• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Expo : Cheveux chéris met les têtes à l’envers à Branly

Expo : Cheveux chéris met les têtes à l’envers à Branly

Que Jacques Chirac l'ai voulu comme cela, ou pas, le musée du Quai Branly est un lieu à part. Magique. Inventif. Après avoir, entre bien d'autres, mis en valeur les armures Samouraï, voici qu'il explore une toute autre parure de chef : le cheveu. Nous en perdrions volontiers la tête ...

Quoi de plus attaché à l'Homme que sa chevelure ? Comme disait Groucho Marx "pour éviter la chute des cheveux : je fais un pas de côté ! ".

Nos pas, ici, peuvent nous mener agréablement quai Branly, à Paris, pour une découverte qui, n'ayons crainte, ne nous fera pas dresser les cheveux sur la tête. 

Universel, le cheveu est un "marqueur" qui traverse les âges et les peuples. Son utilisation, de "la frivolité" au "trophée" revêt tous les aspects du plus léger au plus terrible.

L'exposition parisienne balaie le cheveu de Papouasie Nouvelle-Guinée au Versailles de Louis XIV en passant par les pistes d'athlétismes américaines.

L'attribut est coupé en quatre. Il faut dire que sa puissance symbolique se développe en tous sens. Long ou très court, il qualifie l'intellectuel, le rebelle ou encore la coquette.

Hirsute, il terrifie ou marque le deuil. Arraché, il est magique et transmet la force ou le savoir de son propriétaire originel. Il est donc instrument de pouvoir et de pouvoirs.

Il est élément de séduction mais aussi de révolte. Il en dit long sur la place de chacun dans le groupe.



Fort et souple puis rare et rêche, il accompagne de la vie à la mort.

Adroitement et esthétiquement mis en scène par Yves Le fur, le commissaire de l'exposition, le cheveu étale son ambiguïté sur les genres.

Il suit l'évolution de la transgression sexuelle, en Occident notamment, où les années soixante virent des hommes à longues chevelures et de femmes à nuques courtes. Avec stupéfaction mais sans moqueries.


Le cheveu se fait relique et élément de témoignage ou de souvenir. Les têtes couronnées, avant de passer à l'échafaud, se font prélever une mèche. Adoration posthume.

Les couloirs de Branly tirent (par les cheveux) le visiteur en douceur et violence au rythme d'une expo (tous publics) qui lui rafraîchit. La mémoire.


 


Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (5 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires