• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > De la bonne manière d’être Chinois

De la bonne manière d’être Chinois

Maison de la France a fait publier chez UbiFrance un ouvrage sur la manière de se comporter avec les Chinois de la meilleure façon, c’est-à-dire avec hypocrisie : ne pas parler des choses qui fâchent, et mettre en valeur notre patrimoine culturel - en partie culinaire - en le conditionnant pour les Chinois. Et quoi encore ?

On croit rêver : ce sont des entités françaises qui dépendent du gouvernement français et fonctionnent avec nos impôts qui viennent sussurer à notre oreille la manière dont il faut que nous changions notre patrimoine et notre culture pour plaire aux Chinois.

Passe encore qu’UbiFrance, qui rassemble tout de même ceux que nous payons avec nos impôts pour gérer le réseaux des conseillers économiques dans les ambassades de France à l’étranger, vienne nous expliquer ce qu’il ne faut pas dire aux Chinois lorsqu’on est en Chine. Il faut bien se comporter en Chine comme les Chinois et ne pas évoquer la place Tien’an Men, Taïwan ou la Mongolie.
Mais que la Maison de la France, que nous payons aussi avec nos impôts, pour faire la promotion du tourisme en France, vienne se mêler de l’histoire en nous expliquant que pour que les Chinois viennent nous rendre visite, il faut changer notre cuisine et leur permettre de manger leur foie gras avec de la "sauce de soja et de la pâte de piment", parce qu’il est "fade", notre foie gras, il y a de l’abus !

Et puis quoi encore ? Nos camemberts doivent être tous pasteurisés pour avoir des consommateurs américains et notre saumon ne doit plus être que cru pour plaire aux Japonais ?
Personnellement, je préfère mon phoque cru chateaubriand (à dire avec un fort accent esquimau).

Et les représentants officiels du tourisme au gouvernement ont une réponse encore plus hallucinante, à savoir que cet ouvrage n’est destiné "qu’aux professionnels", et qu’il n’a été "tiré qu’à six mille exemplaires". Comme si demain, si les "professionnels" ne nous faisaient plus que de la grande cuisine française adaptée au goût chinois, cela ne concernerait pas les non-professionnels... Car n’oubliez pas, il se peut que demain, il y ait plus de Chinois à manger en France que de Français : nous sommes 60 millions de Français (dont certains encore au biberon), alors qu’en Chine, il y a déjà 31 millions de Chinois qui voyagent à l’étranger, et plus de 120 millions qui font du tourisme dans leur pays.
Et puis, six mille exemplaires, ce n’est pas rien, tout de même : un bel ouvrage de photographies sur le voyage fait difficilement plus de cinq mille exemplaires, tout magnifique qu’il soit. Certes, ce n’est pas pareil. Mais à 130 euros le bouquin de la Maison de la France, c’est bien plus cher que la plupart des livres de photos de voyage, en beaucoup moins beau.

Bon, ce n’est pas tout, je vais aller dîner de notre bon plat national français : steack, riz, salade.
Au fait : le saviez-vous ? Je suis d’origine chinoise...


Moyenne des avis sur cet article :  4.25/5   (32 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • noface (---.---.100.43) 10 janvier 2007 15:16

    Bonjour,

    Inexorablement la Chine s’affirment en tant que superpuissance, Elle va influencer (comme l’a influencer et influence toujours les USA) culturement l’humanité. (Dsl si le terme parait un peu fort).

    Enfin bref tout ca pour dire que si l’on adapte pas nos produit au gout chinois, ce seront des parts de marché que nous perdrons dans le futur au profit d’autres pays.

    Cependant je pense que ce genre de « transformation » se font de façon naturelle et que les entrepreneurs n’ont pas besoin d’un tuteur (l’Etat) pour le deviner.

    Cdt A++


    • koudou 10 janvier 2007 16:43

      Certes, je suis d’accord avec ce commentaire et les deux choses principales qui y figurent à l’intérieur, à savoir d’une part qu’ignorer les chinois et leurs besoins (en tant que touristes) serait une erreur économique, et d’autre part, que le marché va certainement réguler naturellement les choses.

      Mon article était moins là pour souligner ces deux remarques de bon sens, mais pour mettre en exergue par une méthode d« un regard »par le petit bout de lorgnette" de la façon dont nos représentants de l’administration régulent le problème de la diversité culturelle : par l’abdication de notre culture (tout au moins pour commencer, par la culture qu’est notre tradition culinaire).

      Je ne sais pas si le fast food qui fait que nos petits restaus disparaissent est une bonne chose. Mais désormais, pour déjeuner pas cher, c’est brasserie ou fast food hamburger, et, dans certains quartiers, grec (qui est d’ailleurs généralement turc). Et j’exagère à peine. C’est le poids moyen des français qui grimpe sans arrêt alors qu’on mange moins, des jeunes qui ne savent plus boire de l’eau si elle n’est pas sucrée et avec des bulles ... Bref, une transformation progessive des choses qui ne me semble pas aussi chouette que cela. La langue française de tous les jours s’appauvrit (certains mots qui me semblaient plutôt courants sont complètement inconnus des jeunes) alors que le vocabulaire anglais est de plus en plus présent et de façon naturelle en plus.

      Nos dirigeants, eux, ne semblent pas se poser la question : les chinois sont nombreux et ont de l’argent, et donc donnons leur ce qu’ils veulent parce que sinon, ils iront manger leur choucroute avec de la sauce de soja et de la pâte de piment au lieu du cassoulet avec les mêmes ingrédients. Je ne suis pas certain du tout que ce soit une attitude raisonnable ... non ?


    • (---.---.229.236) 10 janvier 2007 20:11

      S’adapter aux gouts des clients, c’est tout de même la base du marketing, donc du commerce !


      • cdg (---.---.206.166) 10 janvier 2007 21:15

        Si les chinois sont comme chez eux en france, pourquoi viendraient ils ?? Si on voyage c est pour voir autre chose (eventuellement manger aussi mais je suis pas qu un estomac)

        Raisonnement valable pour d autres pays aussi


        • koudou 11 janvier 2007 00:24

          qing tui jian yi ge hao can guan

          wo men zai na li jian.

           smiley


          • Briseur d’idoles (---.---.168.152) 11 janvier 2007 14:54

            J’ai eu une copine qui excellait dans l’Art de polir le Chinois !

            Faut dire que mon Chinois ne manquait jamais de manières...

            Il connaissait « la bonne et la manière d’être Chinois » !

            C’était un Chinois très poli !


            • Valerie (---.---.15.7) 15 janvier 2007 10:46

              Il n’est pas necessaire de changer pour plaire aux Chinois. S’il leur plait de deguster leur foie gras avec de la sauce soja, ne nous en deplaise, le but reste de vendre du Foie Gras... De la meme maniere, nous vendons du Cognac aux Japonais et aux Coreens sans en modifier la composition mais ils le boivent avec du Coca Cola... Cela nous semble etre du gachis mais pour eux, boire du Cognac consiste en un acte de prestige, ils ne le boivent pas en gourmet et pourtant, ils sont les importateurs No1 de Cognac et nous devrions en etre reconnaissants.

              Je ne crois pas que les Chinois influenceront la culture francaise de facon significative. Neanmoins, il faut savoir s’adapter sur les usages. Par exemple, les etrangers basent leur choix de vin en fonction des cepages. Quand ils achetent un vin francais, ils sont perdus car ils cherchent « Un cabernet Sauvignon », « un Shiraz », etc... En France, les vins sont, dans la plupart des cas, des melanges... Pourquoi donc ne pas s’adapter a la consommation internationale en indiquant sur les etiquettes de bouteilles de quoi ce melange est fait ?

              A mon avis, on peut vendre autant en restant fidele a son patrimoine mais en faisant un reel un effort sur la forme, sauf si la rustrerie reste un trait definitivement francais smiley


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès