• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « Je vais bien, ne t’en fais pas » de Philippe Lioret, un film (...)

« Je vais bien, ne t’en fais pas » de Philippe Lioret, un film incandescent

 

medium_bien_1_bis.jpgEvanescents. Incandescents. Deux catégories de films. Je vais bien, ne t’en fais pas fait partie de la seconde catégorie. De ceux qui vous laissent un souvenir brûlant, que le générique de fin ne parvient pas à effacer de votre mémoire et contre le souvenir duquel le temps qui passe ne peut rien. Au contraire. Il en sublime et renforce le souvenir. Un peu comme Lili avec le souvenir de son frère. Mais revenons au début.

Tout commence par un retour de vacances. C’est a priori joyeux un retour de vacances, nostalgique, à la limite, mais joyeux. Pour Lili, (Mélanie Laurent) qui rentre de vacances après un mois d’absence, il en va autrement. Elle apprend par ses parents que Loïc, son frère jumeau, après une violente dispute avec son père (Kad Merad), a quitté le domicile familial. Ce n’est pas la première fois. Sauf que là, cela s’éternise. Sauf que là, Loïc ne répond pas au téléphone et ne donne pas de nouvelles. Lili se révolte d’abord contre l’indolence de son père apparemment indifférent au sort de son frère et de surcroît responsable de la fugue, puis l’indignation laisse place à l’abattement, et elle se laisse mourir... Mais une carte postale de son frère la ramène à la vie. Tout pourrait être résolu, rien ne l’est... Il est toujours absent. Et, pour les autres, la vie semble étrangement continuer à s’écouler comme si rien ne s’était passé. Mais l’absence est pourtant toujours omniprésente pour Lili, qui laisse son existence perdre son sens. Pour elle, elle ne pourra en avoir à nouveau un que lorsqu’elle aura retrouvé son frère.

Dès les premières secondes, dans cette foule oppressante, le spectateur épouse le point de vue de la jeune Lili, ses atermoiements, ses angoisses, ses frayeurs jusqu’à l’étouffement. Avec elle, il s’étonne, s’égare, se révolte, souffre, compatit, reprend vie. Le rythme, insidieusement angoissant, ne retombe pas une seule seconde. Philippe Lioret pourrait avoir inventé un nouveau genre : le thriller familial. La réalisation s’efface pour laisser place au scénario : impeccable. Histoire d’amour filial absolu, d’amour naissant, d’amitié magnifique sur une musique mélancolique (Loïc compose des musiques), Je vais bien ne t’en fais pas exalte la beauté des sentiments sans être jamais mièvre, mais cruel même, parfois.

Mais c’est aussi et avant tout comme dans L’Equipier et dans le magnifique Mademoiselle, un film sur l’indicible, le non-dit qui rappelle les derniers films de Claude Sautet. Et Philippe Lioret n’a pas son pareil pour filmer le non-dit : le non-dit de familles qui ne se comprennent pas, ont oublié de se parler et de vivre, ne savent plus comment s’aimer, des familles qu’il met judicieusement en parallèle pour mieux les séparer ensuite et mettre en valeur le geste d’amour absolu de la fin.

Un film qui vous bouscule, bouscule les apparences, vous hante même. En adaptant ce roman d’Olivier Adam, Philippe Lioret a signé un film intense, poignant et sombre, qui s’achève par une lumière en demi-teinte, intelligemment elliptique, à la fois sublime et terrifiante, le non-dit porté à son paroxysme.

Philippe Lioret prouve par ailleurs une nouvelle fois qu’il est un excellent directeur d’acteurs (Mélanie Laurent, Julien Boisselier, Kad Merad excellents, ce dernier étant aussi étonnant et crédible dans le drame que Sandrine Bonnaire était crédible dans la légèreté dans Mademoiselle). Ce film bénéficie déjà d’un excellent bouche à oreille depuis sa sortie... Je ne peux que vous engager à suivre ces murmures élogieux...

Sandra.M


Moyenne des avis sur cet article :  4.64/5   (78 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • arturh (---.---.119.98) 29 septembre 2006 18:32

    Comme c’est la télé qui finance le cinéma, le cinéma fait maintenant directement des téléfilms.

    Mais les téléfilms faits directement par la télé sont mieux en général, même si on en parle pas.


    • Sandra..M (---.---.6.209) 29 septembre 2006 19:17

      Assimileriez-vous ce film à un téléfilm ?!! Pour moi c’est tout le contraire. Dans ce cas, je serais curieuse de connaître vos arguemnts.


      • Yan Essal (---.---.198.142) 29 septembre 2006 21:52

        Il y a longtemps que je n’avais pas vu un si bon film ...

        mais n’en parlez pas .. ; il déclasse tous les navets américains et souvent Français ... il n’aura pas besoin de budget pub , les spectateurs s’en chargeront.


        • jl (---.---.113.69) 1er octobre 2006 23:05

          un bon film mais qui vous plombe un peu si vous n’avez pas le moral surtout la fin où il en rajoute un peu trop. on se doute que loïc est mort mais le pote qui voit la tombe par hasard la fille qui voit la guitare. n’oubliez de lire les livres d’olivier adam notamment le livre qui a inspiré ce film. c’est surprenant.


          • celinette (---.---.70.200) 1er octobre 2006 23:11

            j’ai beaucoup aimé ce film et surtout le nom de la chanson que chantait Loïc « LiLi »dans le film ainsi que la musique de fin... Pouvez vous me dire où je peu me là procurer, je la cherche de partout depuis une semaine, merci d’avance.


            • Sandra.M Sandra.M 2 octobre 2006 13:32

              @jl : On peut aussi voir la fin comme pleine d’espoir. Lili a compris mais a décidé de vivre... La scène du cimetière et celle de la guitare dans la voiture ne sont pas superflues car elles montrent que toute la famille partage le même non dit... @Celinette : la chanson, d’une belle mélancolie, s’intitule en réalité « U-Turn. » (« Lili » dans le film) Le groupe s’intitule Aaron. Leur premier album sortira normalement en septembre 2006.


              • Philippe Aigrain (---.---.48.230) 8 octobre 2006 20:02

                Au-delà de ses qualités propres, ce film me parait remarquable par l’invasion particulièrement poussée du placement de produit dans ses images et son intrigue. Voir à ce sujet mon entrée de blog à : http://paigrain.debatpublic.net/?p=64 Philippe Aigrain


                • pimousse (---.---.76.235) 18 octobre 2006 20:08

                  C’est juste de l’Amour au sens large...film absolument magnifique, qui ne plombe pas le moral, il redonne espoir ! Scotchant, il marque. A diffuser dans les salles de classe dés la primaire !


                  • Marsiho Marsiho 27 octobre 2006 12:08

                    Superbe histoire, superbe musique, superbe casting. A ne pas rater ! Une histoire d’amour à la folie...


                    • blero (---.---.248.166) 18 décembre 2006 23:29

                      Un film magnifique... mais effectivement il faut avoir le moral.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires