• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Biréli Lagrène / Sylvain Luc, Summertime : le grand retour !

Biréli Lagrène / Sylvain Luc, Summertime : le grand retour !

 Après dix ans d’absence discographique, le génial duo de guitaristes SylvainLuc et Biréli Lagrène sortent un nouveau disque que l’on n’attendait plus ! Penchons nous sur cette merveille :

 Le duo de guitares est un type de formation assez rarement entendu en jazz. Une des raisons en est peut-être que les guitaristes ayant souvent un ego surdimensionné, cette formule musicale comporte le risque non négligeable de se transformer en compétition de virtuosité virant à la démonstration, parfois aux dépens de la musicalité.

Néanmoins, il y eut dans l’histoire du jazz plusieurs exemples de réussites incontestables, citons par exemple le disque en duo de Herb Ellis avec Joe Pass, intitulé " Two for the road ", ceux, à la guitare accoustique, de Larry Coryell et Philip Catherine à la fin des années 70, citons également le très moderne et talentueux duo constitué de Joe Diorio et de Mick Goodrick ( " Rare birds "), et également, dans le style post-Django, celui des frères Boulou et Elios Ferre (liste bien entendu non exhaustive).

 Tous les amateurs de jazz en général, et de guitare en particulier, se souviennent avec émotion que les deux immenses guitaristes Biréli Lagrène et Sylvain Luc avaient marqué l’année jazzistique 1999 par leur exceptionnel album en duo, appelé justement "duet ". Ils avaient en particulier vibré sur une version mémorable, et harmoniquement d’une richesse hallucinante, du thème de bossa-nova " Estate ", la subtilité des incroyables et stratosphériques superpositions d’accords plongeant les oreilles de l’auditeur dans un état de félicité proche du nirvana.

Depuis 1999, la question frustrante taraudait l’esprit de tous les amateurs : mais pourquoi donc n’ont-ils pas fait de deuxième album en duo ? Quelle ne fut pas mon heureuse surprise, en examinant les arrivages chez mon disquaire il y a quelques jours, d’apercevoir dans les rayons, ô miracle inattendu, cet opus tant espéré !

 Rappelons tout d’abord que ces deux musiciens ont eu une formation musicale très différente.

 - Biréli Lagrène, né dans une famille manouche, a baigné dès l’enfance dans l’univers de Django Reinhardt. A l’âge de 14 ans, il enregistre un premier double album en concert, dans le style Django ( Route to Django ). Très rapidement, il devient un véritable touche-à-tout de la guitare, avec des expériences en jazz fusion, proches du rock, puis deux albums dans un style post be-bop (standards, live in Marciac ) en compagnie du grand batteur André Ceccarelli, ainsi qu’un album consacré à Franck Sinatra, dans lequel , non seulement il joue de la guitare mais chante également (fort bien, d’ailleurs !). Si actuellement il se consacrait beaucoup à son groupe de style manouche " gypsy project " il faisait encore récemment un album " fusion " (electric side). Son jeu spectaculaire est marqué par une virtuosité sidérante, néanmoins toujours au service de la musicalité.

 - Sylvain Luc, quant à lui, a une formation musicale beaucoup plus classique : études de violon, violoncelle au conservatoire de Bayonne, et apprentissage de la guitare classique. Il a également été bassiste ( avec Richard Galliano ) , formé un merveilleux trio " sud " avec André Ceccarelli et JeanMarc Jaffet. On ne compte plus les musiciens célèbres au côtés desquels il s’est illustré. Son jeu guitaristique, également d’une grande virtuosité, présente des caractéristiques très particulières, ayant gardé une technique de base issue de la guitare classique , mais avec une technique d’accompagnement profondément originale et atypique, très percussive, parfois slappée, utilisation inaccoutumée des cordes à vide, et doigtés d’accords très originaux, avec beaucoup d’audaces harmoniques. 

 Le nouvel opus de ce duo inspiré, entièrement accoustique contrairement au précédent, s’intitule " Summertime ". Sylvain Luc est entendu à gauche, Biréli Lagrène à droite. 

 La reprise du " Summertime " de Georges Gerschwin , nostalgique et profondément bluesy au départ , part ensuite de part et d’autre dans des échanges de petites arabesques rythmiques funky , et dans de subtiles harmonies du plus bel effet .

Vient ensuite le " So What " de Miles Davis . Après l’exposition du thème , les deux acolytes se souviennent qu’ils ont tous les deux été aussi bassistes , et à quel niveau ! Pendant que l’un ( c’est Sylvain Luc qui commence ) , se lance dans une walking bass d’enfer sur les cordes graves de sa guitare, l’autre se lance dans un feu d’artifice de chorus, puis les rôles s’échangent . Les chevaux sont lachés , tels le seraient ceux du moteur d’une Ferrari à plein régime, au point que Biréli Lagrène , survolté par cette orgie de pulsation rythmique groovy laisse échapper à un moment un bref hurlement de pure joie musicale ! Champagne , la vie est belle ... La reprise finale du thème, avec petits arrangements à deux voix , est un régal. 

 D’autres morceaux de choix émaillent cet album. Une exceptionnelle version du " Spain " de Chick Corea dans laquelle l’héritage gitan de Biréli fait merveille, magnifié par la modernité du jeu de Sylvain. La célèbre bossa " Wave " , de Antonio Carlos Jobim , magnifiquement jouée , se termine bizarrement par un envoûtant et inattendu appendice funky. Un autre morceau de Chick Corea, " got a match " est l’occasion d’une débauche de virtuosité,d’énergie et d’inspiration. 

Qui aurait pu imaginer que le tube de disco " Can’t take my eyes off you " aurait pu être recyclé de si belle manière  ? A ma connaissance , c’est la première fois que cette chanson est reprise en jazz. Lagrène et Luc récidivent pour l’occasion dans l’improbable recyclage jazzistique de musiques pourtant fort éloignées de cet univers : on se souvient que , dans leur premier album en duo, ils avaient repris les " Amoureux sur les bancs publics " de Georges Brassens . En cela, ils perpétuent une tradition qui remonte à Django, qui était friand de ce type de reprises inattendues, et avait même fait swinguer " la Marseillaise " , entre autres !

 La reprise de " On green dolphin street " est l’occasion entre autre d’écouter attentivement, en particulier sur l’introduction, l’irréfutabilité, la modernité, l’originalité et la subtilité des conceptions de Sylvain Luc en matière d’accompagnement guitaristique, qui sortent,ô combien, des sentiers battus, tandis que Biréli Lagrène se lance dans un de ces chorus d’un lyrisme magnifique dont il a le secret , ensuite les rôles s’échangent , la fin du morceau étant d’une inventivité débridée.
 Ces morceaux intenses sont entrecoupés de thèmes plus introspectifs et rêveurs ( " On the fourth of july "de James Taylor , " My one and only love " , et " All the things you are " , joué en bossa-nova ) . 

 Le disque se termine, après un interlude délirant de 43 secondes, sur une valse, une somptueuse version de " Someday my prince will come " , un véritable joyau de musicalité.

 Un coup de chapeau aux ingénieurs du son pour la qualité irréprochable de la prise de son.

 Ce disque est une merveille à écouter d’urgence. Sylvain Luc et Biréli Lagrène, avec cette musique alliant l’intelligence, l’inventivité, l’émotion et la beauté, et néanmoins l’accessibilité à toutes les oreilles, y compris celles qui n’auraient jamais écouté de jazz, infligent un démenti cinglant à ceux qui pourraient être tentés de reprocher au jazz actuel de ne pas se renouveler suffisamment, et de sombrer, soit dans les pesanteurs de l’intellectualisme, soit dans la facilité commerciale.

 Une question se pose : faudra-t-il attendre 2019 pour une nouvelle réunion et un troisième disque ?

 Pour ceux qui n’auraient jamais écouté ces musiciens jouer ensemble, voici une vidéo datant de l’époque de leur album " duet " ( plus électrique ), prise au festival de jazz de Marciac . Le deuxième morceau, Estate, qui avait naguère été repris par Nougaro sous le titre " un été " , est un monument d’anthologie !

 

discographie Bireli Lagrène :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Biréli_Lagrène

http://www.cdmail.fr/affich_art.asp?refcdmail=CDM200372

http://jazz.manouche.free.fr/birelilagrene.html

http://www.cduniverse.com/search/xx/music/artist/Lagrene,+Bireli/a/Bireli+Lagrene.htm

discographie Sylvain Luc :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Sylvain_Luc

http://www.sylvainluc.fr/discographie/

http://www.cdmail.fr/affich_art.asp?refcdmail=CDM246253

http://www.cduniverse.com/search/xx/music/artist/Luc,+Sylvain/a/Sylvain+Luc.htm


Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • norbert gabriel norbert gabriel 28 mars 2009 15:14

    excellent article, très bien documenté..pour la guitare, Jazz in paris vient de sortir un hors série consacré à Henri Crolla, une double album d’airs populaires, de films, et des inédits studios...


    • docdory docdory 28 mars 2009 15:34

       @ Norbert Gabriel

      merci de l’info, je vais aller écouter ça au plus vite !


    • norbert gabriel norbert gabriel 28 mars 2009 15:50

      il y a aussi un myspace Henri Crolla , très bien fait (par le groupe Opa-Tsupa) avec des extraits d’un film fait la Rai Uno en 2002


    • docdory docdory 28 mars 2009 21:05

       Erratum 

       

       Mea culpa : le thème de disco " can’t take my eyes off you " a déjà été joué sur le premier album du trio sud de Syvain Luc en 2002 , mais sous le titre " Could it be magic " . 


      • brieli67 29 mars 2009 17:29

        http://www.myspace.com/pablopicassowasnevercalledanasshole

        j’éspère cher confrère que dans sa tournée vous n’avez pas hésité ...
        Il était de passage chez nous à la Laiterie samedi dernier

        d’antan..

        http://www.youtube.com/watch?v=XjFU98mEem4

        un quinqua avec plein de PEPS

        Comme il se doit, entre collègues, le Pierre était dans la foule et "ils" nous ont gratifié d’un big boeuf.

        http://video.google.com/videoplay?docid=2426112318059438486&ei=ronPSaOWEIbN-Qa6zrmgBw&q=bireli+lagr%C3%A8ne&dur=3

        une super bio : Pastorius hmmm ? BL explique bien qu’il sait jouer comme la "grenouille"

        Morice nous promet de parler de son interview avec Jaco Pastorius...




        • brieli67 29 mars 2009 18:57

          google mon ami

          Sur la route avec Bireli Lagrene

          un document de chez Mezzo de 47 mn 14

          voilà pour le moinceur.


          • docdory docdory 30 mars 2009 00:29

             @ Briel 67 
            Excellent document , merci !


          • Lediazec Lediazec 30 mars 2009 20:07

            J’écoute en ce moment de Biréli Lagrène (seul) gipsy project. Merci, votre article est remarquable.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires