• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > La symphonie Youtube

La symphonie Youtube

Deux heures et demi de frissons musicaux : ce fut l’avènement de la symphonie Youtube le 15 avril 2009 au Carnegie Hall de New York. Le projet fut organisé par Michael Tilson Thomas, ce chef d’orchestre qui se consacre à offrir la musique classique à un plus large public, et parrainé par le compositeur chinois Tan Dun (notamment compositeur pour le film Tigre et Dragon).

Leur pari d’un orchestre créé en ligne grâce à 3000 auditions, effectuées dans 70 pays, s’est révélé une réussite. 96 musiciens avaient été sélectionnés parmi différentes nationalités. Peu d’entre eux vivaient de leur musique et avaient jamais espéré jouer dans ce lieu prestigieux. Le foyer d’un orchestre prenait pour un soir les dimensions de la planète.

Contrairement à toute habitude, les applaudissements explosent entre chaque morceaux, tandis que des compositions de différentes parties du monde, de différents siècles sont jouées dans un ordre défiant toute chronologie. Chaque fois, l’image des continents est projetée sur le plafond en fonction de l’origine des compositeurs, ainsi que des vidéos présentant les musiciens sélectionnés.

Soudain le chef d’orchestre Michael Tilson Thomas se retourne face au public  ; les trompettistes jouent Giovanni Gabrieli, compositeur du XVIe siècle italien, depuis les loges côté cour et côté jardin, distributant les sons dans l’air. Les gestes de Michael Tilson Thomas deviennent de grands mouvements d’offrande.

En vidéo, des visages de femmes se fondent par morphing les uns dans les autres dans de savants mouvements de haut en bas et de droite à gauche tandis que le jeune Joshua Roman interpéte seul la
Sarabande de la suite numéro 1 en G majeur de Bach au violoncelle : http://www.youtube.com/watch?v=nUDIoN-_Hxs

 


Bonheur crescendo dont La symphonie internet numéro 1 de Tan Dun, qui est le symbole de ce projet  : http://www.youtube.com/watch?v=Tqiro1kdRlw. Intitulée Eroica, Tan Dun déclare l’avoir composée pour les héros et surtout le héros au fond de chacun de nous. Mêlant enjoliveurs de voiture et orchestration classique, Tan Dun en une symphonie cherche à remythifier l’homme et le monde.

 

 

Un autre moment d’intensité nous est offert par la pianiste Yuja Wang qui interprète le Scherzo du concerto numéro 2 en G mineur, op.16 de Prokofiev dans une exécution aussi précise, qu’affolante et audacieuse. Un clavier virtuel serpente à toute allure sur les murs. Elle ajoute pour le plaisir du public "Le vol du bourdon" de Rimsky Korsakov. 

Puis juxtaposition insolite d’un Debussy, extrait des Nocturnes, interprété avec délicatesse sur un sol de nuages mouvants, et d’une Aria avec Renga de John Cage. Celle-ci se fonde sur des improvisations de l’orchestre, accompagnées par la soprano Measha Brueggergosman dans une pluie de sons et de langues différentes, et un saisissement de tous les sens.

Le public applaudit, debout. Cette expérience d’une musique globale a gagné un public large, de tous âges, attiré par l’inédit et aussi le prix des places très démocratique... Loin d’être un simple un enjeu commercial, la passion de tous les artistes présents était palpable dans la salle. L’orchestre symphonique Youtube a fait surgir sous un jour renouvelé Brahms, Rachmaninoff, Wagner, Mozart, à travers le contexte de notre vie présente, et découvrir des compositeurs innovants comme le san franciscain Mason Bates qui réalise une performance électronique au clavier de son ordinateur ou l’étonnant Heitor Villa-Lobos aux couleurs de musique brésilienne. Le chef de l’orchestre symphonique de san Francisco Edwin Outwater vint conduire également plusieurs morceaux dans la soirée. Lui-même soutient de jeunes compositeurs talentueux comme cet autre san franciscain Nathaniel Stookey.

On peut bien sûr s’interroger sur la sélection des musiciens en ligne ou arguer qu’un orchestre a besoin de jouer ensemble de longues années pour qu’une harmonie supérieure se crée. Néanmoins, cet orchestre a su servir la Musique classique et la faire résonner en nous, dans toutes les dimensions de notre vie. Et elle peut se revivre aussitôt en ligne sur Youtube : 

 http://www.youtube.com/watch?v=ueJcRmfweSM (Acte I)

 

 

et http://www.youtube.com/watch?v=6cS653udPCM&feature=channel (Acte II). 

 

 

Alors toutes les connexions intimes et internet se rejoignent. 

Laureline Amanieux © 


Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • NicolasRjsk 20 août 2009 11:54

    La sélection par internet de musiciens pour constituer un orchestre symphonique est quelque chose qui me dépasse totalement. Professionnelement ça ne vaut rien, ce n’est rien d’autre qu’un énorme coup de pub pour faire parler d’un évenement unique. Certe c’est un évenement sympathique, mais cela ne reste qu’un évenement unique, solitaire et déja oublié.

    Ce qui est vraiment utile, c’est le travail de fond auprès des publics sur le plan local et international, et cela seuls les orchestres implantés dans la cité ou le pays peuvent le faire . Le youtube orchestra c’est un peu comme andré rieux, l’arbre derrière lequel on cache la forêt, l’alibi culturel du gandin qui ne va jamais au concert et qui se gargarise bruyament du dernier coup médiatique.
    Dommage que nos médias chéris ne se focalisent pas plutôt sur les orchestres français presque agonisant comme celui d’Avignon, ou ceux qui licencient comme aux Etats Unis ou ceux qui recrutent et qui tentent de se faire une place comme celui de Doha.

    • Laureline Amanieux Laureline Amanieux 20 août 2009 21:29

      Je comprends tous ces arguments. Il y a un bon article de Nathalie Krafft, la journaliste musicologue, sur son blog qui pèse les pour et les contre sans prendre parti. Pour y avoir assister en direct, je suis absolument pour. Malheureusement la vidéo du récital sur Youtube ne rend pas justice à la soirée musicale elle-même, et donne davantage de plaisir je crois à ceux qui y ont assisté et veulent en retrouver quelques instants, qu’à ceux qui n’ont pu y assister. Idéalement, il faudrait qu’un tel orchestre se retrouve encore et encore, puisse parfaire un entraînement ensemble et faire connaître le récital dans d’autres villes. Merci en tous cas pour vos commentaires ! 


      • rocla (haddock) rocla (haddock) 21 août 2009 13:18

        Rien que pour cette sarabande exquise , merci Laureline ....


        You are the one for me for me formidable .


        • rocla (haddock) rocla (haddock) 21 août 2009 13:41

          J’ viens d’ avoir Bellini au tél , il m’ a dit texto que c ’était une excellente idée et qu’ il a le projet de faire monter Norma à la gare Saint Lazare , 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès



Partenaires