• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Des mots pour la France d’ici et d’ailleurs...

Des mots pour la France d’ici et d’ailleurs...

Célébrons ce "verbe" français, cette verve unique, ce bonheur de dire et d'exprimer mille nuances...

Célébrons ce parler pittoresque et ancien, ce bel héritage qui est le nôtre.

 

La langue française s'éparpille : présente dans de nombreux pays, elle est riche de mots si divers et si variés !

Il est étonnant de découvrir des mots insolites, nouveaux, qui nous font voyager, et nous montrent toute l'expressivité de notre langue.

 

Ce vocabulaire nous intrigue par certains particularismes et nous invite à la découverte de terres inconnues...

Notre langue devient, ainsi, objet d'émerveillements et de surprises : on y perçoit des trésors d'inventivité, grâce à différentes dérivations.

 

On est sensible, alors, à un certain exotisme dans ces mots qui nous étonnent, qui évoquent, parfois, des pays et des climats lointains...

 

La LUMEROTTE, venue du nord, nous éclaire de sa petite lueur et de ses sonorités qui dansent : le suffixe de diminutif lui confère un charme enfantin et mystérieux. Labiale, gutturale, dentale s'égrènent, dans ce joli mot empli de poésie !

 

La DRACHE recouvre, soudain, l'horizon de ses averses sombres, elle tombe avec violence, comme le suggère la brièveté du mot : aussitôt, on voit le plat pays, la Belgique, traversée de pluies brusques et ombrageuses ... nous voilà passés de la lumière à l'ombre !

 

La RISTRETTE nous emmène vers la Suisse : elle se pare, elle aussi, d'un suffixe de diminutif pour évoquer "un petit noir" bien serré... Le mot nous réveille de ses sonorités éclatantes de gutturale, sifflante, dentale "t" réitérée.

 

De quoi être VIGOUSSE, dès le petit matin ! Adjectif expressif, s'il en est, puisqu'il évoque une grande vigueur, grâce à ses sonorités variées de fricative, de gutturale et de sifflante...

 

La POUDRERIE, quant à elle, nous fait voyager vers des pays de neige, aux hivers rigoureux, des pays où le vent emporte des embruns glacés et les accumule sur le sol : la poudrerie évoque, bien sûr, également, la poudreuse, jolis mots volatiles et aériens, jolis mots qui font virevolter une neige blanche de lys !

 

Le DÉPANNEUR pourra, si la neige est trop dense, permettre, aussi, quelques courses rapides, près de chez soi...

 

Des pays froids et glacés, nous voilà, soudainement, transportés en TAP-TAP vers Haïti : le mot, sous forme d'onomatopée, évoque et suggère, à merveille, les cahots de ces autocars, inconfortables mais pleins d'animation et de vie, qui sillonnent ce pays.

 

Au Congo, les CHAMPAGNÉS nous feront, peut être, bon accueil, et nous pourrons, ainsi, côtoyer des gens d'influence qui boivent du Champagne, dans des flûtes effilées... Mais ces champagnés nous rappellent un personnage tristement célèbre, nommé CHAMPAGNE, croqué par La Bruyère... type même de l'égoïste, se perdant dans "les douces fumées d'un vin d'Avenay ou de Sillery"...

 

Et la France, elle-même, nous réserve bien des surprises : dans le sud, du côté de Marseille et de l'Estaque, on pourra rencontrer un FADA pittoresque, au parler enjoué, un de ces fous sympathiques qui racontent des histoires à dormir debout, avec un bagou incroyable.

 

A l'inverse, on évitera les CHAFOUINS, ces hypocrites, à tête de chat et de fouine, ces êtres ambigus et malsains qui se cachent sous des apparences trompeuses. Le mot, avec sa chuintante initiale, sa fricative "f", pleines de délicatesse et de charmes, semble mimer la feinte douceur de ces personnages : ne nous y fions pas et détournons-nous de ces vils hypocrites. Ils nous rappellent "ces chattemites", que dénonce Rabelais, ces personnes fourbes, rusées, ces "cagots", ces "cafards" que l'humaniste poursuit de sa vindicte et qu'il fustige souvent... Fuyons les chattemites et les chafouins !

 

Nous aurons fait, alors, un tour amusant et pittoresque de la Francophonie !

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/2016/03/des-mots-pour-la-france-d-ici-et-d-ailleurs.html

 

Vidéos :

 

 

Le texte de La Bruyère :

https://fr.wikisource.org/wiki/Page:La_Bruy%C3%A8re_-_Les_Caract%C3%A8res,_Flammarion,_1880.djvu/145


Moyenne des avis sur cet article :  1/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

42 réactions à cet article    


  • Lampion Séraphin Lampion 6 février 14:58

    « Le paradoxe du dictionnaire : les mots ne s’expliquent que par d’autres mots. » - Un malin plaisir - Antoine Blondin

    Quelques mots rares sans pour autant être savants, dans le désordre :

    pétrichor : odeur de la terre après la pluie. 

    immarcescible : qui ne peut se flétrir, impérissable. 

    pellucide : transparent ou translucide.

    rubéfier : rendre rouge. 

    oblatif : qui satisfait les besoins d’autrui au détriment des siens propres. 

    fluer : couler, se répandre
    ignivome : qui vomit du feu.

    assuétude : addiction, dépendance.

    drupe : fruit à noyau (cerise, abricot, pêche, olive, etc). 

    brouir : brûler, dessécher (en parlant du soleil sur des plantes gelées). 

    gaupe : prostituée de bas étage, femme dévergondée, d’une conduite lamentable

    rubigineux : couvert de rouille.

    callipédie : art d’avoir de beaux enfants.

    rudéral : qui pousse sur les décombres, les tas d’ordures.

    clabauder : aboyer fort ou mal à propos. 

     

    Exercice : essayer de placer un de ces mots dans la conversation sans provoquer l’étonnement au moins une fois par semaine.


    • Xenozoid Xenozoid 6 février 15:01

      @Séraphin Lampion

      et avec l’accent


    • JC_Lavau JC_Lavau 6 février 15:22

      @Séraphin Lampion. La rubéfaction est un concept courant en pédologie.
      Les sols fersiallitiques rubéfiés sont courants en Provence, et de nombreuses régions d’Espagne et d’Italie.

      Le fluage est un souci constant en métallurgie des aubes de turbines.

      Autres mots précis et rares : la tangue, l’essartage.


    • Lampion Séraphin Lampion 6 février 15:26

      @JC_Lavau

      bravo : 4 points d’avance !


    • adeline 6 février 15:56

      @Séraphin Lampion
      Je pleure de rire, merci à vous, cela me souvient nos réunion mensuelles chez d’importants clients ou chacun avait un mot à placer (serpillière, père noel etc) le plus dur était de ne pas éclater de rire.



    • JC_Lavau JC_Lavau 7 février 08:53

      @Séraphin Lampion. Les mots rares ou devenus rares appartiennent à des langues d’experts, dont l’expertise, agricole par exemple, est devenue rare ou marginale.
      « Affouages » par exemple.


    • Francis, agnotologue Francis 7 février 09:11

      @JC_Lavau
       
       ’’Les mots rares ou devenus rares appartiennent à des langues d’experts’’
       
       Plutôt qu’« experts » je dirais « professionnels ». Beaucoup de métiers et de savoir-faire ayant disparu, les mots sont partis avec les connaissances. Notre monde s’appauvrit, hélas puisque nous courons derrière notre ombre.
       
      Le Grand Reset aurait pu être une opportunité mais je ne fais aucune confiance à ceux qui dirigent la manœuvre : ni dans leurs compétences, ni dans leurs stratégies, ni dans leurs objectifs.
       
      Et puisque j’en parle : je persiste à penser que, déjà si les transports maritimes utilisaient des énergies propres en terme de rejets dans l’atmosphère (je ne parle pas de CO2) ça règlerait la moitié de nos pb de fonte des glaces.


    • troletbuse troletbuse 6 février 15:14

      Le prochain article pourra titrer « Des MAUX pour la France » car j’ai pu remarquer que, à chaque article sur la culture, succède un article de propagande sur le Covid, écrit par Rosemar, fausse ingénue macroniste, qui a pour but de répandre la terreur chez les gogos.



      • troletbuse troletbuse 6 février 22:20

        @rosemar
        Mais qui connaît les Tiberi à part toutes les vieilles badernes qui sont sur AV. ?
        Encore faudrait-il qu’ils n’aient pas perdu la mémoire.
        Idem pour le Serge Dassault. Faut parler du présent et du futur, pas du passé
        Quant à Micron narcissique, non plutôt psychopathe, bon à rien et adepte de la jaquette, c’est plus porteur et plus méchant.


      • Jeekes Jeekes 6 février 15:40

        marie-rose

         

        Gna-gna-gna.

        Gna-gna-na !

         


        • Jeekes Jeekes 6 février 15:44

          @Jeekes
           
          Au fait, tu ne nous a toujours pas dit...
          Ton rendez-vous pour la piquouse, ça avance ?
           
          Nan, parce que si tu rencontres quelques soucis pour t’inscrire, contacte pénible ou la brouette, ils ont sûrement de bons plans à te conseiller...
           
          PS : Ne me remercie pas, c’est pour ton bien et ça me fait plez.
          Mouarfff !
           
           smiley
           


        • troletbuse troletbuse 6 février 16:12

          @Jeekes
          Tu parles de Nono la brouette là ?


        • Jeekes Jeekes 6 février 16:35

          @troletbuse
           
          Oeuf corse, j’en connais pas d’autre ! 
           

           


        • rosemar rosemar 6 février 18:31

          @Jeekes

          Pas de commentaire intéressant sur l’article ?


        • Jeekes Jeekes 6 février 20:06

          @rosemar
           
          Que des commentaires du niveau de ton n’artik.
          Donc, de la merde au ras des pâquerettes !
           
          Et ton vaccin, ça ce précise ?
           



          • Francis, agnotologue Francis 6 février 16:07

            @Francis
             
             je n’y ai pas trouvé « gisquette » du nom du préfet Gisquet qui entretenait ses petites amies avec de l’argent public.

             Environ 10 000 mots tout de même.


          • troletbuse troletbuse 6 février 16:11

            @Francis
            Moi, je n’ai qu’un dictionnaire d’insultes. C’est pratique pour les articles de Rosemar smiley.


          • Lampion Séraphin Lampion 6 février 16:44

            @Francis

            Flibustier, ectoplasme, anacoluthe, catachrèse, et aérolithe ne sont pas non plus seulement des jurons du Capitaine Haddock.


          • rosemar rosemar 6 février 18:27

            @Francis

            MERCI pour cette référence !


          • cyrus MandalorianSithReaper 7 février 16:47

            @Pauline pas Bismutée

            Il y a plusieur facon de voir et de construire le mondialisme , et le « noborder » 
            je ne suis pas l’ ennemi des « travelers », ou des « ambasadeur nomade » ...

            mais celui d’ un mondialisme mortifere economico-reducteur et destructeur des culture endogene .

            Bien sur qu’ l’ acceuil ( meme au quebec ) etait tres selectif , c’ est bien pour ca que la reciprocité est importante ... 

            Et tu as raison , ca va drolement se compliquer ...


          • cyrus MandalorianSithReaper 7 février 18:05

            @foufouille

            @MandalorianSithReaper

            les pays cités sont que pour les classes moyennes supérieures.

            Si eux peuvent refuser des migrant , et pratiquer l’ « immigration choisie » pourquoi la france seraist’ elle criminelle d’ en faire autant ...

          • foufouille foufouille 8 février 07:07

            @MandalorianSithReaper

            ce ne sont pas des migrants vu qu’ils restent français.
            pour le canada et l’australie, les conditions sont effectivement importantes mais ils font venir du travailleur pas cher temporaire.

            inde et thaïlande, il faut se marier avec unepersonne du pays sinon impossible.


          • Decouz 6 février 19:33

            fada c’est occitan, entendu souvent en Auvergne.


            • Decouz 6 février 19:39

              @Decouz
              en rapport : fade, fée, vient de fata, sort, viaduc des Fades, également ensorcelé.
              « En occitan la signification « sot, niais » a été contaminée par le verbe fadá « ensorceler » et ses dérivés enfadá « enchanter », enfadat « féerique, merveilleux » (Alès) qui proviennent du mot latin fata « fée » à l’origine « déesse de la destinée » qui est devenu fado, fada en occitan »
              https://www.etymologie-occitane.fr/2011/08/fada-simplet-niais/



            • Fergus Fergus 6 février 20:51

              Bonsoir à tous

              Allez un petit mot pour saluer les chiffonniers ambulants : du peilharot de mon enfance en Auvergne au pilhaouer breton des Monts d’Arrée. Deux cultures différentes, une même racine.


              • popov 7 février 03:04

                @rosemar

                La RISTRETTE nous emmène vers la Suisse : elle se pare, elle aussi, d’un suffixe de diminutif pour évoquer « un petit noir » bien serré...

                Le « petit noir bien serré » est aussi une spécialité de la police américaine.


                • @popov
                   « un p’tit noir bien serré spécialité des cops U$ »

                  ...puis  tu touilles avec le genoux ...tu lui passes les « poucettes » avant de l’ 1/4 serrer ! smiley
                   les poucettes, terme tombé en désuétude de nos jours
                   


                • cyrus MandalorianSithReaper 7 février 03:20

                  pour une de la pointe rouge , ca manque un peut de « faon de lune » de « puteborgne » et de « cagole » smiley


                  • popov 7 février 08:35

                    @MandalorianSithReaper

                    Bonjour Cyrus le Grand Roi.


                  • GoldoBlack 7 février 09:23

                    Le Congo, la Suisse... « La France d’ailleurs » donc selon votre titre...

                    Le colonialisme, l’égocentrisme et l’arrogance français ont de beaux jours devant eux... !


                    • rosemar rosemar 7 février 12:05

                      @GoldoBlack

                      pour votre information :

                      « Le français est la langue officielle de la République démocratique du Congo (RDC). La RDC est le pays francophone le plus peuplé du monde, devant la France, et en 2016, 37 millions de Congolais, soit 47 % de la population du pays, sont capables de lire et d’écrire le français. »


                    • Decouz 7 février 15:26

                      @rosemar

                      et très parlé au Nigéria, même si c’était une colonie anglaise.

                      « Cela fait chic de parler français, résume Amaka, étudiante à l’université de Lagos. Si vous le maîtrisez, cela laisse entendre que vous avez été formé dans une école d’élite."

                      https://www.jeuneafrique.com/mag/498541/politique/au-nigeria-lusage-du-francais-est-un-marqueur-social/

                      Roman centré sur le Lubéron, la terre mais aussi l’histoire et la magie, parsemé de locutions et de mots en provençal :

                      https://www.babelio.com/livres/Mak-Bouchard-Le-Dit-du-Mistral/1229724


                    • Decouz 7 février 17:42

                      @Le Sudiste
                      Je ne sais pas pourquoi j’avais toujours cru que c’était un é, mais je vois que tout le monde n’est pas d’accord :
                      https://www.lefigaro.fr/langue-francaise/actu-des-mots/2017/07/25/37002-20170725ARTFIG00084-faut-il-dire-lubeuron-ou-luberon.php


                    • Decouz 7 février 17:44

                      @Decouz
                      "C’est un cas d’hypercorrection.... les instituteurs de la 3ème république, ont ajouté des « eu » partout à la place des é provençaux pour faire plus français. Ils ont donc imposé la prononciation « lubeuron » mais ça n’a concerné que les locaux du Luberon car ailleurs, on ne le connaissait pas encore (le Luberon). Donc, et de manière paradoxale, ce sont les estrangiers qui ont une prononciation plus proche de l’origine provençale !

                      Mais de fait, on reconnait les Luberonnais d’Origine Controlée (L.O.C !) au fait qu’ils prononcent « lubeuron » en français, même s’ils disent « loubéroun » en provençal. Et d’ailleurs, il vaut mieux que les estrangiers disent lubéron, sinon avec l’accent pounchu, ça deviendrait lub’ron, ce qui serait horrible !"

                      https://www.luberoncotesud.com/page/faut-il-dire—lubeuron—ou—luberon---+10329.html


                    • phan 7 février 10:09
                      « Viens mon chou, mon bijou, mon joujou, sur mes genoux, et jette des cailloux à ce hibou plein de poux. »
                      Encore une histoire de pâte à choux : Le mari a attrapé des coups dans les Pouilles et sa femme a attrapé des coups sur le pont.

                      • Lampion Séraphin Lampion 7 février 12:24

                        @phan

                        Les poux ? Il faut les faire traiter !


                      • phan 7 février 15:31

                        @Séraphin Lampion
                        Pour appréhender les pistes indigènes, on traite avec un écouvillon dans le Q,ânon ! 


                      • Arnes Arnes 8 février 09:24

                        Deux verbes au Quebec issus du patois de la gâtine (2 sèvres, vendée) et importés il y a plusieurs siècles :

                         Gosser : tailler et polir un morceau de bois. verbe utilisé couramment , ex : le gosseur de bois (menuisier amateur sur youtube), gosser de la musique (épurer et polir un morceau musical)

                         Garocher : lancer violement un objet sur une cible.

                        Ces 2 verbes, je les ai utilisés dans ma jeunesse où le patois était d’usage courant à la campagne 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité