• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Debra Paget : La petite sainte affolante

Debra Paget : La petite sainte affolante

Dans la série « les plus belles femmes du monde selon moi » commencée sur AgoraVox, je veux rendre hommage à une actrice hollywoodienne assez méconnue, que j’ai redécouverte récemment. Et ce verbe est choisi…

JPEG

Je la connaissais surtout dans le rôle de Lilia, la petite porteuse d’eau dont Josué est amoureux dans Les Dix Commandements, et que convoite l’infâme Dathan. Elle y concurrence Anne Baxter, la femme de Pharaon (autre beauté que l’on retrouvera en 1973 dans l’épisode de Columbo « Requiem pour une star ») et Yvonne de Carlo, sublime dans le rôle de Sephora, l’épouse de Moïse. Debra Paget est ce qu’on pourrait appeler un petit bijou. Un visage parfait, harmonieux, des joues magnifiques, une bouche pulpeuse, un nez élégant, enfin bref, description nulle et plus standardisée que son visage à la fois « normé » et attendrissant. Une fiche qui lui est consacrée dit d’elle : « regard de braise, séduisant ; menue [on verra que c’est un peu faux], svelte et incroyablement sexy ; long cheveux noirs. » Car cette brune aux cheveux très longs a quand même une particularité, qui ne tient pas qu’à son rôle d’esclave israélite : son regard respire la douceur et la gentillesse, tout en sachant dégager quelques flammes provoquantes. Quant à son corps, Debra semble effectivement assez petite ; d’après mes informations, elle mesure 1,57m, ce qui semble plausible. Habillée, en esclave simple ou en objet de plaisir parée d’étoffes colorées et chargée de colliers, ou encore en jeune Indienne dans La flèche brisée (magnifique western où les Indiens ne sont pas traités comme des sauvages), cette petite brune au teint chaud est craquante.

 Il y a quelque temps, j’ai découvert qu’elle avait joué dans un double film de Fritz Lang, Le Tigre du Bengale et Le Tombeau hindou. Dans ce dernier film, elle doit subir un « jugement de déesse », en l’occurrence Shiva, et danser devant un cobra. Au début de la scène, elle est entièrement enveloppée d’un long manteau bleu ; on ne voit que sa belle tête brune. Puis, elle glisse une main sinueuse hors du manteau, puis l’autre. On s’attend à un strip-tease très progressif. Mais soudain, elle lève vivement ses bras à la verticale. Suffocation : elle est nue !

 Enfin nue… pas tout à fait. Elle est parée de trois « feuilles » argentées qui dissimulent son sexe et ses seins et qui, en fait, la dévoilent plus qu’elles ne la cachent. Quelle splendeur ! Quelle charge érotique ! Aucune ficelle ne retient ses parures, rien ne vient parasiter la courbe de son corps. Je dis la courbe parce que celle-ci, du haut jusqu’en bas, est d’une fluidité que rien ne vient interrompre. Les rondeurs de ses hanches sont prodigieusement attirantes, et inhabituelles ; elle a un ventre d’acier, des jambes un peu épaisses, superbement galbées, et un postérieur affolant. La danseuse professionnelle qu’est Debra Paget est musclée, mais aucun de ses muscles ne ressort. C’est une très bonne nageuse, elle doit être parfaitement hydrodynamique. Sa danse pleine de contorsions est très sensuelle ; il n’y a pas que le cobra qui est hypnotisé, les hommes autour d’elle aussi, et celui qui écrit sur elle aussi. C’est de l’érotisme poussé au maximum décent, même si on s’interroge sur la place du curseur de ce maximum. Les feuilles d’argent ne se décolleront pas, de la belle on ne verra pas plus que ce qui est autorisé, mais l’effet est puissant. Mademoiselle Paget est une splendeur rare, au galbe original et, cette fois, pas du tout standard. Elle n’en est que plus voluptueuse. Mais là encore, elle joue le rôle d’une femme humble, modeste et en danger de mort ; seule sa beauté est provoquante.

Belle et bien sage

 Debra Paget, bien avant Brigitte Bardot, interrompt sa carrière en 1963 au cinéma et en 1965 à la télévision. Sa vie sentimentale n’est pas réussie (mais heureusement pour elle, ses parents ont refusé qu’elle se marie avec Elvis Presley, avec qui elle avait tourné Love Me Tender  ; ça lui aura évité d’être une jeune veuve et sans doute de graves déboires). Comme Bardot, comme Kim Novak et probablement quelques autres actrices trop aimées et trop amoureuses, Debra trouve sans doute que l’Éternel n’a pas fait de l’homme un partenaire suffisamment valable, et vieillit tranquillement avec ses animaux. On apprend qu’elle est une born-again Christian, c’est-à-dire une chrétienne convertie (ce que, évidemment, sa fiche Wikipedia en français passe soigneusement sous silence). Elle a même eu sa propre émission sur la chaîne Trinity Broadcasting Network.

 Dans une émission de radio datant de 2019, cette charmante vieille dame (qui a aujourd’hui 87 ans) est d’une parfaite gentillesse et son vocabulaire est très religieux. Elle dit qu’elle ne se rappelle pas ne pas avoir parlé au Seigneur depuis qu’elle est née. Elle dit qu’on a toujours besoin du Seigneur : « it’s so simple ! », affirme-t-elle avec une… simplicité touchante. Pendant le tournage de La flèche brisée, elle affirme qu’elle n’avait que 14 ans (en fait, au moins 16 en tenant compte de la période du tournage) et que « Jimmy » Stewart en avait 40 et que « c’était un ange ». Elle n’a que des bons souvenirs, elle est reconnaissante pour tout. Sa carrière ne lui laisse aucun regret, elle se dit « so blessed », « tellement bénie ». Cecil B. de Mille l’avait recrutée sans audition pour Les Dix Commandements parce qu’il sentait que « la main de Dieu » était sur elle. Que demander de mieux qu’un agent aussi haut placé ?

 Ce témoignage paisible, irénique, confirme l’impression première : cette petite beauté affolante est une gentille fille, même si sa mémoire est sélective – quelques maladies respiratoires, divorces, contrats avortés, etc. C’est une Américaine chrétienne, ou une chrétienne américaine, cette double qualification fonctionnant en symbiose bien huilée, sans les tourments philosophiques à l’européenne ou les crises mystiques à la russe.

 En tous cas, les images d’elle qui nous resteront dans plusieurs films, dont deux au moins sont légendaires, continueront à nous ravir. Cette jeune femme avait un charme fou mais pas le côté intimidant d’une femme fatale. Elle n’est pas une mangeuse d’hommes.

Ce sont plutôt les hommes qui la mangent des yeux.

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.1/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

52 réactions à cet article    


  • Schrek Séraphin Lampion 26 mars 17:06

    Toutes les femmes sont belles.

    C’est pour cette raison que nous ne devons pas les aimer toutes.


    • Joseph DELUZAIN Joseph DELUZAIN 26 mars 17:22

      @Séraphin Lampion
      « C’est pour cette raison que nous ne devons pas les aimer toutes. » ah m...e alors ! et c’est maintenant que vous le dites ! Moi je croyais le contraire ... je comprends mieux tous mes déboires sentimentaux.

      Et pour l’auteur : moi aussi j’ai craqué pour elle dans ma jeunesse wahooou !!


    • troletbuse troletbuse 26 mars 17:26

      @Joseph DELUZAIN
      Séraphin vous a répondu sur ses capacités à toutes les honorer. smiley


    • Albert123 26 mars 18:06

      @Séraphin Lampion

      « Toutes les femmes sont belles. »

      Mais quand une féministe parle, la perception de la laideur est bien réelle.


    • @Séraphin Lampion c’est ce que disent tous les Don-Juan...


    • Séphora (petit oiseau) épouse de Moïse. De là vient l’arbre séphirotique. Il faut bien un bel arbre pour accueillir un tel oiseau... Mais mon avis est celui d’une femme. Une Koushite (éthiopienne). Elle ne pouvait que descendre de LUCY. Lucie ou lumière. J’en parlais justement sur l’article d’Emile Mourey et les femmes de Mahomet. Dans Nombres 12:1, apparaît la quatrième et dernière occurrence d’une épouse (non nommée) de Moïse : la sœur de Moïse, Myriam, est rendue lépreuse par colère divine pour avoir douté que Moïse soit plus inspiré qu’elle par Dieu, car il avait épousé une Koushite (terme habituellement compris comme signifiant Éthiopienne). Dans ce passage, il n’est pas donné de prénom, mais il est juste mentionné une épouse koushite, or, Séphora étant madianite, des sources anciennes, comme Flavius Josèphe (Antiquités Juives, 2.10-11), et le Targoum Pseudo-Jonathan, et modernes (critique biblique) estiment qu’il s’agissait d’une autre épouse appelée Tharbis, la bigamie n’étant ni illégale, ni réprouvée à l’époque, d’autant plus qu’un précédent majeur avait été trouvé en la personne de Jacob, qui avait pour épouses Rachel et Léa. Koushite ou Madianite...


      • Pour les amateurs de complot.....séphira et séphora. https://www.genepool22.com/post/sephora-or-sephira-the-occult-elitist-makeup-store. Ben oui, le KHOL sert à mettre l’âme en évidence. En translittération de l’écriture hiéroglyphique, irt signifie « œil » et wḏȝ désigne soit le verbe signifiant « se préserver » soit le nom « protection ». Irt oudjat, ou plus communément oudjat, en transcription signifient donc « œil préservé », l’Œil d’Horus en l’occurrence. Le khôlkohol ou kohl (en arabe : كحلkuḥl, en égyptien ancien : mesdemet) est une poudre minérale autrefois composée de sulfure de plomb ou de sulfure d’antimoine. Elle fut aussi composée dans le passé d’un mélange de plomb sous forme de galène, de soufre et de gras animal, voire de bois brûlé ou de bitume1, utilisée pour maquiller ou soigner les yeux. ce que ces déesses devaient souffrir. Du plomb pour être belle. De là l’expression : il faut souffrir pour être belle. quoi qu’il existe une autre version du Khôl, moins toxique : Plusieurs variantes de recettes existent donc, mais on retient qu’à l’origine il était constitué de sulfate de cuivre, d’alun calciné, de Zenjar et de quelques clous de girofles. 


        • Le mot alcool a une histoire aussi alambiquée. Le mot vient de l’arabe كُحْلٌ, kohl (« très fine poudre [d’antimoine] »). Basile Valentin, moine bénédictin du xve siècle, l’aurait inventé pour nommer ce qu’il a obtenu par distillation. Le mot alcool serait donc un code pour cacher la matière première du Grand Œuvre, l’antimoine. Les sens évoluent : celui de poudre très fine va disparaître, progressivement remplacé par celui d’alcool d’esprit-de-vin. Anti-moine. Hum, voilà qui est bien dit,.... smiley


          • Les deux koushites de l’album transitalique avec Astérix et Obelix ressemblent plutôt aux soeurs Williams : Venus et Serena. et leur char un léopard tiré par des Zèbres. 


            • xana 27 mars 14:48

              @Mélusine ou la Robe de Saphir.

              Tu n’as vraiment rien d’autre à faire qu’inonder Agoravox de tes élucubrations ?
              Tu n’as même pas besoin d’un article pour nous vomir toutes tes insanités sans queue ni tête.

              Heureusement que tu n’es pas agressive, ça au moins c’est un bon point.

              Tu me fais penser à un de mes voisins roumains : Quand il a bu un coup de trop, il épanche ses stupidités non pas une mais des milliers de fois. Il ne se fâche jamais, il n’est pas agressif, mais c’est une vraie nuisance sonore. Je t’ai pris longtemps pour une cinglée, mais c’est plutôt une ivresse permanente, un délire de mots plus ou moins bien ordonnés, et dont le sens échappe même à un analyste patient.

              Tu devrais écrire un livre, même des tas de bouquins. Ca nous reposerait les yeux.

              Ah, tu as encore un bon point : Ton pseudo grotesque est suffisamment long pour qu’il soit facile de passer au-dessus de tes commentaires.

              Bon, il faut de tout pour faire un monde. Même des cinglées, et tu n’es pas la pire. Mais il fallait bien que je te le dise...


            • @xana vous savez, les Trolls, cela commence par être démodé. Si j’écris sur Agora, c’est pour donner la preuve écrite et donc scientifique de l’existence de la SYNCHRONICITE (JUNG). 


            • eau-pression eau-pression 28 mars 12:24

              @Mélusine ou la Robe de Saphir.

              Si @Passante a raison, il va falloir longtemps avant que vous n’obteniez cette preuve. Car la synchronicité existe bien, mais une fois qu’elle s’est produite, vous pouvez re-parcourir autant de fois que vous voulez la liaison axonale qu’elle a induite, vous ne la reverrez plus.

              Prétentieux que je suis : @Passante a raison. Le « si » veut dire que je suis pas sûr d’avoir établi la bonne déduction de son induction, (mon « axone incollable » n’a pas plu), ou que j’en redemande.

              Pour plus d’infos : @Passante, 7 rue du ciel étoilé de dimension rand’homisé


            • @eau-pression Je démontre ainsi. Qu’il est stupide de croire que l’on va éradiquer le Covid...Comme une manière d’envoyer balader les ZETETICIENS. Mon amie Martine présente hier pourrait vous le confirmer. Titre de La libre aujourd’hui : Territoire de vampires, repaire de brigands... : l’histoire d’une commune belge qui a suscité les plus folles rumeurs en raison de sa situation géographique

              Société

              France Fouarge

              Entre 1816 et 1919, un territoire de 3,5 km2 situé aujourd’hui sur la commune germanophone de La Calamine reste indivis… Pendant plus d’un siècle, les royaumes de Prusse et des Pays-Bas, puis de Belgique, ne trouvent pas de compromis afin d’attribuer ce triangle de terres contesté… ce qui va laisser place à une expérience politique et sociale unique qui a éveillé les imaginaires autour du monde et continue de susciter de nombreux récits. Dans le cadre de son dossier « Il était une fois », LaLibre.be revient sur cette commun


              Pas plus tard qu’hier avec mon Amie martine : je me suis amusée à faire une triangulation entre Renaix-Courtrai et Tournai. Trois villes auxquelles je suis liées. Un triangle parfait de plus ou moins 26 km (Guématrie : 26 YAHVE). Je pointe au centre et je tombe sur Helchin-ESpierre qui donne en Flamand : HELKIJN : l’enfer...


            • eau-pression eau-pression 28 mars 13:10

              @Mélusine ou la Robe de Saphir.

              De mon côté, en passant en revue le territoire de mes extases, quelque part en Yolandie, un doute vint habiter mes neurones libriquifiés : en plein milieu, palpable et bien lisible, on trouve le nombre Il.


            • xana 27 mars 14:50

              Quant aux pulsions de « Pale Rider » sur cette poupée hollywoodienne, elles devraient faire les délices d’un vrai psychanalyste...


              • Pale Rider Pale Rider 27 mars 18:37

                @xanaX
                C’est vrai que de nos jours il faut s’excuser d’être hétéro et très sensible à la beauté féminine. Surtout que celle-ci me semble pas être une simple poupée...
                Par rapport à MOLRDS, vous auriez pu être plus aimable. Elle est dans l’ésotérisme, c’est tout. Moi, c’est pas mon truc, mais bon... Je m’étonne que vous la remerciiez de n’être point agressive tout en l’étant envers elle...


              • xana 27 mars 19:41

                @Pale Rider
                Non, ce n’est pas d’être hétéro qui me pose problème.
                C’est cet attachement à une fillette qui me rappelle les émois d’un gamin. Il semble que vous ne les ayez pas dépassées. Ou que vous vouliez les publier en croyant faire oeuvre à sensation. Mais après tout c’est votre problème ...
                Personnellement ça me paraît un peu ... impudique d’en faire état dans un article. je ne suis sans doute pas assez moderne.

                Merci de ne pas déformer mon nom. Je sais, c’est si tentant.
                C’est un procédé facile pour qu’affectionnent particulièrement les imbéciles, dont je ne pensais pas que vous faisiez partie.


              • xana 27 mars 19:50

                @Pale Rider
                Quant à Mélusine, je ne suis pas du tout agressif avec elle. Elle sait parfaitement que je la prend pour une cinglée, mais j’ai de la compassion pour elle et non du mépris. La seule chose qui m’ennuie c’est d’avoir à sauter autant de commentaires hors sujet, pour suivre le fil dans une discussion. Je crois vraiment qu’elle devrait écrire des livres et nous laisser en paix sur Avox.
                Peut-être quelqu’un trouverait ses livres géniaux ? C’est ce que je lui souhaite.
                Si je me mettais à divaguer et à écrire des commentaires d’astrophysique sur toutes les discussion d’Avox, sans aucun lien avec le sujet (comme Mélusine avec son « ésotérisme »), n’en auriez-vous pas marre vous aussi ?


              • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 27 mars 16:23

                Pale Rider,

                Un souvenir d’adolescence et de cinéma pendant lequel c’était toutes les semaines devant le grand écran de cinéma.

                1997, liée à Howard Hughes... « J’ai été amoureux d’Howard pendant deux ans, et je me fiche de qui le sait... Je n’ai jamais été seul avec lui pendant les deux an nées. Maman était toujours avec nous... Je n’ai pas vu Howard depuis longtemps maintenant, parce que je suis une femme d’un seul homme, et je dois avoir un homme d’une seule femme ... Mais je me souviendrai toujours d’Howard avec tendresse »

                Aujourd’hui, elle 87 ans. La beauté est aussi probablement un souvenir... 


                • sylvie 27 mars 17:57

                  @Réflexions du Miroir
                  « Aujourd’hui, elle 87 ans. La beauté est aussi probablement un souvenir... »
                  oui comme la notre.


                • Pale Rider Pale Rider 27 mars 18:43

                  @Réflexions du Miroir
                  Merci pour cette citation, que vous avez dû lire sur le même site que moi.
                  La comparaison avec Ava Gardner (voir mon article sur elle https://www.agoravox.fr/culture-loisirs/culture/article/ava-gardner-l-incendiaire-212798 ) est intéressante, notamment par rapport à HH. Debra Paget était une gentille fille dont la maman était l’agent, et à qui elle était obéissante. ça ne lui a pas trop mal réussi. Ce qui me sidère chez elle, c’est ce mélange de beauté naturelle extrême et de simplicité, de naïveté, même, qui ne semble pas l’avoir quittée à en juger par l’interview que j’ai écoutée.


                • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 28 mars 20:23

                  @sylvie,
                   Tout à fait. Homme et femme vieillissent à la même vitesse.
                   La chirurgie esthétique permet d’améliorer la carrosserie, mais pas facilement, le moteur.
                   Cela me rappelle ce petit billet « Que t’es beau »


                • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 28 mars 20:40

                  Pale Rider bonsoir,

                    Comme vous dites, Wiki donne tellement de références.

                    Pour Ava Gardner, il faut aller à Tossa de Mar.où elle a été et où on trouve des photos d’elle avec Sinatra,

                  ainsi que statue.



                • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 29 mars 09:22

                  Bonjour aux commentateurs et commentatrices,

                    Savez-vous que vous êtes tous et toutes analysé(e)s sur Avox ?

                    Un bon psy pourrait en tirer pas mal d’enseignement sans même vous connaître physiquement.

                    Les conclusions seraient peut-être entachées de fantasmes anachroniques ou intemporelles. 

                    Sur Fakebook, cela ne serait pas perdu pour la pub.

                    Un bon observateur de la vie comme Bertrand Tavernier en a fait plusieurs films.


                  • Pale Rider Pale Rider 29 mars 09:28

                    @Réflexions du Miroir
                    Tout à fait juste ! A force, on finit par se repérer ; il y a quelques petites confidences (parfois volontaires, parfois non) sur le lieu où on habite, l’âge qu’on a, les allégeances politiques, philosophiques, religieuses qu’on a. Il y a les nostalgiques, les fleur-bleue, les aigris, les ésotériques, les fachos, les idéalistes. Et ceux pour qui AgoraVox est un club auquel ils consacrent toute leur vie parce qu’ils n’ont rien d’autre à faire.
                    Avis à qui veut se lancer dans cette étude : tout est archivé ! smiley


                  • nono le simplet nono le simplet 29 mars 09:30

                    @Réflexions du Miroir
                    c’est vrai que de nombreuses pathologies sont visibles même quand on n’y connait pas grand chose ...


                  • @Pale Rider Pour l’ésotérisme, c’est trop hermétique et donc ils zappent. Passe muraille...Qui connaît JUNG ?????


                  • eau-pression eau-pression 29 mars 10:32

                    @Réflexions du Miroir

                    J’aimais bien votre pseudo « Allusion », parce qu’il affichait une pratique qui rebute les gens peu subtils. En fait, quand fait une allusion, on cherche à partager une idée tout en sachant qu’aucune idée exprimée n’aura le même sens chez les deux partenaires de l’échange. Le langage a des limites biens connues.

                    Partant de là, soit on évacue l’ambition d’être Raisonnable, soit on accepte que ce que les robots comprennent de ce qu’on dit soit la réalité. Le choix des fainéants est vite fait. Les matheux sont souvent plus subtils.


                  • eau-pression eau-pression 29 mars 10:39

                    @Pale Rider

                    Je ne partage pas votre cloisonnement. Le web fait désormais partie de la vie, et participer à Agoravox peut apparaître soit contre une hypertrophie de nos vides ratiocinants (ah, le fantôme de Shawford), soit comme une façon détournée de regarder les questions qui nous préoccupent intimement (dans la vie avec nos proches) et localement (dans la vie avec nos voisins).


                  • Pale Rider Pale Rider 29 mars 10:47

                    @eau-pression
                    Tout à fait d’accord. Mais c’est néanmoins un fait que cette plate-forme sert de défouloir à certaines personnes mal dans leur peau qui balancent des tombereaux d’injures racistes et qui s’étripent à n’en plus finir sur des sujets qui ne concernent même plus l’article. L’anonymat est bien pratique pour diffuser un venin qui pourrait tomber sous le coup de la loi, si ces courageux avançaient à visage découvert. L’avantage pour moi, c’est qu’ils font monter mes statistiques !
                    Enfin, pour en revenir au sujet, Debra Paget est vraiment charmante... smiley


                  • eau-pression eau-pression 29 mars 11:17

                    @Pale Rider

                    Pourquoi insistez-vous pour mon regard remonte en haut de l’article, comme la sève dans mes coursons ?

                    J’ai donc habité Toulouse, où une péniche un peu grotesque sous de bonnes intentions célèbre Nougaro, et la potion qu’il préconisait pour délivrer notre regard des globes sous robes et pointes de sein.

                    « Quand on aime la vie, on va au cinéma » certes ... à force nos enfants vont tomber dans Matrix, restons sur le quai pour eux.

                    Pour parler loi et secret, je voulais vous retrouver l’entretien de la série « le hasard décrypté » avec un chercheur de l’école des télécomms. Croyez-moi si vous voulez, Youtube me remplace la plupart des raccourcis par des avalanches de seins, je n’ai pas retrouvé le bon.


                  • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 29 mars 13:20

                    @eau-pression,
                     Vous avez tout compris.
                     Je suis plus matheux. J’aime les chiffres. J’ai passé mon examen de maturité en math.
                     Quand j’ai atteint ma 15ème année dans mon journal j’ai écrit comme une I.A. guidé par une écrivaine Zoé Sagan
                     Pourquoi ?
                     Parce que dans le monde du numérique 1+1 reste toujours égal à deux.
                     Tandis que dans le monde des humains, cela peut faire 1.8 ou 2.4.
                     Mais attention, pour faire le lien entre l’homme et la machine, il y a l’IA. 2.0. voir 3.0.
                     Zoé a écrit son deuxième opus : Braquage [DATA NOIRE]" 
                    vanrinsg.hautetfort.com/media/02/00/1974536528.mp3


                     Là on entre de le monde du quantique. Et là, cela risque de gerber dans les chaumières. 
                       


                  • Un jour, j’ai parlé des mes synchronicités à un autre psy. Sa réponse : vous en avez de la chance.... Seul un psychiatre nazi à décrété qu’il s’agissait d’une pathologie mentale...


                    • Différence entre parano et synchronicité. Le parano lui voit des complots partout. Mais pour les autres, il s’agit surtout d’un outil pour alimenter sa créativité. Et d’ailleurs, j’ai écrit des livres. Mais ici, c’est la synchronicité avec les évènements de l’actualité qui m’intéressent. Et le temps d’écrire un livre ne permet pas la démonstration...


                      • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 29 mars 10:29

                        @Mélusine ou la Robe de Saphir. Bonjour,
                         Je vous ai repris dans un de mes billets en début d’année. (20.400 commentaires et 0 article publié). Actuellement 22.157 commentaires).
                         Qui est parano ?
                         Je dirais que votre cas n’a rien à voir avec la paranoïa mais comme on le disait pour Tavernier, vous êtes une passeuse d’idées des autres.
                         J’avoue, je le suis un peu aussi.
                         J’ai décrit dans le billet récent « Eclectique heureux » pendant lequel, j’ai analysé quelqu’un qui faisait du sur-place sans évolution et que j’ai tenté pendant des années de sortir de sa torpeur en manque d’adaptation à la modernité. 
                         A force d’immobilisme et de monopole d’idées (souvent moroses), on rate beaucoup de choses. Cette semaine, je l’ai continué avec les saisons et les cycles de vie. Tout n’est que cycles concentriques.
                         Sur Avox, compter le nombre de billets qui ont parlé de la crise actuelle et vous comprenez ce que peut être de la paranoïa. Mot qui dit « trouble du fonctionnement mental qui se manifeste par une méfiance exagérée des autres, une sensation de menace permanente et un sentiment de persécution ».
                         Bientôt les élections, et ce sera un autre chapitre très prolifique de la « Grande Histoire de Agoravox ». 
                         C’est pour cela que je viens souvent lire Pale Rider qui sort de l’ornière dans laquelle beaucoup de rédacteurs s’incruste.
                         Cela ressemble un peu à ce qui se passe actuellement dans le canal de Suez ou un gros « machin » à bloquer tout le reste.
                          
                          


                      • @Réflexions du Miroir merci. Lire : le miroir du Merveilleux de Mabille et médecin.... Un surréaliste (plus névrosé que psychotique,..). La différence, c’est : LA PEUR. Moi ce qui se passe m’exalte. Petite anecdote : les synchronicité sont souvent liée à un changement de vie (lire Vezina). On est plus en alerte. C’est ainsi qu’en 1992, il y eut un tremblement de terre en Belgique. Tout bougeait dans ma chambre. Je me dis en moi-même, tiens je sens que quelque chose d’intéressant va m’arriver. Et le 1er mai 1992, je rencontre mon deuxième Guy (juif comme l’autre, mais sociologue). Le film Toto le héros a été filmé dans sa maison d’enfance et la mère de l’ami de Van Dormael, Thomas Gunzig est amie avec la mère de mon amie. https://www.youtube.com/watch?v=EIgM2q2N4WE.  Un léger tremblement de terre a ébranlé la Belgique dans la nuit de lundi ... Le 13 avril 1992, une secousse tellurique d’une magnitude de 5,8 ...


                      • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 29 mars 12:35

                        @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                        « La synchronicité est l’occurrence simultanée d’au moins deux événements qui ne présentent pas de lien de causalité, mais dont l’association prend un sens pour la personne qui les perçoit. »
                        C’est exactement cela. Je dirais que deux événements ne me suffisent pas.
                        Pendant ma vie active, si je n’avais au moins cinq projets complètement différents sur des plateformes différentes, à régler, j’éprouvais un manque.
                        C’est exactement la même philosophie aujourd’hui dans mon journal personnel qui continue depuis depuis 16 ans.
                        Je m’en fous complètement qu’on y vienne ou non. C’est pour mon propre usage.
                        Je connais Thomas Gunzig, Ses billets sont parfois assez négatifs. Ces derniers temps, c’est plus GuiHome qui m’attire et qui me détend.
                        Je suis plus pour la psychologie, l’étude des personnes une par une, que la sociologie qui monte d’un cran dans la stratosphère des groupements de personnes. Comme vous le savez, une personnalité seule ne réagit pas de la même façon quand elle est en groupe. Elle se laisse mener par des leaders charismatiques qui, souvent, se foutent en définitive de ceux qui les suivent, du moment qu’ils ont une aura personnelle.
                        Ici, bas, le pauv’Philippe (je ne vais pas le nommer mais vous savez de qui je parle...) ne parvient pas à comprendre cela.
                        Cela devient normalement un combat entre un âne (moi) et un con (lui)... smiley   
                          


                      • @Réflexions du Miroir je pense que vous appelez GUY. ET J’ai écris un peu partout sur les GUY. ETES Vous GEMEAUX ? Huymans, un C...ard.


                      • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 29 mars 13:05

                        @Philippe Huysmans, Complotologue

                         J’adore les fonds...
                         C’est une endroit où on peut rebondir.
                         Réaliser que d’autres existent, je l’ai fait bien avant toi, ma poule.
                         Je les ai dirigé puisque j’étais manager, si tu ne le sais pas.
                         Ta vacuité est à rebond au raz des pâquerettes. 
                         Allez à la niche, on parle de choses qui te dépassent.


                      • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 29 mars 13:06

                        Encore une erreur de vocabulaire, ce n’est pas un blog mais un JOURNAL PERSONNEL.

                        Pigé cette fois ?


                      • @Réflexions du Miroir Pas douée avec l’informatique pour ouvrir une sorte de Blog...Et comme mes deux Oliviers sont décédés...


                      • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 29 mars 13:23

                        @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                         J’ai plusieurs fois donné des cours d’informatique.
                         Je ne suis plus au goût du jour, bien sûr. 
                         Mais les concepts, je les connais à fond, puisque j’ai fait partie d’une équipe qui écrivait du soft au niveau « système ».
                         Ce n’est qu’après que je suis passé à l’applicatif, beaucoup moins palpitant.


                      • @Réflexions du Miroir
                         je ne me retrouve pas dans votre billet


                      • arthes, Britney for ever arthes 29 mars 13:48

                        @Philippe Huysmans, Complotologue

                        Lol

                        C’est l’histoire d’un psychiatre qui rencontre une autre psychiatre (enfin, on dira ça comme ça)
                        https://youtu.be/odkZVO_J1TE
                        mais, question drague, il peut s’accrocher au pinceau Reflex du miroir avec la Mélusine, elle enlève l’échelle à chaque fois...
                         smiley


                      • @arthes je préfère celle-ci. Excellent film au passage...https://www.youtube.com/watch?v=LkLxseTC4Jc. JOLI COEUR.


                      • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 29 mars 16:45

                        @arthes,
                         Maurice Chevalier avait aussi tout compris avec ces paroles :

                        « Chacun sur terre
                        Se fout, se fout
                        Des p’tites misères
                        De son voisin du d’ssous
                        Nos p’tites affaires
                        À nous, à nous
                        Nos p’tites affaires
                        C’est c’qui passe avant tout
                        Malgré tout c’qu’on raconte
                        Partout, partout
                        Qu’est-ce qui compte en fin d’compte
                        C’qui compte surtout, c’est nous »
                        Il y a une chanson plus récente dont il faut bien écouter les paroles :

                      • Paru en 1940 aux Éditions du Sagittaire, puis repris en 1962 par les Éditions de Minuit avec une préface d’André Breton, cet ouvrage désormais « classique » pour la compréhension du mouvement surréaliste, est ainsi présenté par André Breton :

                        « … Ne doutons pas que Pierre Mabille ait pesé – en poudre d’or – les deux termes qui entrent dans ce titre. Le merveilleux, nul n’est mieux parvenu à le définir par opposition au « fantastique » qui tend, hélas, de plus en plus à le supplanter auprès de nos contemporains. C’est que le fantastique est presque toujours de l’ordre de la fiction sans conséquence, alors que le merveilleux luit à l’extrême pointe du mouvement vital et engage l’affectivité tout entière. Quant au miroir, il nous prévient que s’il est possible d’y comparer notre esprit, il faut admettre que “le tain en est constitué par la rouge coulée du désir”. »

                        Qu’on ne s’attende donc pas à une anthologie du fantastique ou de l’occultisme, pas plus qu’au miroir des contes de l’enfance. Le Miroir du merveilleux, selon l’expression même de l’auteur, est « une collection de cartes allant du Tendre au planisphère céleste, en passant par les schémas que les corsaires laissent après eux pour désigner l’emplacement de leurs trésors enfouis ».

                        En utilisant des textes souvent inédits de Lewis Carroll, de William Blake, de Rimbaud, de Goethe, de Julien Gracq, de Kafka, d’Ovide ou de Platon, mais en racontant aussi des légendes indiennes et finnoises, des contes australiens, qui se présentent comme autant de témoignages de ce merveilleux qui existe en chacun de nous, l’auteur cherche à saisir totalement l’univers, en le débarrassant « du barème des valeurs morales », en dépassant les interdits et les tabous, pour atteindre l’inconscient, tel qu’il s’exprime à travers toutes les aspirations du désir.

                        Cette exploration de l’univers poétique s’élabore à travers différents thèmes : la création et la destruction du monde, la traversée des éléments et les épreuves purificatrices, la lutte contre la mort, les voyages merveilleux, la prédestination, la quête du Graal et la puissance magique de l’Amour qui tous se complètent, répercutant à l’infini une même révélation : l’unicité de l’esprit humain et la pérennité des mêmes questions et des mêmes réponses. Dans les limites d’une civilisation donnée, les grands mythes donnent les clefs de l’énigme, ils précisent à l’homme la trajectoire de son destin afin de pouvoir lui assurer la maîtrise du monde. C’est la raison pour laquelle on a souvent dit que Le Miroir du merveilleux est au surréalisme ce que sont aux philosophies religieuses, les livres sacrés.

                         


                        • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 29 mars 13:01

                          @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                           A la fin de mon dernier billet, il y a ceci
                           et cela : Ce qui m’avait donné envie d’aller voir cette expo de créateurs autodidactes, c’est ce qui est passé dans Week Première et de son invité Jean-Noël Liaut qui raconte Andy Warhol dans son livre « Le Renard blanc » vanrinsg.hautetfort.com/media/00/02/251182435.MP3


                        • @Réflexions du Miroir Mon grand amour, psychanalyste et forgeron et juif était né un 29 février. Mais craignant que cela ne lui porte pas chance, l’a fait inscrire au premier à l’Etat civil. Si j’écrivais ce que les quatre saisons évoquaient pour moi, ce serait trop intime... smiley


                        • Sept histoires d’amour. Mais vous me rappelez le premier ; Il avait bon goût (mais scorpion caractère de cochon,...). Vivaldi et l’invitation au voyage... 


                        • @Réflexions du Miroir Mon grand amour, psychanalyste et forgeron et juif était né un 29 février. Mais craignant que cela ne lui porte pas chance sa mère l’a fait inscrire au premier à l’Etat civil. Si j’écrivais ce que les quatre saisons évoquaient pour moi, ce serait trop personnel. smiley. Mon troisième prénom étant FLORE...Plus de Gollum. Bizarre...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité