• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « Le Grand soir », c’est maintenant !

« Le Grand soir », c’est maintenant !

Le clan Bonzini, plus précisément les parents, tient le restaurant « La Pataterie » dans une zone commerciale. Les deux rejetons de la famille, Not le punk rebelle et Jean-Pierre le vendeur de literie, vivent aussi dans cet endroit sinistre où règnent les grandes surfaces, les panneaux publicitaires atroces, les crédits à la consommation et les consommateurs hébétés. Quand Jean-Pierre est licencié, les deux frangins se retrouvent. Sur fond de désespérance sociale, ils décident de s’unir pour faire souffler un vent de fraternité et de révolte dans une société normative et agressive, ne voulant plus d’eux. Ainsi, Le Grand soir, c’est l’histoire d’une « famille de ploucs » qui décide de faire la révolution à sa manière.

Bon film que ce Grand soir réalisé par le fameux duo grolandais Delépine et Kervern, après Aaltra (2004), Avida ((2006), Louise-Michel (2008) et Mammuth (2010). On craignait un film qui ne serait qu’une succession de saynètes décalées mais, heureusement, il ne se limite pas à cela, il fait preuve d’une assez bonne construction scénaristique et d’une ambition cinématographique, même si le milieu du long métrage s’enlise dans des embardées campagnardes ou « foraines » un peu vaines, un peu gratuites, un peu poseuses. Et, étonnamment, on a bien affaire à un film de cinéma. On aurait pu craindre un simple filmage télévisuel, car on associe ses deux auteurs-trublions à un univers cathodique, mais il s’agit bel et bien d’un film de cinéma, peu découpé, à l’inverse du cinéma très BD, voire cartoonesque, d’Albert Dupontel : Le Grand soir donnant la part belle, façon Kaurismäki, aux plans larges, aux jeux d’acteurs en plan-séquence et aux trouvailles visuelles ; souvent, comme dans un film burlesque signé Chaplin, le premier plan du cadre est occupé par l’un pendant que l’arrière-plan est nourri par l’autre, comme dans la scène réussie où Not tente de « vendre » le CV de Jean-Pierre à une employée de magasin pendant que son frère, en roue libre au fond de l’écran, s’en prend à des ballons gonflables multicolores. Le film « respire bien », tout n’est pas surligné, prémâché, cadenassé, c’est aux spectateurs de se promener dans l’espace du cadre pour y chercher les gags, comme on le fait lorsqu’on regarde un film de Tati, prenons Playtime par exemple, ou qu’on parcourt une mise en page ludique du bédéiste retors Gotlib.

Et toujours au rayon de l’invention graphique, Le Grand soir joue habilement avec les différents registres d’images, intégrant dans son déroulement même des images de vidéosurveillance qui, en même temps, qu’elles nous parlent d’un monde contemporain adepte de la traçabilité permanente, jouent habilement avec la spatialité rectiligne et la neutralité asphyxiante des grandes surfaces commerciales. Car, au-delà de sa charge attendue, et somme toute assez facile, contre la société de consommation, Le Grand soir a pour lui de capter avec finesse l’ennui profond et le calme plat, au bord de l’endormissement général, qui planent dans les centres commerciaux et sur les aires de parkings de supermarché. Bien sûr, les mots prononcés nous y aident, comme ceux du « réglementaire » Jean-Pierre (« C’est un des rares endroits au monde où tu peux te promener dans des bâtiments aux normes, avec des gens aux normes, entourés de produits aux normes. ») ou du plus vieux punk à chien d’Europe Not (« J’ai réfléchi à ce que tu m’as dit. Que les gens viennent ici pour chercher la vie. En dormant, je me suis dit – t’as raison. Venir chercher un peu de fraîcheur quand il fait chaud, un peu de chaleur quand il fait froid. Bah, je me suis dit – Ca, c’est bien. Pourquoi est-ce que je serai le seul con à rester en centre-ville ? Je viens faire mes courses ! ». Mais, au-delà des paroles entendues, les images aussi, suivant les errances de nos deux pieds nickelés et les cheminements sans surprise des ménagères de 50 ans qui tracent leur route avec leurs caddies remplis de « produits de merde », nous font ressentir un monde marchand asphyxiant qui, si l’on s’en tient à ses directives, est désespérément plat et absurde.

Le Grand soir capte la vie morne des supermarchés sous cloche, ou sous vidéosurveillance [le film a été tourné dans un énorme centre commercial d’Angoulême], comme le très bon film de Cantet, L’Emploi du temps (2001), adapté du roman L’Adversaire de Carrère librement inspiré du cas Jean-Claude Romand (faux médecin à l’OMS), montrait la mornitude, et merditude, des choses urbaines et salariales. On y voyait un homme, sans but, errer sur les aires d’autoroute. On y sentait admirablement le gouffre mental d’un homme, Vincent, consultant en entreprise licencié, qui se perdait dans les limbes d’un espace neutre (les zones de transit) où… personne ne l’entendait crier. Il en est de même dans les zones commerciales du Grand soir : la quête frénétique de l’avoir (le dernier effet surround, le dernier matelas high-tech…) phagocyte l’être ; les individus étouffent sous les masses, les meutes ; les humains ne sont plus que des consommateurs décérébrés et des propriétaires qui pensent posséder leur maison alors que celle-ci est avant tout, crédit oblige, à leur banquier. Cette inertie, ça fait peur, on se croirait bientôt dans un film de zombies ! De la même manière qu’un film d’horreur de George Romero est un état des lieux de la société américaine des seventies et eighties, Le Grand soir, sous ses dehors pétaradants de film comique populaire (avec la barock’n’roll Brigitte Fontaine en « sorcière qui fume dans la forêt »), est une comédie sociale bien désillusionnée sur notre temps présent, croulant sous les oukases consuméristes et la Société du spectacle. Derrière le tandem comique du film (les sympathiques Poelvoorde-Dupontel), il y a deux clowns tristes attachants qui tentent désespérément d’allumer le feu de l’insurrection. Mais en vain. Malgré le succès du fameux Indignez-vous ! de Stéphane Hessel et la percée récente du Front de gauche de Jean-Luc Mélenchon, Gustave Kervern et Benoît Delépine semblent bien pessimistes. Le monde amorphe et kafkaïen, dans lequel nous fait baigner un consumérisme à gogo nous maintenant dans le formol, semble guère ouvert à l’humain et au changement. Ainsi, terrible et édifiante est la scène où l’on voit un pauvre mec, à savoir le vendeur de literie qui vient de perdre femme et job, s’immoler dans un supermarché sans que personne ne réagisse : il faudra attendre que ce soit le système d’alerte incendie du magasin qui se mette en branle pour que la flotte vienne sauver ce laissé-pour-compte dont tout le monde se fiche !

Puisque, selon Delépine & Kervern, les indignés et le fameux Grand Soir, qu’on associe à une révolution où tout est possible, ne sont pas au rendez-vous, ces derniers misent, comme l’on pouvait s’y attendre, sur un dernier baroud d’honneur, un ultime geste de panache. Nos deux trublions, Not et Dead, alias Jean-Pierre, aidés de leur paternel, piquent des lettres de grandes enseignes pour former sur un talus un « We are not dead » romantico-punk sur fond de « no future ». Ce n’est pas forcément le meilleur du film, c’est assez convenu comme finale ; de même que les scènes répétitives de concert (onirique ?) avec le yéyé-punk Didier Wampas n’apportent pas grand-chose au film. Ca lui donne même, avec ses guest stars tout de même bien introduites dans le système mercantile (les Wampas, Brigitte Fontaine…), un coté « bobo révolté » un poil gênant. Malgré ces réserves (quelques longueurs, un côté punk autoproclamé), Le Grand soir, avec sa poésie destroy et son parfum trash de rébellion salutaire, reste un bon film, à cheval entre Chaplin et Gotlib, du 4 sur 5 pour moi ; il est loin d’avoir volé son Prix spécial du Jury à Cannes. Car, on l’a vu, en plus d’ouvrir des perspectives sociétales intéressantes, il est souvent très drôle (notre Gégé national est excellent en devin d’opérette et la scène du mariage parasité est vraiment cocasse). Enfin, le plaisir que l’on devine chez les deux acteurs principaux à jouer leurs personnages de marginaux (Poelvoorde, toujours excellent dans la surchauffe ! Dupontel, toujours extra dans le pétage de plombs !) est suffisamment contagieux pour faire de ce Grand soir un objet filmique bien attachant. Bref, que demande le peuple ? 


Moyenne des avis sur cet article :  4.06/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • Fergus Fergus 9 juin 2012 09:24

    Bonjour, Vincent.

    Je prends note de cette bonne critique mais avec la plus grande circonspection, eu égard aux derniers opus du duo : le médiocre Mammouth et le très mauvais Louise Michel que la présence de l’excellente Yolande Moreau ne parvenait pas à sauver du désastre. Puisse ce dernier film se montrer à la hauteur de l’excellent film de Groeningen, La merditude des choses.


    • ALasverne ALasverne 9 juin 2012 21:35

      Critique qui donne envie. Mais peut-être emporté par l’enthousiasme, l’auteur nous affirme que le film ouvre « des perspectives sociétales intéressantes », alors qu’on croit comprendre le contraire avec le reste de l’article ciblant le message plutôt convenu, attendu même, du film, sur la désespérance sans solution du consumérisme. Ou ai-je raté un épisode ?..


      • jacques jacques 10 juin 2012 10:24

        Après avoir lu la critique ,une seule chose,une envie de fuir .
        J’ai l’impression que je vais me retrouver face à un film intello sur la beaufitude en délire et le mépris (au second degré ) qui va avec .
        Je suis allé voir les critiques spectateurs sur allociné et elles sont plus mesurées .


        • jourdan 10 juin 2012 10:29

          J’ai rarement vu un film aussi nul.
          Des personnages pathétiques plus qu’attachants. DE sparents au cerveau grillés ( Brigitte Fontaine joue la mère)
          Un punk qui piccole, vomit et dont la pensée vole au raz des paquerettes., qui profite de la détresse morale de son frère, pour lui graver sur le front un jour de beuverie « DEAD » et lui disant « je te libère du joug du travail »
          Une humanité lamentable, pas de dialogue, des images filmées n’importe comment, pas d’histoire... RIEN un film creux !! Du snobisme !
          Si on compte sur les alcolos au cerveau grillé pour faire la révolution, on pourra attendre longtemps.

          Il ne suffit pas du citer le titre « l’insurrection qui vient » pour faire un film.
          J’ajoute que la scène sur l’affiche ne fait même pas partie du film !

          C’est un film nul, une véritable arnaque. Un truc filmé par des ados attardés.


          • Vincent Delaury Vincent Delaury 10 juin 2012 10:35

            jourdan : « J’ajoute que la scène sur l’affiche ne fait même pas partie du film ! »
            Ca arrive souvent ça !
            C’est du teaser, une astuce commerciale.
            Ce n’est donc pas vraiment un argument...

            Pour le reste, libre à vous !
            Cdlt,
            VD


            • reprendrelamain reprendrelamain 10 juin 2012 23:40

              Je suis allé voir le film hier soir et je dois avouer que je suis resté sur ma faim...J’avais beaucoup aimé Mammouth et Louise Michel et j’aurais vraiment voulu apprécier celui là car le cinéma que propose Delépine & Kerver est intéressant compte tenu de leurs moyens. Le message envoyé est clair mais il traité sans génie, sans esprit, sans humour et sans talent...dommage.


              • CorsairePR CorsairePR 11 juin 2012 10:25

                Le Grand Soir réussit à ne pas tomber dans la facilité de l’humour à répétion ou dans un moralisme affligeant auquel nous sommes trop habitués, alors effectivement il y a des longueurs, effectivement, j’attendais plus, effectivement Poelvoorde est trop blasé mais néanmoins ça fait plaisir de voir un film qui sort un peu de l’ordinaire !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires