrichissement personnel et non au financement de sa campagne présidentielle.

                        Un enrichissement personnel !! selon les sources bien informées rapportées par menou sur Agoravox.


                        • Yohan Yohan 24 octobre 2013 11:47

                          Logiquement il devrait faire profil bas. Mais faire profil bas pour un artiste auto centré, c’est mission impossible. Il aurait dû refuser toute question portant sur son affaire, il ne l’a pas fait, preuve que c’est un con


                          • Agonymous23 24 octobre 2013 15:30

                            Commentaire d’une grande intelligence, whaôu, impressionnant. smiley

                            Le mot « con » semble fort mal attribué, franchement déplacé et contraire à la chartre, mais ce n’est pas l’auteur qui s’en plaindra, l’auteur (de l’article) est à plaindre, lui y’en a être un grand fan de ce genre de sujets racoleurs qui font le buzz...
                             smiley
                            Que pensez-vous donc de ceci, le meutre d’un musicien antifascite par un néonazi ?
                            Moi y’en a juste inviter à la réflexion, c’est tout. smiley


                          • Bulgroz 24 octobre 2013 11:57

                            Menou, où en êtes vous avec votre enquête publiée en Mai 2012 ?

                            Une information était parue initialement en novembre dans l’hebdomadaire Al Ousboue cité par Biladi, qui par ailleurs n’avait jamais été démentie ni confirmée, selon laquelle l’ancien président de la République aurait reçu en cadeau, fin 2011, une villa luxueuse de près de 700m2 de la part d’un richissime homme d’affaires des Émirats.

                            Avez vous reçu des confirmations de l’hebdomadaire Al Ousboue ?

                            Etrange que Sarko ne vous ait jamais répondu. N’est ce pas ?

                            Ainsi que vous l’écriviez : "Il serait urgent que Sarkozy apporte un démenti formel face à de telles accusations. Dans le cas contraire, j’espère que l’information reprendra rapidement ses droits et que des faits soient révélés et non plus des allégations."

                            Vos fidèles lecteurs exigent la suite de votre enquête.



                            • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 24 octobre 2013 12:46

                              One trip ,one noise ,du ciment sous les plaintes ce jour en France .


                              • Bulgroz 24 octobre 2013 12:52

                                J’ai trouvé qui se cache derrière menou69 : c’est Madame Irma

                                La preuve, ce qu’il écrivait il y a peu :

                                Je pense que vous connaissez mal Hollande, il écoute, il ne dit jamais non mais il fait toujours comme il l’entend et quand il a décidé personne ne le fera changé (1) d’avis. Je pense que tout le monde se méprend sur son caractère Il est Lion ascendant Gémeaux, je vous invite à voir son thème astral

                                http://www.astrodial.com/joomla/ind...

                                Si vous êtes septiques concernant les signes astrologiques qui déterminent beaucoup le caractère des personnes, je vous invite quand même à lire son thème. Je pense que cela vous en apprendra un peu plus sur lui !

                                (1) sic

                                et Cantat, c’est quoi son signe astrologique, Madame Irmamenou ?


                                • Castel Castel 24 octobre 2013 14:14

                                  Pas terrible, l’interprétation... Cela peut servir à ridiculiser l’astrologie, pas à la comprendre.


                                • ETTORE ETTORE 24 octobre 2013 12:54

                                  Si il est bien une vérité...

                                  c’est que les vivants eux, peuvent toujours graver un CD pour continuer à « vivre » et « supporter » leurs « remords. »
                                  Les morts , n’en ont que faire ! Eux , ils sont dans le sillon de la terre.
                                  Tout ce que fait ce gars , reste une triste oraison funèbre
                                  ou simple lecture de son testament.
                                  Vaut mieux que ce soit de son vivant, car après il ne se trouveras personne pour l’écouter.

                                  • DanielD2 DanielD2 24 octobre 2013 12:57

                                    Quelle indécence ... Il pourrait au moins éviter de remonter sur scène, il pourrait juste écrire et faire de la musique en coulisse si il ne sait faire que ça, mais ça ne doit pas être possible, il doit avoir un égo gros comme un camion.

                                    Encore un beau naufrage des bien-pensants. Quand on pense à la censure que subissent certaines personnes en France ( Dieudonné, Alain Soral et tant d’autre ) alors qu’ils n’ont jamais tué personne, eux. En France il vaut mieux tuer sa femme que de dire la vérité sur Israël par exemple. 


                                    • Rose noire Rose noire 24 octobre 2013 17:30

                                      Et combien d’hommes politiques,

                                      chefs d’Etats ou ministres,

                                      en pleines fonctions idéologiques

                                      ont commis de lourds sinistres ?

                                       

                                      Sang sur les mains,

                                      au-dessus des lois,

                                      rien pour demain

                                      et tout pour les rois.

                                       

                                      Fichez donc la paix à ceux qui repris,

                                      par la justice ont purgé leur peine,

                                      hanté maintenant de remord et de cris.


                                      Les confiner à l’ombre de leur veine ?

                                       

                                      Pourquoi dont quand l’exemple est donné,

                                      par des hommes condamnés pour le crime,

                                      de milliers d’innocents, revenus gouverner.


                                      L’artiste lui, souffre, mais point ne frime !


                                    • Nestor Nestor 24 octobre 2013 13:18

                                      Salut ...

                                      De toute façon moi j’ai jamais accroché le wagon noir désir ... Contrairement à d’autres groupes de l’époque noir désire était considéré comme un groupe commercial ... On connaissait bien Pétoulet, lui n’avait peur de rien et la mort il l’a croisé plus d’une fois, mais Marie est morte avant lui ... Les boules  !


                                      • appoline appoline 24 octobre 2013 13:44

                                        Apparemment mêmes ses potes l’ont laissé tomber, ils avaient peut-être marre aussi de ses phases mélancoliques et ses pics d’hyperactivité.


                                        Ce type est un instable, pire cela porte un nom en psychiatrie, mais le refus de l’entourage à lui tenir tête n’a fait que le conforter dans cette idée d’invincibilité 

                                        • Constant danslayreur 24 octobre 2013 13:55

                                          J’aime beaucoup l’histoire de la tentative de suicide, ratée bien sûr, fort heureusement n’est-ce pas.

                                          « Après avoir accompagné Marie à l’hôpital, »
                                          Oh comme c’est gentil... Cela dit j’aurais écrit « après avoir expédié Marie à St Pierre, non pas l’hôpital non, l’autre » mais bon je ne suis pas spécialiste

                                          "j’ai été viré et je suis revenu à l’appartement.« 
                                          Qwa, ils ont osé le ... virer, je n’en viriens pas et puis qui a osé au juste, l’infirmière, des parents, le patron de son usine à décibels et surtout à maux  ?

                                           »Pour me flinguer.« 

                                           »Ni virgule pour faire le lien avec revenu à l’appartement par exemple, ni plus de précisions après, la phrase c’était point Pour me flinguer point, comprenne qui pourra, d’autant que flingue la racine ne s’avérera pas du tout être une arme à feu

                                          "J’ai préparé mon suicide : en faisant couler un bain,« 

                                           smiley Tant qu’à faire oui, il vaut mieux mourir propre

                                           »en y préparant des lames de rasoir pour m’y trancher les veines« 

                                          Ben quoi, évidemment qu’il en faut plusieurs des lames, imaginez que la première s’avère non coupante voire corrodée hein, voudriez tout de même pas qu’il attrape des cochonneries non plus non 

                                           »et en prenant des médicaments pour m’abrutir.« 

                                          Dépense parfaitement inutile dont il aurait pu faire l’économie

                                           »J’en ai trop pris et je me suis effondré.« 

                                          Je traduis : j’en ai pris assez pour m’assommer avant de devoir commettre l’irréparable mais aussi pas trop histoire de ne pas y passer non plus en plus je vous voir venir, non je ne risquais pas de dormir au point de glisser et mourir noyé, et de d’un j’y ai jamais mis les pieds dans la baignoire et de deux, j’ai appelé un tas de gens juste avant moi on ne sait jamais. 

                                           »Cantat parle"
                                          C’est avant de cogner sur une femme - sa femme - qu’il fallait le faire, maintenant c’est un poil trop tard.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires