• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > De l’urgence de relire Le Prince ou du grotesque de Canal + au sujet (...)

De l’urgence de relire Le Prince ou du grotesque de Canal + au sujet des Borgias

Machiavel fut un grand patriote, républicain et grand admirateur de Tite-Live.

Dans son Prince, il rend hommage aux Borjas qui outre le fait d'avoir été de grands mécènes des arts et des lettres, furent de fins militaires et hommes d'Etat dont le talent ne fut jamais mis qu'au service du peuple contre les puissants.

L'activité de patronage des Borjas fut très important et s'élève à des artistes de renom tels que Michel-Ange , Titien et Bosch.

C'est grâce à cette protection que l'on doit leurs œuvres les plus connues.

Le mécénat le plus important des Borjas fut celui du peintre, inventeur et scientifique Leonard de Vinci , qui a conçu de nombreuses machines de guerre pour l'armée du pape.

Le Traité politique de Machiavel inspiré de la politique de César Borja ou Borgia qui en est la forme italianisée (je descends directement du pape Rodrigo par le frère de César, Jean, et son petit-fils San Francisco de Borja), est victime d’une mauvaise réputation injustifiée.

Dans les recettes politiques qu’il préconise pour son tyran (au sens du bon tyran), il s’agit de s’en prendre aux puissants pour protéger son peuple.

Le Prince traite de souveraineté, comment on l’acquiert, comment on la perd, comment on la garde.

Machiavel n’est pas un idéologue, il se base sur la réalité.

Il traite de l’armée, après avoir critiqué les troupes mercenaires : « Ils n’ont rien d’autre amour … qu’un peu de gages, ce qui n’est pas suffisant à faire qu’ils veuillent mourir pour toi. ». Cela ne vous dit-il rien ?

Il montre la nécessité pour les Etats d’avoir des « armées nationales ».

Pour Machiavel, le Politique est bien au-dessus de l’économique et du financier. Voici ses préceptes concernant le portrait du Prince :

« Mieux vaut être tenu pour parcimonieux et ne pas gaspiller les richesses de l’état que de passer pour généreux et accabler ses sujets d’impôts. »

« Mieux vaut être cruel quand il le faut qu’inutilement miséricordieux / mieux vaut être craint et respecté qu’aimé et insuffisamment respecté. »

« Il est nécessaire pour le prince d’être à la fois renard et lion ».

La nécessité est de maintenir l’Etat fort contre les invasions « barbares » .

Machiavel demeure une des plus puissantes expressions de l’esprit national.

Qui sont les Borjas ? Complément à l'article paru dans le Midi Libre, et d'ailleurs partiellement erroné.

["Une nouvelle association Une nouvelle association, sortant du classique, qui rien que par son intitulé, attire l'attention des personnes : il s'agit de l'"Association Christobal Borja", a vu le jour au village. Que signifie cette appellation et pourquoi ? Cela fait quatre années qu'Erik Borja, employé du conseil général, travaillant à Narbonne, a commencé son travail de recherche sur la généalogie et les origines de sa famille. Il passe pratiquement tous ses loisirs sur ce vaste sujet ce qui lui a permis de recenser 820 personnes pour lesquelles une véritable filiation est prouvée. Il est remonté jusqu'à l'année 1788, malgré des difficultés, en particulier pour la partie espagnole, compte tenu des événements de 1939. A ce jour, il est prouvé que cette famille a pour ancêtre, Chritobal Borja, né à Altea, petit port de pêche, situé à proximité de Zaragoza, descendante d'un comte, Pedro de Altares et du chevalier Esteban Borja prouvant ainsi les origines nobles de cette famille. Emigrant en Italie où leur nom a été "italianisé" en Borgia avec les Papes Alexandre 6 (1492 à 1503) et Calixte 3 (1455 à 1458), donnant à la famille les illustres César et Lucrèce Borja, bien connus de tous. On peut encore voir dans les fiefs espagnols de cette famille les vestiges de leurs passés en particulier le palais Ducale de Gandia ou l'église de Jativa. Une "branche" a émigré à Altea, pour ensuite partir vers l'Algérie, où elle s'installe dans la région d'Oran dans la ville de Saint-Denis du Sig, avant en 1962, pour à l'Indépendance de ce pays, revenir en Europe et tout particulièrement en France. Le but de cette association est de continuer de rechercher les membres de cette famille, toutes branches confondues, d'organiser des "cousinades" des voyages au pays des ancêtres et compléter l'arbre généalogique de la famille. Une première réunion s'est tenue cette année rassemblant plus de 150 personnes et les recherches actuelles menées avec un village français du Tarn, jumelé avec Borja, ont fait avancer rapidement certaines pistes de recherche.

Pour tous renseignements et informations vous pouvez téléphoner au 04 34 27 90 16" ]

Ce que peu savent sur les Borjas :

S’il y a des couronnes sur notre blason, tout autour, c’est que les Borja, à l’origine, ça n’existe pas, ce sont des Atarès, ce sont des juifs, et atarès, cela signifie les couronnes en hébreu. D’ailleurs, à Gandia, au palais Ducale, tenu par les jésuites, il y a une salle qui s’appelle la salles des couronnes, des Atarès, mais personne là-bas ne sait dire pourquoi.

Les Atarès seraient partis d’Israël (du premier ou du deuxième temple, on ne sait pas) pour le Moyen-Orient, puis pour les Balkans ,il y a une montagne près de Srebrenica, qui s’appelle Borja.

En fait, les juifs, pour les raisons que l’on suppose, ont toujours pris des noms de Ville pour faire oublier le leur. Nous avons donc choisi le nom de Borja dans les Balkans. Puis poursuivi un parcours migratoire classique des juifs d’Israël, vers l’Italie, puis la France, puis l’Espagne. Là, près de Zaragoza (= Caesar Auguste, même racine que Tsar, que Zar, que Sar, hélas que Sarkozy qui est bien un réel prince hongrois même si on a du mal à y retrouver de la noblesse), qui fut donc capitale d’une empereur romain, les Atarès arrivent et donnent leur nom, Borja, à la ville.

Cette ville existe bien évidemment toujours, et on y voit toujours, les ruines de nos châteaux en Espagne. A l’époque, un des Atarès (Borja) sera nommé préfet. Ainsi, l’on retrouve une partie de la branche espagnole dans l’Eglise, il y aura des évêques, puis un évêque de Barcelone, puis cardinal et donc se retrouve en Italie, les Borja n’ont donc nullement émigré vers l’Italie, c’est juste qu’en étant cardinal, forcément, c’est là que ça se passait.

Puis il y eut Calixte, et Alexandre, et bien sûr césar qui inspira le Prince de Machiavel (qui contrairement à une réputation injustifiée, donne seulement la recette pour être un bon tyran, au sens noble, dans l’intérêt du peuple contre les puissants, et Lucrèce, grands mécènes des arts et des Lettres, et à qui Jordy Savall est en train de rendre hommage tant leur influence rayonna dans l‘émergence de la musique baroque à la Renaissance.

Mais du côté espagnol, c’est dans l’administration qu’on les retrouve. Il y eut ainsi un vice-roi de catalogne, et la famille royale espagnole fut liées aux Borjas avant d’être Bourbon par le mariage de l’infante d’Espagne à Louis XIV. Au Palais du Roi d’Espagne, il y a la Casa de Borja.

Il s’agit de François Borja, duc de Gandie, grand d'Espagne, jésuite espagnol qui fut élu 3e Supérieur Général de la Compagnie de Jésus Né à Gandie (Espagne), près de Valence, le 28 octobre 1510, et décédé à Rome le 30 septembre 1572, il a été canonisé par le pape Clément X en 1671. Il était le fils de Juan Borgia, le 3e Duc de Gandíe, et de Jeanne d'Aragon, fille d'Alphonse d'Aragon, Archevêque de Saragosse, qui était le fils illégitime de Ferdinand le Catholique (Ferdinand II d'Aragon). François était aussi l'arrière petit fils du pape Alexandre VI. Il était le plus grand seigneur du royaume de Valence et jouit de toute la faveur de Charles Quint, qui le nomma vice-roi de la Catalogne. Le duc de Lerme, ministre de Philippe III d'Espagne, était son petit fils.


Moyenne des avis sur cet article :  3.57/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Ariane Walter Ariane Walter 17 septembre 2011 12:28

    Oriane,

    j’ai bcp aimé votre article tout à fait passionnant.
    certes , je ne peux en juger le bien-fondé car j’appartiens à la clique des ignares pour qui Machiavel est ...machiavélique et les Borgia...orgiaques...
    mais votre article donne envie de le lire et de se replonger dans cette époque passionnante.

    Mais pourquoi n’avez-vous pas fait de critique de la série de Canal ? Je l’attendais comme une cerise sur le gâteau. (Même si j’imagine le style porno chic, dialogues de merde, personnages sans intérêt de ce genre d’avatar.)
    Sans tenir compte du plus grave : l’insulte faite à vos ancêtres !


    • Lorelei Lorelei 17 septembre 2011 13:24

      bjr

      bon article mais il ne faut pas s’attendre à ce que les séries respectent l’histoire, c’est de la fiction


      • orianeborja orianeborja 17 septembre 2011 14:02

        L’histoire est elle-même souvent suspecte, et il faut savoir remettre les évènements dans leur contexte, la politique n’a jamais été le monde des bisounours.

        Quant à faire une critique de ce qui n’est d’un point de vue hollywoodien et donc de l’occident décadent, je ne m’abaisse pas si bas.


        • norbert gabriel norbert gabriel 17 septembre 2011 15:19

          J’ai révisé ma connaissance superficielle de Machiavel en lisant ce « conseil au Prince »

          « Si vous ne voulez pas subir la révolution faites-là ! »

          Dans le même ordre d’idée je vais réviser mes idées reçues sur les Borgia (pas avec la série Canal, faut pas déconner non plus ...)


          • spartacus1 spartacus1 17 septembre 2011 17:21

            C’est un fait que Machiavel est méconnu, il est loin d’être le fourbe cauteleux que l’on décrit souvent.

            Oriane, merci de votre article instructif. Si je comprends bien, vous êtes la descendante d’un pape, peu courant comme situation.
            Mais je dois vous direque j’estime que l’église catholique aurait tout à gagner de supprimer le célibat des prêtres et, par voie de conséquence, celui des papes. Je dis cela, mais je ne suis pas catholique et en fait cela ne me concerner pas.

            Je m’inscris en faux contre cette phrase :

            « ...que Sarkozy qui est bien un réel prince hongrois même si on a du mal à y retrouver de la noblesse... »

            Sarkozy n’est absolument pas réel prince hongrois, tout au plus un petit noble de campagne, un hobereau, et encore, selon wikipédia (http://fr.wikipedia.org/wiki/Nicolas_Sarkozy) il n’est même pas noble :

            « ...Il est issu d’une famille hongroise dont un ancêtre paysan s’est battu contre les Turcs et a été remercié le 10 septembre 1628 non pas par un réel titre de noblesse, mais reçut de l’empereur Ferdinand II de Habsbourg le droit de faire précéder son nom par celui de son village d’origine ainsi que d’utiliser des armoiries... ».

            En revanche je suis tout à fait d’accord lorsque vous parlez de manque de noblesse. En fait, il ne s’agit même pas de manque de noblesse mais de vulgarité la plus crasse.


            • orianeborja orianeborja 17 septembre 2011 18:27

              Entendu pour Sarkozy, je ne me basais que sur la signification originelle de son nom, j’aurais dû ne me fier qu’à mon instinct qui ne voit en lui aucune once de noblesse.

              Quant à l’immense penseur politique qui puisait dans tout notre héritage au premier rang duquel le trésor grec, il restera comme le sont souvent les grands hommes, méconnu, incompris malgré la réalité et la limpidité de ces analyses, trop haut sens de la vertu humaine. Il mourut dans la plus extrême pauvreté ce qui signifiant.

              Machiavel signifiait à l’homme de n’être jamais inférieur aux situations historiques mais de les prévoir, selon les modes qu’il décrit, et de les dominer car il est du devoir de l’homme de ne jamais se montrer inférieur aux circonstances.

              Il donne les clefs pour éviter aux princes de s’orienter vers des destins lamentables faute d’intelligence, les manières de résister.
              Il dénonce les comportements avilissants et les basses intrigues comme improductifs et anéantissant la logique qui mène à la fondation et la conservations des Etats.
              Il donne les clefs pour la paix et pour l’harmonie politique au service du peuple

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires