• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Les femmes dans la Révolution russe

Les femmes dans la Révolution russe

 « Les femmes dans la Révolution russe »

de Jean-Jacques Marie

28 septembre 2017

Editions du Seuil

 

Ces femmes qui ne seraient pas des personnes d’après un vieux proverbe russe ont été les premières à faire grève le 21 février 2017 (soit le 8 mars d’après le calendrier grégorien).

C’est la journée internationale des droits des femmes qui voit les ouvrières de plusieurs usines du textile de l’arrondissement de Vygord à Pétrograd, descendre dans la rue pour protester contre la vie chère et leurs conditions de travail et de vie.

Dès les premières pages, l’auteur nous emmène au cœur du combat des femmes et des ouvrières, montrant qu’elles ont été, à la pointe du combat, désobéissant par là-même aux consignes de leur parti.

Ce n’est pas la première fois que le parti bolchevik sera pris de cours et devra adapter sa politique au mouvement des masses.

Dans ce livre, Jean-Jacques Marie nous fait traverser toute la période historique qui va des premières grèves, à la stalinisation du pays en passant par la révolution d’octobre.

Ce n’est ni une ré-écriture, ni un réaménagement d’un récit-analyse que l’auteur nous propose mais une étude historique, vivante et passionnante du combat des femmes et de la révolution russe.

La condition des femmes à la veille de la révolution, particulièrement dramatique est décrite :

« Ainsi celle qui est enceinte ne peut quitter son travail que lorsqu’elle ressent les premières contractions et doit le reprendre dès le lendemain de l’accouchement, sous peine de se voir infliger une amende ou d’être licenciée »

La femme est exploitée, surexploitée en ville et à la campagne, subissant le double joug, celui du travail et celui du ménage, de la tenue de la maison.

Elles se mobilisent luttent pour la révolution et le socialisme mais il leur est difficile d’assister aux réunions, d’y prendre la parole.

Avec obstination, des femmes militantes vont faire avancer la société et les partis où les contradictions sont fortes entre un discours théorique et une pratique qui ne rompt pas toujours avec les schémas traditionnels.

Nous découvrons de grandes militantes, qu’elles viennent de la petite bourgeoisie radicalisée épousant à la fin du 19ème siècle le populisme et la violence individuelle, voire le terrorisme ou qu’elles militent dans un parti ouvrier, menchevik ou bolchevik.

Il ne s’agit pas pour Jean-Jacques Marie de magnifier un groupe et même un parti mais de faire œuvre d’historien.

Le lecteur va découvrir la réalité sociale de la révolution, ses avancées mais aussi ses reculs.

Même dans les régions reculées où le système patriarcal est très fort , qu’il soit sous influence musulmane ou orthodoxe, les femmes vont se libérer et prendre leurs destinées en main.

Les lois dites sociétales aujourd’hui comme le droit au divorce et à l’avortement seront des avancées considérables, la Russie étant première au monde dans de nombreux domaines dans la phase ascendante de la Révolution et même durant la guerre civile avant que la nuit stalinienne ne s’abatte sur ce pays.

Le lecteur est pris dans le récit et ne se noie jamais malgré les apports et détails donnés parce que l’auteur sait raconter, c’est-à-dire captiver son public tout en proposant une analyse rigoureuse.

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  2.39/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • sarcastelle sarcastelle 8 octobre 21:15

    A ces hommasses, permettez-moi de préférer Alexandra Féodorovna qui passa trois années de guerre en costume d’infirmière inlassablement au chevet des blessés de guerre. On sait comment elle en fut récompensée, elle et ses quatre filles. 


    • nono le simplet nono le simplet 9 octobre 07:32

      @sarcastelle
      et aussi son fils Alexis, hémophile célèbre ...


    • Laulau Laulau 9 octobre 08:47

      @sarcastelle

      Admirable ! Surtout qu’en plus, elle trouvait le temps de se faire tirer par Raspoutine.


    • sarcastelle sarcastelle 9 octobre 09:26

      @nono le simplet

      .
      Il n’était pas infirmière. 

    • nono le simplet nono le simplet 9 octobre 09:46

      @sarcastelle
      je pinaille mais ses 4 filles non plus ...

      seules les deux plus grandes ont été infirmières avec leur mère ...

    • CN46400 CN46400 9 octobre 10:06

      @sarcastelle

      C’est vrai , elle soignait les blessés sur lesquels faisaient tirer ses oncles prussiens, victimes évidentes de la guerre commandée par son mari. C’est du même tonneau que la brioche de Marie Antoinette....


    • Christ Roi Christ Roi 9 octobre 15:47

      L’auteur a senti le bon filon financier : parler des femmes ou des homos, c’est porteur aujourd’hui. Cela permet de se faire une place dans le paysage médiatique, surtout si on tape sur les cathos et les males, alors là, c’est le jackpot


    • Jonas 8 octobre 22:11

      La révolution russe, probablement la plus grande catastrophe de l’Histoire de l’Humanité ayant engendré plusieurs dizaines de millions de morts en moins de 50 ans.


      • MahlerRaptor 8 octobre 22:33

        @Jonas
        La propagande bourgeoise a de beaux jours devant elle^^. Cela dit on va bientôt fêter les 100 ans de la révolution d’octobre, faut bien se préparer à démolir la seule vrai révolution prolétarienne qui ait eu lieu dans l’histoire(avec peut être la hongroise mais elle fut si vite écrasée et l’allemande en 1919, à aucun moment le pouvoir fut pris)


      • Jonas 8 octobre 23:07

        @MahlerRaptor « Cela dit on va bientôt fêter les 100 ans de la révolution d’octobre, faut bien se préparer à démolir la seule vrai révolution prolétarienne qui ait eu lieu dans l’histoire »


        Avec ses camps de travail et ses camps de concentration.
        Viva la revolución !

      • CN46400 CN46400 9 octobre 09:39

        @Jonas
        Catastrophe, c’est vrai, surtout pour les aristo russes qui ont dû se reconvertir en chauffeur de taxi à Paris. Et pas de chance Uber n’existait pas encore....

         Par contre, nouveauté pour l’époque, les femmes ont décroché le droit d’avorter, (Décret de Lénine 8 mars 1918)


      • CN46400 CN46400 9 octobre 09:43

        @Jonas

        Pour une fois que les bourgeois devaient, comme tout le monde, transpirer pour vivre, c’est dommage que çà n’ait pas vécu plus longtemps...


      • Julien30 Julien30 9 octobre 11:06

        @CN46400
        Ha un nostalgique assumé des camps, le bel humaniste que voilà. Allez avouez on est entre nous, que l’on aligne quelques centaines de ces salauds de bourgeois pour des pelotons d’exécution cela vous ferait plaisir, non ? 


      • JP94 9 octobre 19:26

        @CN46400

        et aussi pour les petites cervelles ...

        Les femmes ont eu les mêmes droits que les hommes y compris celui d’étudier car sous le tsarisme elles étaient mineures et l’accès aux études leur étaient fermé. ( voir le cas de Sophia KovalevskaÏa)

      • CN46400 CN46400 9 octobre 19:32

        @Julien30

        Absolument pas, mon problème avec la bourgeoisie, ce n’est pas l’air que ses membres respirent, c’est qu’elle accapare, sans travailler, un max de richesses produites par les prolos. Les bourgeois c’est comme les chômeurs, de la perte de force de travail préjudiciable à l’ensemble de la société qui a intérêt à faire travailler tous ces membres, aptes au travail évidemment. Mes les chômeurs ne sont pas volontaires pour chômer, nuance avec les bourgeois.......


      • JP94 9 octobre 21:35

        @CN46400

        Il confond la Bourgeoisie en tant que classe et la bourgeoisie en tant que spécimen Homo sapiens.
        Va falloir tout reprendre à zéro.

      • Bernie 2 Bernie 2 8 octobre 23:03

        Super article, comme on attendait plus. Du grand Chalot, je n’y croyais plus. Quand je vous ai vu l’autre jour dans le bus, gênant tout le monde avec votre pancarte contre les apl, ne cédant même pas votre place, je me suis dis : tartuffe !!

        Mais non, je me trompais, vous êtes un phare de connaissance. Je vous aime Chalot.


        • nono le simplet nono le simplet 9 octobre 07:36

          Ce n’est pas la première fois que le parti bolchevik sera pris de cours et devra adapter sa politique au mouvement des masses.

          ça, pour s’adapter il a fallu qu’ils s’adaptent ...
          déjà, en s’appropriant une révolution qui n’était pas la leur ...

          • bob14 bob14 9 octobre 11:18

            Une révolution ?
            NON..la mafia qui prend le pouvoir...Le peuple l’à eu profond.. !


            • Orageux / Maxim Orageux / Maxim 9 octobre 11:34

              Rien que l’affiche me fait marrer !!! .....Mélenchon n’est pas invité ? Il est fringué comme Staline dans ses meetings en promettant le grand soir ...

              Chalot et ses comparses oublie les déportations, massacres, famines engendrées par le communisme ,...

              Budapest en 1956 par exemple quand les chars soviétiques tiraient dans la foule et écrasaient femme, enfants, vieillards et gens ordinaires qui manifestaient pour un peu plus de liberté ....

              Tandis qu’Aragon disait qu’il fallait ramener les brebis égarées dans le droit chemin !

              Montand et Signoret , artistes communistes roulant Rolls et habitant château avaient tout de même été choqués de cette intervention musclée sur une foule d’innocents !!!Mais sans plus smiley


              • Spartacus Spartacus 9 octobre 13:08
                Quel décalage ignoble des enfumés Marxistes prêt a légitimer avec n’importe quel détail hors contexte la terreur pour tous de la dégeulasserie de leur idéologie abjecte...

                La femme est exploitée, surexploitée...
                Et elles sont passées d’exploitées d’une société paysanne à terrorisées dans une société communiste....
                Quel progrès !

                Et les bourgeois, les paysans, les opposants politique, les syndicalistes, les artistes, les commerçants, les prêtres, les ennemis de classe....

                Pour eux il n’ont pas été "exploités, ils ont étés juste entre 400 000 et 1 million sans procès de zigouillés et envoyés dans des camps....

                Quel humaniste extraordinaire cette révolution....
                Vous comprenez ma bonne dame...Les femmes ont obtenu le divorce, pendant que leurs maris ont obtenu le goulag....

                Les cocos des décalés obscènes en éternel déni et d’excuse de la réalité d’une idéologie a gerber..



                • JP94 9 octobre 19:30

                  Bon, pour ma part, quant à la Révolution russe, je ne me fie pas aux avis des simplets bien nommés, mais aux Russes et ex-Soviétiques : et là autre son de cloche : toutes les Russes que je connais ont fait des études supérieures poussées, ( ingénieurs , médecins ... ) et sont fières de leur Révolution .


                  Ils trouvent débiles et ignorants les Occidentaux qui les critiquent et à mon avis les Russes en savent plus sur leur pays que les médias et les simplets.

                  Evidemment ; les Russes blancs sont bien introduits ici et ne rêvent que de revanche ... on les idrait sortis d’un tableau du 19ème siècle je pense qu’ils doivent même regretter l’abolition du servage.

                  • Spartacus Spartacus 10 octobre 09:09

                    A quand l’éloge de MussolinI parce qu’avec lui les trains se sont mis à être à l’heure ?



                    • Samson Samson 10 octobre 23:13

                      « Ces femmes ... ont été les premières à faire grève le 21 février 2017 (soit le 8 mars d’après le calendrier grégorien). »
                      A moins bien sûr que vous n’évoquiez la valeureuse « Révolution » du giton de Rothschild et la victoire du CAC40 terrassant le peuple de France et ses hordes de feignants inamendables, auquel cas - rétif tant aux selfies et au narcissisme ambiant qu’aux joies du lynchage en meute, n’ayant en conséquence pas l’honneur d’être inscrit sur Facebook ou Twitter - j’aurais bien malencontreusement loupé la grève de ces dames, la révolution bolchevique, c’était pas plutôt en 1917 ??? smiley

                      Si même l’histoire officielle a largement occulté leur rôle, le soutien des femmes a toujours été d’un poids déterminant dans le succès des grandes gréves et conquêtes ouvrières.
                      Bref, si les femmes ont amorcé le mouvement, pas étonnant que la révolution bolchevique ait réussi (La suite est évidemment une autre histoire).

                      Parmi les nations belligérantes de la seconde guerre mondiale, si même elles furent ensuite renvoyées à « leurs » casseroles pour ne voir leur rôle finalement reconnu qu’en 1954 par Brejnev, les femmes soviétiques ont été les seules volontaires à intégrer des unités d’active (aviation, snipers, ...), plutôt que de soutien logistique (transmissions, radar, unités médicales, ...).

                      Hommage à elles et merci à vous pour la référence !


                      • Samson Samson 11 octobre 00:27

                        @Samson
                        PS :
                        Existe-t-il, auriez-vous ou quelque lect(eur-rice) connaissance d’un ouvrage de même type - même si l’un n’empêche pas l’autre, d’une rigueur plus historique que militante - concernant spécifiquement le rôle des femmes et de grandes figures féminines dans la Révolution Française ?

                        Hommage à Marianne et d’’avance merci ! smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires