• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > La musique en haute définition

La musique en haute définition

Panorama des techniques de reproduction musicale en haute définition et discographie sélective.

Beaucoup d’audiophiles qui ont grandi avec le vinyle ont eu une déception avec le CD. Ce format, pourtant présentant des caractéristiques techniques supérieures en dynamique (écart entre les sons forts et faibles) et bande passante (écart entre les sons graves et aigus), n’avait pas le velouté des galettes noires : plus métallique, électronique, une différence comparable à celle qui existe entre les amplificateurs à lampes et à transistors. Pire, si avec les vinyles le sont était dans la pièce, il semblait collé aux enceintes avec le CD. Les techniciens s’accrochaient aux chiffres pour affirmer que tout cela n’était lié qu’à des aprioris nostalgiques et des illusions psychologiques. Mais une science émergeante, la psychoacoustique, allait montrer qu’il n’en était rien car nos oreilles et notre cerveau perçoivent des signaux sonores subtils que le CD gommait, notamment les infimes déphasages entre les voies droites et gauches qui permettent de localiser le son avec précision, d’où l’effet « son dans les enceintes » du CD, avec son corollaire, le « trou au milieu ». On s’est donc mis à la recherche de procédés de reproduction sonore permettant de dépasser ces lacunes.

Avant de passer en revue les différentes technique, faites ce test simple pour évaluer la qualité d’un enregistrement et d’un équipement de reproduction : essayez de suivre un instrument en particulier. Sur un enregistrement comprimé avec pertes comme le MP3 ou l’AAC, vous constaterez qu’on a l’impression que les instruments jouent à cache-cache les uns avec les autres. Plus l’enregistrement et le matériel sont bons, plus il est facile de distinguer et de séparer les instruments. Essayez ensuite de les localiser les uns par rapport aux autres. Vous constaterez que ce n’est pas toujours simple avec un CD, pire encore avec la purée de sons d’un MP3. Ce n’est pas très dérangeant si on écoute de la musique en fond sonore, ça l’est énormément si on écoute la musique comme un spectacle, une sorte de film sans images. C’est là où les procédés de reproduction en haute définition apportent un avantage considérable.

Le vinyle

On le disait mort et enterré, tué par le CD, il n’en est rien : le vinyle connaît aujourd’hui une renaissance inattendue, et pas seulement grâce aux DJs qui l’avaient adopté pour sa « jouabilité ». Les techniques modernes de pressage comme le Direct Metal Mastering (DMM) couplées à une gravure en 45 tours/mn, permettent d’obtenir une dynamique et une bande passante qui n’ont rien à envier au CD, avec un son velouté, une présence et une spatialisation remarquable. De plus, le format du disque permet d’offrir un « artwork » (pochette, livret) de grand format : non seulement on peut lire les paroles sans loupe, mais on peut afficher les pochettes au mur.

Si c’est la musique actuelle qui vous intéresse, le vinyle est la meilleure voie pour accéder à la haute définition. Beaucoup de groupes sortent leurs disques en vinyle en même temps qu’en CD. Sur Internet, des éditeurs comme Acoustic Sounds rééditent des classiques du rock ou du jazz. Le choix est malheureusement plus réduit pour le classique.

Quand aux inconvénients, ils sont très relatifs. On disait le CD inusable, force est de constater qu’en matière de durée de vie le vinyle sort gagnant… à condition d’en prendre soin. Ne pas toucher la surface, ranger les disques à l’abri de la chaleur et de la poussière, et surveiller le chat qui va être attiré par ce truc qui bouge (expérience douloureuse vécue).

Notons pour les plus fortunés qu’il existe des platines vinyles à lecture laser, qui n’usent pas la surface et offrent des fonctions confortables d’avance et retour rapides et de sélection de morceaux. Comptez quand même 5000 euros pour le confort…

Le CD

Même si il a des limitations incontournables, des techniques actuelles permettent d’obtenir un son de meilleure qualité que ce qu’on avait dans les années 80. C’est notamment le cas des CD qui se basent sur un enregistrement utilisant les procédés DSD ou DXD, lesquels permettent de limiter la dégradation induite par la numérisation. Un autre procédé, le SHM, utilise un plastique possédant d’excellentes qualités optiques, ce qui réduit les erreurs de lecture ; la différence est audible, même sur un CD neuf. Enfin, certains lecteurs incluent des circuits « cosmétiques » qui imitent tant bien que mal le son du vinyle, mais on est là très loin de la haute fidélité.

Le DVD-Audio

C’est un DVD dans lequel on a enregistré des pistes en haute définition utilisant les formats MLP ou LPCM, en plus des pistes standard compressées en Dolby Surround ou en DTS. On peut les lire sur un lecteur de DVD ordinaire, mais avec le son d’un DVD ordinaire, ce qui n’offre comme seul avantage que de permettre l’écoute en surround. Il faut un lecteur adapté pour profiter de la haute définition. En stéréo, le son est nettement meilleur que celui du CD sans atteindre toutefois le velouté du vinyle ou du SA-CD. En surround, il est à peine supérieur au CD, mais très supérieur au son compressé d’un DVD standard. Sur des musiques électriques comme le rock, le résultat est excellent. Sur des musiques acoustiques, on peut mieux faire. Enfin, cerise sur le gâteau, le DVD-Audio reste un DVD et on peut y trouver des images. Par contre, l’ergonomie est franchement désagréable : il faut attendre que les mentions légales défilent en début de lecture, puis naviguer dans des menus avant d’écouter quelque chose.

Le Super Audio CD (SA-CD)

Le top. La chaleur et la présence du vinyle avec une dynamique et une bande passante à couper le souffle, et le confort d’utilisation d’un CD. La différence saute aux oreilles même sur un équipement modeste. Ce format a été enterré prématurément comme le vinyle, mais on assiste à une augmentation des sorties ces derniers temps, probablement liée au succès du Blu-Ray et à l’apparition de lecteurs dits universels qui lisent aussi bien les MP3 que les CD, DVD, DVD-Audio, SA-CD ou Blu-ray (mais pas les vinyles).

Le SA-CD utilise un procédé radicalement différent des autres formats numériques, le DSD. C’est, pour faire simple, un format qui se rapproche de l’analogique en codant des variations au lieu de valeurs absolues, et ce à des fréquences très élevées. De plus, ce format offre six canaux de sortie et permet donc le surround. Enfin, la majorité des SA-CD sont hybrides, c’est à dire qu’ils peuvent être lus sur un lecteur de CD standard, avec la qualité d’un bon CD stéréo. Mais rien à voir avec ce qu’on obtient avec un équipement adéquat.

De mon expérience, je ne connais personne qui n’ait pas été capable de faire la différence, et beaucoup de mes amis on cru que j’avais changé mes enceintes après que je me soit offert un lecteur compatible SA-CD et les galettes correspondantes. Même mon chat a été surpris ! Si vous souhaitez vous offrir un lecteur de Blu-ray, n’hésitez pas à mettre la main au portefeuille pour acheter un lecteur universel, on en trouve aujourd’hui à des prix certes élevés mais on en a pour son argent. Vérifiez bien par contre que votre ampli est compatible.

Tous les formats ont leurs défauts, celui du SA-CD est d’être blindé de protections contre la copie. N’espérez donc pas copier un SA-CD, même si certains y sont parvenus en hackant une console PS3 de Sony dont certains modèles possédaient une faille de sécurité. Amis bricoleurs, bonjour ! De plus, même si vous récupérez le flux DSD sur votre ordinateur, vous en faites quoi ? Il n’existe pas de graveurs de SA-CD dans le commerce… Par contre, un SA-CD hybride se copie comme un CD ordinaire, avec la qualité correspondante. Si c’est pour stocker dans votre baladeur numérique, pas de soucis, ça marche.

Enfin, le SA-CD étant destiné à un public exigeant, il est rare que l’on édite de mauvais disques dans ce format et on peut donc se permettre quand on en a les moyens d’acheter des disques au hasard, on est rarement déçu.

Le Blu-Ray

Il offre une qualité de son équivalente au SA-CD et on voit même aujourd’hui apparaître des disques Blu-Ray purement audio au son remarquable. Il a par contre les mêmes inconvénients que le DVD-Audio en matière d’ergonomie et que le SA-CD pour les protections contre la copie. Le succès du Blu-Ray devrait entrainer de nombreuses sorties dans ce format dans les années qui viennent… ou pas.

Discographie sélective

Classique

Le CD m’avait fait perdre le goût de la musique classique, le SA-CD me l’a vigoureusement redonné pour le plus grand malheur de mon compte en banque. Si vous pensez que vous n’aimez pas le classique, faites l’essai, vous risquez une surprise agréable !

Commençons par quelques labels spécialisés dans ce format. Tout d’abord mon coup de cœur, le label norvégien 2L. Celui-ci a une particularité, celle d’utiliser le surround en plaçant l’auditeur au cœur de l’orchestre et non devant. L’effet est surprenant, ludique, et permet une séparation lumineuse des instruments. Ajoutons de plus que l’ « artwork » est soigné et sort de l’ordinaire déprimant des pochettes de classique.

Je recommande chaudement le coffret Divertimenti de Trondheim Solistene qui interprète des œuvres de Benjamin Britten et Béla Bartok ainsi que d’auteurs moins connus. Cet enregistrement a été honoré d’un Grammy Award et fait partie des disques de référence du fabriquant Denon. Musique superbe, brillamment interprétée et une utilisation du surround qui fait sens. De plus, le coffret comporte un SA-CD hybride et un Blu-Ray audio, pour ceux qui n’ont qu’un lecteur Blu-Ray ordinaire.

Toujours chez 2L, le SA-CD Hybride String Quartets de Engegardkvartetten (à vos souhaits) qui interprète des quatuors de Haynd, Solberg et Grieg avec une pêche et une espièglerie qui laisse à penser que ces jeunes musiciens ont été élevés autant avec Led Zeppelin que Mozart. La production place chaque instrument du quatuor, logiquement, aux quatre coins de l’espace d’écoute, ce qui met en valeur les interactions entre les voix. Un disque qu’on peut écouter en boucle.

Autre label à suivre, Pentatone Music est l’ancienne division classique de Phillips qui a été rachetée par ses cadres lorsque le fabriquant a décidé de s’en séparer. Depuis, le label s’est concentré sur le haut-de-gamme et propose un catalogue alléchant de SA-CD Hybrides non seulement basé sur le très riche héritage de Phillips, mais aussi avec des nouveaux talents, dont la violoniste Julia Fischer, jeune et jolie surdouée de 23 ans, dont on peut recommander le SA-CD Russian Violin Concertos avec des œuvres de Khachaturian, Prokofiev et Glazunov, ainsi que le coffret de sonates pour violon seul de Bach où elle joue comme un ange. Le label s’est attaqué à l’édition progressive de l’intégrale des opéras de Richard Wagner (vaste programme !) et le premier opus, le Vaisseau Fantôme (le Hollandais Volant en VO) dirigé par Marek Janowsky est prometteur pour ceux qui aiment la musique au long cours.

Enfin, mentionnons le label Alia Vox de môssieur Jordi Savall, ce spécialiste des musiques et instruments anciens qui s’est fait connaître du grand public avec la musique du film « Tous les Matins du Monde » d’Alain Corneau. Savall met un point d’honneur à recréer les musiques telles qu’elles étaient jouées à l’époque, ce qui peut parfois surprendre : si vous avez découvert les Concertos Brandebourgeois de Bach ou les œuvres de Monteverdi avec une interprétation moderne, vous risquez d’être déçu par le tempo et les sonorité égrillardes. De plus, il faut supporter la voix de sa chanteuse d’élection, Montserrat Figueras : comparez l’interprétation qu’elle donne du Chant de la Sybille avec celle de Lisa Gerrard du groupe Dead can Dance (aussi disponible en SA-CD). Mais on trouve dans son catalogue des vraies pépites à commencer par le coffret des œuvres de Marin Marais, et aussi la brillante interprétation de Rameau dans le coffret L’orchestre de Louis XV. Et, si vous en avez les moyens car le coffret est cher, l’histoire de Jérusalem racontée par ses musiques est remarquable. Ajoutons que Savall fait l’effort de soigner les pochettes de ses disques au moins autant que le son au surround discret.

Le label RCA réédite sa collection « living stéréo » en SA-CD Hybrides d’excellente facture. Il s’agit d’enregistrements anciens qui utilisaient un procédé de « stéréo étendue » donnant un effet surround avant l’heure. Je recommande particulièrement les Tableaux d’une Exposition de Moussorgsky par Fritz Reiner, un enregistrement de 1957 ( !) de toute fraicheur qui a la rondeur de son des amplis à lampes et une interprétation d’une fidélité à la partition inégalée.

Enfin, quelques titres en vrac :

· La Tempête de Sibelius interprétée par Okko Kamu édité chez BIS, qui a bien mérité son diapason d’or. On a envie d’enfiler un imperméable en entendant ça !

· Pour ceux qui aiment la musique un peu martiale, la symphonie no. 8 de Bruckner par Valery Gergiev chez LSO est à découvrir.

· Pour les petits budgets, les 5ème et 7ème symphonies de Beethoven par Carlos Kleiber chez Deutsche Grammophon se trouve à moins de dix euros. On peut l’acheter rien que pour le deuxième mouvement de la 7ème …

· Au rayon musique contemporaine, j’attendais beaucoup de Desert Music et Three Movements de Steve Reich par Kristjan Järvi, mais l’enregistrement en surround est pollué par une réverbération exécrable qui brouille tout. Reich est un des rares auteurs contemporain avec Arvo Part à avoir touché le grand public, il lui reste à trouver un bon producteur.

Rock et assimilés

Autant on trouve facilement des SA-CD classiques en magasin, autant pour le rock il faut mieux compter sur Internet pour se fournir. Et il faut parfois aller chercher loin… On va surtout trouver des rééditions de grands classiques (Rolling Stones, Genesis, Queen…) que d’artistes récents, Beck et Bjork étant des exceptions, et ils ne sont plus loin de devenir des classiques. Il y a des manques incompréhensibles (Jimi Hendrix, les Beatles…) et beaucoup de titres très difficiles à trouver (Zappa, Bowie…).

Commençons par le seul titre facile à trouver en magasin : Dark Side of the Moon de Pink Floyd, qui est depuis quarante ans le vinyle de référence de l’audiophile et qui le reste en SA-CD. Une mise en son et une créativité que le Floyd perdra malheureusement ensuite et un mixage surround efficace (le concerto de machines à sous au début de Money qui fait du ping-pong à travers la pièce). A moins d’être totalement allergique à Pink Floyd, c’est un disque de garde à posséder, il sera toujours bon dans quarante ans.

Au rayon des labels, Analogue Production, distribué par Acoustic Sounds déjà cité, réédite de nombreux classiques du Rock et du Jazz. Citons par exemple Tea for the Tillerman de Cat Stevens en SA-CD stéréo reproduisant fidèlement le son original de ce très bel album à dominante acoustique. Le label devrait d’ici la fin de l’année rééditer, entre autre, les albums des Doors.

Acoustic Sounds, encore eux, distribue aussi l’édition SA-CD ultra confidentielle de Wish You Were Here du Floyd dans un « long-box » superbe. Même si c’est ce disque qui m’a fait arrêter d’acheter du Floyd, il a ses amateurs et force est de constater que le lifting en surround est réussi, notamment dans des morceaux comme « Welcome to the Machine » qui n’est pas pourtant ce que le Floyd a fait de plus planant.

Difficile à trouver, Sea Change de Beck est un des rares disques récents conçus dès le départ pour le surround. Ce n’est pas mon préféré de Beck, je trouve Mutations plus éclectique et moins prévisible, mais ici l’ampleur du son et l’utilisation dramatique du surround avec des sons qui se télescopent ou paraissent traverser la pièce est remarquable. Attention, ce SA-CD n’est pas hybride, il faut obligatoirement un lecteur compatible.

Encore plus difficile à trouver, Ziggy Stardust de David Bowie est lui aussi un must. Le remixage surround permet de démêler une production originale un peu confuse. C’est particulièrement audible dans des morceaux comme « It Ain’t Easy » : le clavecin ne sonne plus comme un piano jouet sous les doigts de Rick Wakeman et on arrive à distinguer chaque instrument dans le couplet. Là aussi, un disque de garde.

Universal Music Japon a une politique volontaire de réédition de grands disques Rock qui respecte le son d’origine, avec ses qualités et ses défauts. Attention, il s’agit ici aussi de SHM-SA-CD non hybrides, non surround, sans bonus ni traitement cosmétique. Attention encore, si vous les commandez au Japon (par exemple sur CDJapan), vous risquez de payer des droits de douane en plus. Parmi ceux-ci, le catalogue des Rolling Stones, Eric Clapton ou Queen. Coup de cœur pour In the Land of Grey and Pink de Caravan, joli reflet d’une époque insouciante aujourd’hui révolue, une musique apaisée et mélodieuse dont certains passages (le solo de piano de la chanson-titre notamment) font passer les morceaux d’Air pour des plagiats. Ne pas confondre cette édition avec le coffret anniversaire qui inclut un remixe surround… malheureusement en qualité compressée, à éviter.

Genesis nous a fait l’honneur d’une réédition complète et de qualité de sa discographie sous un format mixte, un SA-CD Hybride et un DVD-Audio par album. Le remixage des premiers albums est superbe, le surround discret, les bonus copieux et en prime la version DVD-Audio de The Lamb Lies Down on Broadway s’accompagne d’un diaporama des images qui étaient projetées pendant le concert.

King Crimson, le seul groupe de Rock Progressif a avoir été respecté par les punks, s’est lui offert les service de Steven Wilson de Porcupine Tree pour remixer en surround leur discographie, et c’est à une relecture complète de l’œuvre qu’on assiste. Un album comme Lizard se découvre comme un nouvel album du King : on avait pas remarqué que c’était en fait… du jazz ! L’album In the Court of the Crimson King semble avoir pris du viagra, Starless and Bible Black est encore plus « sans étoiles et d’un noir biblique » même si le final coup-de-massue de Fracture a été remplacé par un crescendo plus subtil. Discipline offre un mixage qui met bien en évidence la complémentarité des parties de guitare de Fripp et Belew. Le tout est délivré en CD et DVD-Audio avec le mixage original pour comparaison et de nombreux bonus, incluant de rares vidéos du groupe, dont une provenant de la télévision française, merci l'INA. On attend avec impatience de pouvoir déguster des langues d’alouettes en aspic à la sauce Wilson.

Dans un autre style, Bob Dylan a lui aussi bénéficié de rééditions de qualité en SA-CD avec surround discret. Moins connu, le groupe allemand Can a lui aussi réédité l‘intégrale de son œuvre qui a été et reste encore novatrice et influente. Enfin, on trouve certains disques des Who en SA-CD avec malheureusement des partis-pris de remixage parfois agaçants. J’en oublie bien sûr…

Par contre, si on peut acheter du SA-CD classique les yeux fermés, ce n’est pas le cas dans le monde du Rock, ou certaines éditions frisent le foutage de gueule. Par exemple, Brother in Arms de Dire Straits dont l’original était dès le départ calibré pour le CD (enregistrement digital PCM 16 bits, une misère…) et dont la réédition SA-CD sonne… comme un CD ! Autre exemple : Fragile de Yes dont le son SA-CD est étonnamment moche avec un mixage surround qui n’apporte rien sauf peut être dans le morceau de Bruford, Five per Cent for Nothing, qui est aussi le morceau le plus court du groupe, moins d’une minute.

Pour terminer, même si le nombre de titres est en augmentation, on attend avec impatience le bon vouloir des maisons de disque pour pouvoir apprécier Led Zeppelin, Robert Wyatt, Frank Zappa ou Jimi Hendrix en haute définition. En France, on peut rêver de la réédition des albums de Manset (soyons fous : l’album blanc ?) ou de Magma (la batterie de Vander en surround, un fantasme) mais je crains que mes vinyles de ces derniers aient encore de beaux jours devant eux. Quand aux enregistrements qui ont été fait dans les années 80 en PCM 16 bits, c’est malheureusement sans espoir pour eux.

Jazz

C’est, avec la musique traditionnelle, le parent pauvre de la musique en haute définition. Là encore, Acoustic Sounds réédite des classiques de Miles Davies, John Coltrane ou Nat King Cole, mais c’est bien peu. Et pourtant c’est une musique qui s’y prête comme toutes les musiques acoustiques.

Voilà, je tiens à préciser que cet article n’a pas été sponsorisé par des maisons d’édition ou des fabriquants de matériel Hi-Fi, mais que je reste ouvert à toute proposition. 


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • Aldous Aldous 7 décembre 2011 12:20

    Vous oubliez un format qui a de nombreux avantages : la bande magnetique. J’ai personellement un bon vieux lecteur Revox B77, infatigable mechanique qui a longtemps peuple les ltudios professionels et qui se troive desormais a des tarif tres abordables d’occasion.


    Il cumule aux avantages d’une bande bassante confortable, d’un rapport signal/bruit excellent avec la posibilite d’enregitrement.

    Certes c’est encombrant mais c’est la le charme du vintage...

    Seul hic, les bande vierges deviennent rares et donc cheres.


    • Bernard Pinon Bernard Pinon 7 décembre 2011 16:36

      C’est vrai... sauf qu’on trouve rarement des bandes magnétiques pré-enregistrées, comme des vinyls ou des CD/SA-CD ou BD. Il faut donc que la source soit à la hauteur.


    • Aldous Aldous 7 décembre 2011 17:05

      C’est vrai, mais quand on connais quelqu’un qui a une platine on peut lui emprunter...

      D’ailleurs, en analogique, il vaux mieux faire ses enregistrement soi même que se fier à ceux des labels...


    • Aldous Aldous 7 décembre 2011 17:11

      D’ailleurs nombre d’amateurs qui avaient ce type de lecteur de bande dans le temps l’utilisaient pour enregistrer leurs vinyles, lesquels restaient bien à l’abri de l’usure et du chat...

      Avec l’avantage de pouvoir faire son propre montage au lieu de changer de disque toutes les 3 mn.

      Mais je parle d’un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaîîîîtreu...


    • Bernard Pinon Bernard Pinon 7 décembre 2011 17:49

      D’ailleurs, en analogique, il vaux mieux faire ses enregistrement soi même que se fier à ceux des labels...

      C’est vrai aussi en numérique ! J’ai numérisé de nombreux vinyls et j’obtient de meilleurs résultats que la version CD commerciale quasiment à tous les coups ! Certaines rééditions CD sont de véritables arnaques, quand on ne vous fourgue pas un repiquage vinyl avec les craquements en plus (Piccolo, Saxo et cie., Obsolète de Dashiell Hedayat, Faust Tapes de Faust...)

    • Scual 7 décembre 2011 14:00

      Il faut aussi préciser que si on a du mal à suivre un instrument précis tout au long d’un morceau c’est à cause des méthodes employées dans les studio. Le son est compressé à mort ce qui crée cet effet bouillie quand on droit à pas mal de son en même temps.

      C’est toute l’histoire de la loudness war. Le format CD n’est donc pas responsable de tout les problèmes. D’ailleurs les vinyls récents ont eux aussi leurs morceaux compressés à mort...

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_du_volume


      • wesson wesson 7 décembre 2011 14:31

        bonjour l’auteur,

        pour moi qui voit le mal partout, je pense que le SA-CD est une véritable arnaque, à beaucoup de point de vue.

        passons sur l’échantillonnage sigma-delta dont l’avantage réside principalement au niveau du coût de la mise en œuvre du convertisseur D/A qui est moindre. Par contre, l’arnaque se situe au niveau des mesures techniques de protection contre la copie. Au niveau numérique, ça n’a pas été pété plus par manque d’intérêt que par réelle difficulté. Par contre, au niveau analogique, les sorties d’un SA-CD sont protégés avec un système de type Cinavia, qui permettent d’empêcher la copie au niveau ANALOGIQUE.

        Et là c’est l’arnaque, car la protection consiste à effectuer un marquage de l’audio analogique qui soit assez discret pour qu’il ne soit pas audible, mais assez fort pour qu’une électronique puisse le détecter. Bref, et là je m’adresse particulièrement aux audiophiles pour lesquels une modification du signal analogique est un sacrilège, cette protection anti-copie du signal analogique qui est en standard sur les lecteurs SA-CD va tripatouiller le signal et donc y introduire un parasitage. Si vous achetez un SA-CD, ce tripatouillage du signal est garanti (ça fait même partie de la norme que doivent adopter les fabricants). Maintenant, que ça sonne pas mal même malgré cela, c’est une autre affaire - mon propos est de dénoncer une communication trompeuse sur la technologie, pas de dire que c’est de la merde.

        Bref, une platine SA-CD va vous retranscrire un signal modifié, tout en prétendant le contraire. Bref, une technologie qui aurait pu constituer un mieux-disant, mais que l’hystérie anti-copie des ayants droits à transformé en échec commercial cuisant. Les SA-CD sortent maintenant au compte goutte et vu les résultats actuels de Sony, le promoteur de cette technologie, il fait peu de doute qu’elle sera abandonnée comme son minidisc, mort pour des raisons à peu près similaires.


        • Bernard Pinon Bernard Pinon 7 décembre 2011 16:34

          Pour info, le verrou numérique du SA-CD a bien été « cracké ». Je n’étais pas au courant de la protection analogique, merci de l’info. Quand à l’échec du format, il a été plutôt dû au coût des lecteurs qu’autre chose et il est très relatif en classique tout du moins.


        • kanafloric 7 décembre 2011 14:43

          Merci pour cette mine d’informations...


          • Pelletier Jean Pelletier Jean 7 décembre 2011 15:35

            il est rare de lire des articles aussi documenté et pédagogue que celui-ci. Je n’ai rien a jouté que d’en remercier l’auteur.

            http://www.agoravox.fr/ecrire/?exec=articles&id_article=8469


            • Pelletier Jean Pelletier Jean 7 décembre 2011 15:36

              désolé pour le lien il y a une erreur je voulai dire :
              http://www.over-blog.com/profil/blogueur-984719.html


              • Switcher 7 décembre 2011 15:52

                Merci pour cet article édifiant. :)


                • Bernard Pinon Bernard Pinon 7 décembre 2011 16:29

                  ERRATUM : il s’agit de la symphonie no. 8 de Malher et non de Bruckner.


                  • snoid 7 décembre 2011 16:53

                    Bien vu l’article avec beaucoup de réferences qui me font penser que vous faites partie de la génération des 60’s ou 70’s.
                    Je veux juste rajouter que la qualité du son depend aussi de la source.Grosse différence entre un MFSL ou Speaker’s corner, labels qui gravent à partir des master tapes et plus pour MFSL en variant la vitesse de lecture lors du gravage.
                    Y’a pas photo entre sticky fingers en MFSL et un pressage vinyl de série fait avec des copies de master tapes).Pareil pout transformer de Lou Reed en speaker’s corner.ça sonne mortel et pourtant le son du pressage anglais que j’ai qui date des 70’s était très correct.
                    Recemment j’ai comparé breezin de Benson version standard vynil et MFSL,c’est le jour et la nuit.
                    La version MFSL original master tapes vous attrape les oreilles,présence du son,chaleur,l’impression que le gars joue en face de vous.Un pur plaisir meme si on n’aime pas.
                    Comme vous dites la batterie de Vander en surround ça doit donner meme si vu la puissance de Magma(Vander) ça donne déja monstrueusement sur un bon vinyl.
                    Bravo pour vos réferences rock,que du bon.


                    • Bernard Pinon Bernard Pinon 7 décembre 2011 17:30

                      Euh, la génération de la fin des ’50 en fait...

                      Effectivement j’ai zappé MFSL qui a pourtant un joli catalogue, merci de cette précision. 

                    • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 7 décembre 2011 19:07

                      Bravo et merci pour cet article qui m’a permis de comprendre les problèmes de spatialisation que j’avais avec les CDs et qui m’ont poussé vers le SACD, à ma grande satisfaction.


                      • Vingt-Huit 7 décembre 2011 20:29

                        Ah le 1812 Telarc en SACD ? Avez-vous essayé ? Je vais peut-être me laisser tenter après tout ..


                        • Bernard Pinon Bernard Pinon 8 décembre 2011 11:10

                          Non pas essayé, mais vu les critiques ça a l’air alléchant smiley


                        • herbe herbe 7 décembre 2011 21:55

                          Merci pour cette synthèse !!!


                          • redredsir 11 décembre 2011 13:23

                            Merci Bernard !

                            Si j’ai l’oreille parfaite (trop fainéant pour faire musicien...),les deux sont celles d’un chaudronnier (né en 59 aussi...),et ma bande passante sans doute pleine de trous...
                            De toutes façons j’ai toujours écouté fort,sauf jeune dans les soirées pétard psyché-philo,et que l’on s’aperçoit le lendemain que l’ampli a fini sur thermostat 0,5 avec une acuité auditive formidable du coup avérée...

                            Alors SACD me disait quelque chose,je croyais en avoir plein ! fébrile j’ai fait le tour de ma collec pourtant importante:bernique !
                            Trouvé un seul:trick of the tail de Genesis,et c’est pas si facile de trouver les lettres ADD,DDD et autre AAD,près de la moitié ne m’indique rien,surtout les ricains (ex:une trentaine de Zappa...).
                            Ou bien je n’ai pas su chercher ? à la loupe pourtant...

                            Si j’ai bien compris,de toutes façons,ma TEAC CD P1100 de 20 ans d’âge (géniale pour 900 francs !)ne permettrait pas de confirmer votre enthousiasme,ni sans doute l’ampli Pioneer A-109...

                            Tant pis,mais vous m’aurez au moins permis ce matin,de ne pas me prendre la tête sur les forums politiques,et d’envisager ma réinscription à la médiathèque (mediaouèque pancarté qu’y z-ont osé les bretonnants ici !).

                            Quant aux vinyles (que je ne sais plus où ranger) d’accord avec vous pour leur supériorité en général,mais il faut se lever plus souvent...

                            « Music is the best » et bon dimanche !

                            P.S : y a un DVD bonus avec le trick of the tail,je l’ai jamais regardé,c’est grâce à vous que je vais réparer cet oubli !


                            • zelectron zelectron 11 décembre 2011 17:39

                              Excellent ! c’est vraiment un très bon article de synthèse, il y manque cependant la clé de voûte, c’est à dire les enceintes elles-mêmes ...


                              • MKT 11 décembre 2011 22:08

                                Bonjour à l’auteur.


                                Je suis tombé sur un article de Cuk.ch qui parle de Qobuz.

                                Sur ce site il est possible d’acheter des albums en qualité master, c’est à dire 96 Khz et 4 bits.
                                Le site qobuz assure que les fichiers viennent directement des studios et ont servis à la production des cd.

                                Qu’en pensez vous ?

                                • Smetana Smetana 11 décembre 2011 23:32

                                  Merci Bernard Pinon pour votre excellent article.

                                  J’ai une question qui vient en complément de cet article concernant le matériel audio à utiliser.

                                  Je suis en train de définir une centrale numérique (ou media center) construite autour d’un PC dont les 2 périphériques principaux sont un grand écran et un ampli audio associé à des enceintes.

                                   Le PC sera un HFX mini ou classic de Mcubed doté d’un lecteur/graveur de BluRay et d’un disque de 1 To.

                                  L’écran sera un Samsung 46 pouces, HD, 3D.

                                  La partie audio me pose un problème car il s’agit de concilier l’écoute de musique et l’écoute des canaux audio associés à une vidéo (home cinéma). L’idéal serait d’avoir 2 équipements différents mais j’ai écarté cette possibilité à cause du coût, de l’encombrement et du WAF (Wife Acceptance Factor). Donc un ampli audio et un jeu d’enceintes.

                                  Pour l’écoute de musique, à priori, 2 canaux suffisent (G et D) et il faut des enceintes de bonne qualité. Pour la partie vidéo, je ne peux pas installer des enceintes arrière. Je me contenterai d’une voie centrale (à côté de l’écran) pour les dialogues des films vidéo et des 2 voies latérales G et D.

                                  Le matériel suivant vous semble-t-il un bon choix (budget 660 € environ) ?

                                  - Ampli audio : Onkyo TX-SR309

                                  - Enceintes latérales (droite ou gauche) : Monitor Audio MR2

                                  - Voie centrale : Monitor Audio BX Centre

                                  Merci

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires