• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Dans Paris

Dans Paris, quand 2006 fait résonner les années 1960.

Après deux films au succès confidentiel, 17 fois Cécile Cassard et Ma mère, Dans Paris marque un tournant radicalement différent dans le parcours de Christophe Honoré.

En effet, Dans Paris se veut un hommage réussi au cinéma de la Nouvelle vague, comparaison assumée et défi relevé par Honoré.

Honoré fait apostropher le spectateur par Jonathan, interprété par Louis Garrel, l’un des personnages principaux. Il copie, le temps d’une scène, un plan de Domicile conjugal, de Truffaut, fait virevolter Louis Garrel dans un Paris agréable, féminin, léger. Il fait chanter ses interprètes au téléphone un moment.

Surprenant film donc, plaisant et aérien, comme l’on en voit peu dans le cinéma français.

Jonathan étudie, vit avec son père, virevolte, papillonne avec la gent féminine parisienne et se préoccupe d’abord de lui-même. Son frère Paul vient de se séparer d’Anna, sa compagne, et ne supporte pas cette situation. En pleine dépression, il rejoint le domicile parisien, pour faire le point. Sous l’autorité révolue d’un père distrait mais affectueux, ils vont passer une longue journée ensemble.

Dans Paris se divise en deux mondes, celui de Jonathan d’abord qui est à l’extérieur, réellement dans Paris, et celui de Paul, quasi confiné dans la chambre du premier. Entre les deux, Honoré équilibre son histoire avec un père dépassé, distrait mais affectueux avec ses enfants, que la mère a fui depuis longtemps.

La révélation du film est sans conteste Louis Garrel, dont le talent indécent et le ton libéré enchantent du début à la fin. Certains trouveront l’entreprise vaine, voire prétentieuse, mais avec ce film, très musical, Honoré fait souffler un vent de liberté sur le cinéma français.

Et après tout, le luxe, n’est-ce pas la liberté ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • nde (---.---.201.5) 20 octobre 2006 11:06

    Encore et toujours la Nouvelle Vague !!!


    • w !ll (---.---.167.64) 20 octobre 2006 12:13

      J’ai aimé ce film mais je trouve qu’il y a un manque de cohérence entre le début (Paul & Anna) et le reste (La famille de Paul). On a du mal à rentrer dans le film. Belle prestation de Louis Garrel. smiley


      • Gilles Pradeau Gilles Pradeau 20 octobre 2006 12:36

        Moi j’ai trouvé ça chiant, et c’est d’autant plus dommage que j’avais vraiment apprécié les premiers livres du bonhomme et 17 fois Cécile Cassard. On dirait qu’il ne sait plus innover et qu’il se laisse pétrir par son petit milieu chiant parisien.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Auteur de l'article

Charliek


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires