• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Juliette a encore faim !

Juliette a encore faim !

« Continuez d’écrire, car j’ai faim ! », a lancé à l’assistance Juliette Gréco, après s’être vu décerner la médaille d’or de la Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique, mercredi 7 octobre 2009. Mais cet honneur ne changera rien : Juliette restera toujours sur sa faim. Elle le confirme dans l’émission « Empreintes » diffusée sur France 5 le vendredi 9 octobre : "J’ai faim de l’autre, de tout ce qu’on m’offre. J’ai faim de tout ce que je ne sais pas. Il y a un univers de choses que j’ai loupées. Je partirai sur ma faim. Je ne partirai pas rassasiée."

 
Juliette Gréco et Miles Davis
 
La chanteuse Juliette Gréco a consacré sa vie d’artiste à servir les auteurs et elle continue de le faire avec le même goût du risque qu’à ses débuts en chantant aujourd’hui les auteurs de la jeune génération comme Benjamin Biolay, Orly Chap, Olivia Ruiz ou le slammeur Abd Al Malik. Figurent aussi sur le dernier disque de Juliette : Christophe Miossec, Marie Nimier, Brigitte Fontaine ou Adrienne Pauly.
 
Rappelons qu’elle mit le pied à l’étrier à Serge Gainsbourg dont les chances de percer étaient à peu près nulles. En interprétant La Javanaise de ce nouveau venu particulièrement atypique, elle lui permit une grande carrière par la suite. A ce propos Gainsbourg dit ceci "Cette Javanaise, qui fut si incomprise parce que j’y parle javanais, je l’ai écrite pour Juliette Gréco et je lui ai donnée aussitôt son retour des Amériques. Je pense être un auteur privilégié puisqu’elle m’a chanté et je pense qu’il n’y a pas un auteur digne de ce nom ou au moins ayant un tant soit peu de tenue littéraire qui n’ait souhaité écrire pour elle."
 
Avant cela, peu après la Libération, Juliette Greco rencontra Boris Vian qui lui apprit patiemment à sortir de son mutisme et à reprendre confiance. Elle interprétera ses chansons et deviendra la muse des poètes (surtout des surréalistes) et des artistes, la grande figure du Saint-Germain-des-Près de l’après-guerre.
 
A propos de Boris Vian :
 
"Quel être merveilleux ! Qu’il était beau. D’une beauté physique, au premier abord, avec sa peau vert céladon. L’être le plus tendre, le plus doux, le plus attentif que j’ai rencontré. Il avait un cœur énorme. Il dégageait une finesse, une intelligence... et une férocité d’enfant. Je le considérais comme mon grand frère. Il a fait office de psychiatre. Il m’a beaucoup aidé. Efficacement. Je n’avais plus envie de parler depuis l’Occupation. Il m’a rendu la vie après la Libération. Il m’a sorti d’une prison intérieure. La pilule qu’il aurait volontairement omis de prendre le jour de sa mort ? Je n’y crois pas. Il est plutôt mort de rage."
 
source
 
Juliette et le jazz :
 
Dans la même interview, Juliette Gréco dit toute son admiration pour le jazz et les musiciens de jazz. Elle vit pour la première fois Miles Davis grâce à Michelle Vian, la femme de Boris, qui lui fit entrer par les coulisses à la salle Pleyel.
 
60 ans de carrière au service des textes et des auteurs et ce n’est pas fini ! 
 
"Dans tout ce que je chante et dans ma vie, je suis là quelque part. […] Les mots, c’est très grave, pour moi. […] Je ne peux pas mettre dans ma bouche des mots qui ne me plaisent pas. […] Je suis là pour servir. Il y a une belle phrase dans la Bible, qui dit : « Je suis la servante du Seigneur, qu’il me soit fait selon votre parole. » Et moi, mes Seigneurs, ce sont les écrivains et les musiciens. Je suis là pour servir, je suis interprète. […] La chanson est un art particulier, extrêmement difficile (quand c’est bien), contrairement à ce qu’on peut croire. Il faut écrire une pièce de théâtre ou un roman en 2 minutes ½ / 3 minutes et c’est un exercice extraordinaire. C’est grave, une chanson. Ça va dans les oreilles de tout le monde, ça se promène dans la rue, ça traverse la mer, c’est important une chanson, ça accompagne votre vie… […] Les poètes, les musiciens, ils ont besoin d’interprètes. Ils ne sont pas toujours les meilleurs interprètes de leurs œuvres, ce n’est pas vrai. Quelquefois, nous, interprètes, nous trouvons des choses qu’ils n’ont pas entendues, d’eux-mêmes…"
 
Juliette Gréco fait partie des rares interprètes français dont le succès à l’étranger ne se dément pas. Depuis plusieurs décennies, elle fait des tournées aux Etats-Unis, au Japon, en Allemagne ou au Brésil. Son compositeur (et époux depuis 1989), Gérard Jouannest, toujours à ses côtés, s’efface discrètement derrière l’égérie de la chanson française.
 
 

 
"Déshabillez-moi"
 

 
"Parlez-moi d’amour"
 
 
"Les amours perdues" de Serge Gainsbourg
 

Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • geo63 10 octobre 2009 09:25

    Merci et bravo pour cet article qui présente une très grande artiste dont la qualité est d’abord d’avoir su choisir ses chansons avec des textes remarquables, sa voix et son intelligence d’interprétation ont fait le reste. On pourrait passer beaucoup de temps à faire défiler ses succès en présentant deux phrases en extrait...


    • rocla (haddock) rocla (haddock) 10 octobre 2009 09:27

      trois petites notes de musique ....


      • geo63 10 octobre 2009 10:03

        Bonjour capitaine
        La créatrice de trois petites notes de musique me semble être Cora Vaucaire, dans un film d’ailleurs excellent avec Georges Wilson qui s’appelait « une aussi longue absence », bien sûr je peux me tromper...mes souvenirs d’adolescence et ... la mémoire qui flanche.
        Pour Juliette, ce qui me vient à l’esprit c’est : si tu t’imagines fillette fillette...


      • rocla (haddock) rocla (haddock) 10 octobre 2009 10:13

        Bonjour geo63

        Je connais pas l’ histoire de cette chanson , mais la juxtaposition de paroles très simples sur quelques « petites » mais magnifiques notes également très primaires donne , avec la voix de Juliette une émotion forte .

        Il y a eu un après à Saint Germain des Prés ...

        Bien à vous .


        • Fergus Fergus 10 octobre 2009 11:27

          Salut, Paul.

          Je ne suis pas très attiré par l’oeuvre de Juliette Gréco (j’ai d’ailleurs assez peu de goût pour la chanson), mais je reconnais à la femme de réelles qualités humaines et professionnelles.
          Je lui sais notamment gré d’avoir soutenu de jeunes artistes, un peu à l’image de ce qu’a pu faire Jean-Claude Brialy au cinéma.

          Bonne journée. 


          • Paul Cosquer 10 octobre 2009 16:36

            C’est dit : pour célébrer Juliette,
            Voris va sortir sa trompette.

            Et lui dédier ses beaux poèmes
            Avec de la musique qu’on aime.

            Voris Bian et la fanfare
            Feront une pause dans le placard.

            Et son prochain album
            sera pour la « jolie môme » (*).

            (*) (je ne sais pas qui a écrit le texte mais c’est pas mal)


            • Paul Cosquer 10 octobre 2009 16:38

              Ah ! je viens de voir que c’est écrit à la fin du clip : c’est Léo Ferré !
              Au boulot Voris !


            • Paul Cosquer 10 octobre 2009 17:41

              En avant-première, un extrait d’un de mes textes pour mon prochain album dédié à la Jolie môme et écrits « sur le chaud » :

              (sans la musique : un air composé à la guitare classique)

              Les ponts insensés

              J’veux
              Que ton baiser m’emporte
              Sous des ponts insensés
              Que tu rouvres la porte
              De mon canal sensible,
              Que par un coup de foudre,
              Tu foudroies mes pensées,
              Que je reçoive un peu la poudre
              De Saint-Germain-des-prés.

              Par
              Le grand matin de tes yeux,
              Sors-moi de mes abîmes,
              Porte-moi vers les cieux,
              Redonne-moi les cimes !
              Tes yeux sont des ponts frais
              Vers des fruits que je cueille
              A pleins paniers
              Comme un enfant gâté.

              Puis sans doute un troisième couplet débutant par :

              Ouvre
              -moi le ciel de tes yeux,...

              Sous réserve d’arrangements ultérieurs.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires